Visuel issu du compte Twitter officiel d’Egalité & Réconciliation, le site d’Alain Soral (capture d’écran)

Depuis l’annonce par le gouvernement, début juillet, de son souhait de passer de trois à onze vaccins infantiles obligatoires, les anti-vaccins sont vent debout, plus radicaux et complotistes que jamais.

Pour les anti-vaccins, c’est une certitude : le gouvernement tue et, pour le faire plier, il faudra sortir l’artillerie lourde tant l’Elysée est « mouillé avec Big Pharma ». « Castaner nous aussi on va te vacciner, fais attention », « Castaner tue, Castaner vaccine » lisait-on, le 11 juillet dernier, tagué sur les murs de la  commune et de la maison même du porte-parole du gouvernement.

Pétitions et lettres ouvertes des vaccino-sceptiques se partagent sur les réseaux sociaux avec encore plus de fébrilité à l’approche de l’examen du projet de loi (prévu pour la fin de l’année). Il en est ainsi de la lettre d’un mystérieux Bertrand Goteval : « Le Pacte de Macron avec les labos pour vous vacciner de force ».

Apparue début juillet, la lettre renvoie vers une pétition (hébergée sur le  site santénatureinnovation.com). En quinze jours, plus de 370 000 personnes signent ainsi le texte d’un parfait inconnu qui reconnaît refuser de révéler ses sources : « Sachez simplement qu’un réseau d’initiés me donne accès exclusif à ce genre d’information ».

« Macron a fait un pacte avec les labos pour arriver au pouvoir. Maintenant il leur renvoie l’ascenseur » prévient Goteval. « Imposer onze vaccins aux nourrissons n’est que la première partie du plan »

Goteval, présenté comme « naturopathe », a aussi une autre lubie : la dénonciation du « danger des lunettes et lentilles » qui « abîment les yeux », comme le ferait dit-il, pour une jambe, « un plâtre » trop longtemps maintenu sur le membre. Des sites et pages Facebook proposent ainsi un manuel « Voir Sans Lunettes Naturellement » pour la modique somme de 44 euros.

La galaxie des réfractaires à la vaccination (a fortiori obligatoire) a longtemps été confinée à quelques militants des modes de vie « alternatifs », « naturels ». Bien qu’aujourd’hui beaucoup plus hétéroclite, elle reste assez ancrée dans la sphère complotiste, proche de l’extrême droite ou évoluant dans la galaxie soralo-dieudonniste : Parti Anti-Sioniste, Egalité & Réconciliation, Le Libre Penseur, Stop Mensonges, Wikistrike

Quenel+ reprend ainsi la vidéo de la web TV d’extrême droite TV Libertés dénonçant « un accord de l’ombre entre plusieurs laboratoires pharmaceutiques visant à créer une pénurie sur le simple trivalent DTP pas assez rémunérateur ». Farida Belghoul, à l’origine des Journées de retrait de l’école (JRE) contre le prétendu enseignement de la « théorie du genre » à l’école, s’étonne du « silence assourdissant des élites musulmanes » face à ces vaccins contenant selon elle… du cochon !

Mais il y a plus grave pour Farida Belghoul. Si un vaccin « c’est de l’aluminium et du mercure », ce sont aussi pour cette ancienne proche du Parti des Indigènes de la République (PIR) et d’Egalité & Réconciliation « des avortements de poulet ! ». Nous trouvons ainsi dans les vaccins « du chien, de la souris, du singe vert… et ce qui va faire de nous des cannibales… […] de l’embryon humain avorté ! ». Le tout devant bien sûr nous transformer en des « animaux esclaves de l’oligarchie » (brisons le suspense : c’est faux).

« Est-il prouvé que la résurgence de ces maladies provient du défaut de vaccination ? N’y a-t-il pas un certain rapport avec l’invasion migratoire ? » s’interroge aussi le site Egalité & Réconciliation.

Pareillement au Front National, opposé au vaccin obligatoire, on lie « immigration massive » au retour des maladies disparues. « Vous-êtes vous demandé pourquoi les maladies disparues de notre sol depuis longtemps refaisaient surface ? Il faut avoir le courage de dire que l’immigration massive dans ce domaine est la meilleure piste de réponse », affirme le sénateur Front national David Rachline. Ce constat, qui n’est étayée sur rien, n’empêche nullement le FN de demander, en tout incohérence, la suppression de l’Aide médicale d’État (AME), destinée aux étrangers en situation irrégulière.

Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan, Christine Boutin… dénoncent eux aussi le sacrifice des enfants au profit des laboratoires pharmaceutiques.

