L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 08/11/2021 au 14/11/2021).

« PFIZERGATE ». L’« amplification » est un outil de manipulation de l’information très utilisé sur les réseaux sociaux. Le nouveau pseudo-scandale qui a éclaté sur la toile, à partir d’une enquête publiée le mardi 2 novembre dans le British Medical Journal en est un parfait exemple. Le géant pharmaceutique Pfizer est en effet épinglé pour la façon dont certains essais cliniques ont été conduits en amont de la mise sur le marché de son vaccin contre le Covid-19. La sphère antivax, emmenée par Florian Philippot et Nicolas Dupont-Aignan, réclament la suspension immédiate du vaccin. En réalité, les essais cliniques de Pfizer en phase 3 ont concerné près de 44 000 participants dans 153 centres répartis dans le monde. Quant aux défaillances observées, elles ne portent que sur un échantillon de 1 000 personnes, ce qui n’est pas de nature à modifier le résultat global de l’essai clinique (source : RFI, 5 novembre 2021).

ANTIVAX. Le magazine en ligne The Intercept révèle la manière dont les promoteurs des différents traitements alternatifs contre le coronavirus à base d’ivermectine ou d’hydroxychloroquine ont propagé des fausses informations pour détourner le public de la vaccination et commercialiser des traitements alternatifs inefficaces voire potentiellement dangereux. Dans le collimateur de l’enquête, le collectif America’s Frontline Doctors (source : The Intercept, 1er novembre 2021).

Les personnes non-vaccinées seraient moins « dangereuses » que les vaccinées qui devraient être placées en « quarantaine », avancent plusieurs articles partagés des milliers de fois ces dernières semaines, citant une interview de Christian Perronne et prétendant s’appuyer sur les affirmations d’un médecin israélien. Le propos est infondé et va à l’encontre des données scientifiques connues à ce jour, selon les spécialistes interrogés par l’AFP. En outre, les citations du médecin israélien utilisées dans l’article sont des extraits trompeurs d’une interview dans laquelle il se prononce en faveur de l’injection d’une troisième dose de vaccin dans son pays (source : AFP, 12 novembre 2021).

À Belfort, une centaine d’activistes antivax se sont introduits le 6 novembre dans les locaux de L’Est Républicain où ils s’en sont pris à quatre journalistes et une secrétaire. Une agression condamnée par le Syndicat national des journalistes (source : SNJ/Twitter, 7 novembre 2021).

Le 10 novembre, dans une interview à Europe 1, Marine Le Pen a révélé que, si elle avait été à la place d’Emmanuel Macron pendant la crise sanitaire, elle aurait permis aux médecins de prescrire les traitements de leur choix, estimant que le vaccin n’est pas une « solution » contre le Covid-19.

DIDIER RAOULT. Le 5 novembre dernier, l’infectiologue marseillais Didier Raoult a été entendu par la chambre disciplinaire de l’ordre des médecins de Nouvelle-Aquitaine à Bordeaux. Il y était convoqué pour, entre autres faits, avoir prodigué et pratiqué des soins non conformes aux données acquises de la science. Selon la rapporteuse, ces soins s’apparentent à du « charlatanisme ». Qualifié par Franck Ferrand dans les colonnes de l’hebdomadaire Valeurs Actuelles de « cible désignée d’une société bien-pensante à l’agonie », le Pr Raoult a été interviewé sur BFM TV, tenant des propos souvent surprenants voire complotistes (source : Europe 1, 12 novembre 2021).

Au terme de son échange avec le journaliste Bruce Toussaint, ce dernier a déclaré : « Vous avez cité FranceSoir, vous avez cité le professeur Perronne et vous avez cité Bill Gates en disant […] qu’il contrôlait la politique vaccinale du monde […]. Vous êtes libre de vos propos, mais mon boulot à moi aussi c’est de vous dire que là vraiment vous enchaînez les déclarations les plus complotistes. » (source : Fabrice Frank/Twitter, 10 novembre 2021).

A noter qu’une procédure disciplinaire a été ouverte le 9 novembre contre Me Fabrice Di Vizio, avocat de Didier Raoult (source : Julien Pain/Twitter, 10 novembre 2021).

ANTISÉMITISME. La pandémie de Covid-19 a « ravivé » les discours antisémites et donné lieu à de nouvelles théories du complot dénonçant le rôle des Juifs dans la crise sanitaire, d’après une enquête européenne réalisée par Ipsos. Concernant la Belgique, cette enquête rapporte que la tendance à discriminer et/ou agir de manière antisémite concerne un Belge sur quatre. En outre, près d’un Belge sur 20 se montre capable de discriminer une autre personne en raison de son origine juive (source : RTBF, 9 novembre 2021).

