Pendant la convention républicaine, qui se tenait à Saint Paul (Minnesota) du 1er au 4 septembre 2008, les supporteurs de Ron Paul, ex-candidat à l’investiture du Parti républicain pour les élections présidentielles de 2008, affirmaient à qui voulait l’entendre que les attaques du 11 septembre 2001 avaient été planifiées par l’administration Bush.

« Où sont les images de l’avion frappant le Pentagone ? hurlaient-ils devant les caméras de la chaîne de télévision MSNBC. Ben Laden n’a rien à voir là-dedans. Le gouvernement nous cache des choses ! Amérique, réveille-toi ! »

Elu républicain à la Chambre des représentants du Congrès au Texas, Ron Paul, qui se dit victime « d’un black-out total des medias », a officiellement abandonné la course à l’investiture pour la présidentielle le 12 juin 2008. Il poursuit cependant sa campagne pour diffuser ses idées.

Farouche opposant au Patriot Act, qu’il dénonce comme une atteinte aux libertés individuelles, et à la guerre en Irak (il avait voté contre l’Iraq War Resolution en 2002), Ron Paul a vivement condamné le rapport de la Commission d’enquête sur les événements du 11 septembre 2001, ce qui lui a valu d’être soutenu par tous les partisans de la théorie du complot.

Source :
* Pascal Giberné, « Aux Etats-Unis, la théorie du complot perdure », Le Parisien, 9 septembre 2008.