Les antivax « lanceurs d’alerte » autoproclamés appartiennent rarement au monde médical stricto sensu ou de la recherche scientifique, à l’image de cette jeune maman de 23 ans à la vidéo devenue virale (plus de 1,8 millions de vues sur Facebook).

Parfois, les antivax travaillent en périphérie du secteur de la vaccination : c’est le cas d’un pharmacien comme Serge Rader (co-auteur de Le racket des laboratoires pharmaceutiques, avec l’eurodéputée Michèle Rivasi), ou de cette Américaine,  Brandy Vaughan, ancienne représentante des ventes pour le fabricant de vaccins Merck & Co dont l’une des vidéos fait un carton sur les réseaux sociaux, cumulant près de 500 000 vues sur Facebook et Youtube.

Dans cette croisade anti-vaccins, on compte cependant quelques médecins diplômés comme Christian Tal Schaller, un Suisse adepte des médecines parallèles reconverti dans l’« urinothérapie », le chamanisme et la désinformation complotiste, Marc Vercoutère, radié de l’Ordre des médecins, ou encore Henri Joyeux, également radié de l’Ordre. Cancérologue à la retraite, Joyeux est l’un des fers de lance de la guerre contre ce qu’il appelle « l’Empire vaccinal » (sic). Début juillet, alors qu’il intervenait sur ERFM (la webradio d’Egalité & Réconciliation), sa pétition dépassait le million de signataires.

« Théorie du genre », homosexualité, bisexualité, vaccins, même poison ?

Joyeux intervient aussi, lors de conférences (voir ici et ), aux côtés de Pierre Rabhi, avec qui il partage plus qu’un conservatisme sociétal. Henri Joyeux démentirait-il les propos de ce-dernier dans son essai « Semeur d’espoir »  (Actes Sud, 2013) qui confie considérer « comme dangereuse pour l’avenir de l’humanité, la validation de la famille homosexuelle, alors que par définition cette relation est inféconde » (sic) ? « La bisexualité, c’est ce qu’on essaie de nous injecter » disait aussi Henri Joyeux lors d’une conférence donnée en 2013 devant la Manif pour Tous…

Site de l’eurodéputée EELV Michèle Rivasi (capture d’écran)

Quant à Rabhi, on le sait adepte de la méthode d’agriculture magico-religieuse de Rudolf Steiner qui soutenait aussi que les vaccins étaient dangereux pour la santé et que les enfants devaient faire « leurs maladies infantiles ». Les écoles Steiner-Waldorf (22 en France) découragent aujourd’hui encore la vaccination. Henri Joyeux dénonce inlassablement le lien, maintes fois démenti par des études scientifiques, entre le vaccin contre l’hépatite B et la sclérose en plaques. Un lien qui aurait été reconnu par la Cour de justice de l’UE selon la députée européenne EELV Michèle Rivasi, principale caution politique actuelle des antivax. La réalité est cependant loin d’être aussi simple

En février dernier, la députée s’était battue pour offrir une tribune au Parlement européen au fraudeur Andrew Wakefield, autre praticien vaccino-complotiste radié de l’ordre des médecins pour avoir truqué une étude sur le vaccin ROR et l’autisme. La rencontre est finalement déprogrammée. Le parti EELV lui-même prend ses distances.

Ces dernières semaines, plusieurs pages Facebook antivax se sont créées. Plus ancienne et suivie par près de 40 000 personnes, la page « Touche pas à mon gosse » est un véritable festival de charlatanisme antivax et de complotisme débridé. Elle accuse « Big Pharma » d’être une mafia n’hésitant pas à « éliminer physiquement » ceux qui la critiquent.

Christian Tal Schaller dans une vidéo anti-vaccination postée sur la page Facebook de « Touche pas à mon gosse ».

La France détient le triste record du monde du pays le plus réfractaire à la vaccination. 41% des Français expriment ainsi leur méfiance à son égard.

La baisse de couverture vaccinale annonce le retour de maladies disparues comme la rougeole, mais elle pourrait bien aussi être à l’origine, dans les années à venir, d’une inquiétante épidémie de cancers du foie (due à la baisse de la vaccination contre l’hépatite B). Aurait-on perdu la mémoire de l’histoire des maladies infectieuses ? La mortalité infantile est aujourd’hui de 3‰. Elle était de 150‰ en 1900.

 

Pour aller plus loin :

Vaccins, pourquoi ils sont indispensables, de Philippe Sansonetti (médecin et microbiologiste, professeur au Collège de France), Ed. Odile Jacob, 2017.