MIREILLE KNOLL. Le 10 novembre, Yacine Mihoub a été reconnu coupable du meurtre de Mireille Knoll, commis le 23 mars 2018 à Paris, avec « les circonstances aggravantes qu’il savait que la victime était vulnérable et en raison de son appartenance à la religion juive ». L’homme avait notamment témoigné ses sympathies à l’égard d’Amedy Coulibaly, l’auteur de la tuerie à l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes, le 9 janvier 2015. Dans le prétoire, Mihoub s’est notamment illustré par des propos de facture négationniste. « Lors de l’audience, relate Le Monde, un ex-codétenu de Mihoub a témoigné à la barre qu’un soir où ils regardaient à la télévision une émission sur la seconde guerre mondiale, Mihoub avait exprimé des doutes sur la réalité de la Shoah. « Auschwitz, de la blague ? », l’interpelle Me Goldnadel. « Je n’ai jamais dit ça, se défend l’accusé. J’ai dit 1 million ou 2 millions de morts, on ne sait pas. On ne peut pas faire parler les chiffres. On ne peut pas vérifier. On ne peut pas le prouver. Faudrait faire des recherches qui n’ont jamais été faites. » Avec une assurance qui ne l’a pas quitté de la journée, il ajoute : « Il y a des débats d’historiens » sur ce sujet. » Yacine Mihoub a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité (source : Le Monde, 10 novembre 2021).

FRANCIS MAGINOT. Candidat pour le Front national aux législatives de 2012, Francis Maginot est soupçonné d’avoir voulu renverser le gouvernement aux côtés du complotiste d’extrême droite Rémy Daillet-Wiedemann. Selon le dossier d’enquête que StreetPress a pu consulter, les enquêteurs de la DGSI estiment qu’il a joué un rôle prépondérant dans cette tentative de coup d’État, visant à renverser « un pouvoir tyrannique criminel, liberticide et complice du nouvel ordre mondial. » StreetPress révèle également que Francis Maginot suggérait de s’en prendre physiquement à des « journalopes » et qu’il était en contact étroit avec le groupe de néo-nazis interpellés dans le cadre du « projet Alsace », un projet d’attentat à l’explosif contre une loge maçonnique (source : StreetPress, 9 novembre 2021).

KARL ZÉRO. « L’Envers des affaires », c’est le nom du nouveau magazine de Karl Zéro. Dans deux affaires emblématiques, celles du meurtrier Nordhal Lelandais et du tueur en série Michel Fourniret, Zéro met en cause de mystérieux « réseaux ». Sans jamais apporter de preuves, pas plus dans son magazine que dans son documentaire, « 1 sur 5 », diffusé sur YouTube et consacré à la pédocriminalité en France (source : Arrêt sur images, 6 novembre 2021).

BAUDIS. Le 18 mai 2003, Dominique Baudis, alors président du CSA, était invité au journal de 20 heures de TF1. Il souhaite couper court à une rumeur qui commence à se répandre. L’ancien maire UDF de Toulouse a appris, 48 heures plus tôt, que deux prostituées l’accusaient d’avoir été le complice de Patrice Alègre, un tueur en série. Le voici obligé de répondre à des accusations imaginaires de viols, de pédocriminalité et de meurtres… (source : FranceInfo, 31 octobre 2021).

DÉCONSPIRATEURS. Dans le dernier épisode des « Déconspirateurs », David Medioni, Tristan Mendès France et Rudy Reichstadt  reçoivent William Audureau, journaliste au Monde, membre de l’équipe des « Décodeurs » et auteur de Dans la tête des complotistes (Allary Editions, 2021). Au sommaire du troisième numéro : Karl Zéro et son film anti-pédocriminalité « 1 sur 5 », Charlottesville quatre ans après, la fascination des QAnon pour la réapparition de John F. Kennedy Jr et comment réagir face au complotisme ?

CLIMATO-COMPLOTISME. Dans sa dernière chronique « Antidote » sur France Inter, Tristan Mendès France s’est intéressé au complotisme climatique, « une posture classique dans la complosphère et qui revient à remettre en cause le consensus scientifique sur ces questions, en expliquant que d’obscurs lobbies chercheraient à en tirer profit ». Une désinformation largement propagée par Facebook mais également relayée par certains dirigeants de la planète (source : France Inter, 12 novembre 2021).

CAPITOLE. Jacob Chansley, alias Jake Angeli, « shaman » autoproclamé et adhérent aux théories du complot de QAnon, avait participé, le 6 janvier dernier, à l’envahissement du Capitole, aux côtés de centaines de partisans de Donald Trump. Au total, quelque 658 personnes ont été inculpées pour cette attaque. La justice américaine a requis 51 mois de prison contre lui pour avoir notamment « attisé l’ardeur d’autres émeutiers autour de lui, proféré des insanités et des menaces [et] laissé un mot de menaces » à l’adresse du vice-président Mike Pence (source : Europe 1, 11 novembre 2021). À propos de Jake Angeli, on pourra voir ou revoir notre interview de Julian Feeld, l’un des co-animateurs du podcast américain à succès « QAnon Anonymous » qui, depuis août 2018, a consacré plusieurs centaines d’épisodes à l’analyse des théories du complot.

DONALD TRUMP. Pendant ses quatre années à la présidence des États-Unis, Donald Trump a mis en place un vaste mouvement de déstabilisation de la démocratie américaine en utilisant le mensonge comme arme de guerre politique. Trump a disséminé les graines du doute, remobilisant ainsi l’Amérique conservatrice. En 2020, il a fait de sa défaite politique une victoire idéologique et a soutenu sans preuve, pendant des mois, que sa victoire avait été volée par les Démocrates. Cette théorie du complot s’est répandue grâce aux protestations et aux réseaux sociaux et s’est transformée en mouvement de contestation. « Trump, le pirate de la démocratie », un nouvel épisode de la série « La fabrique du mensonge » à voir ou revoir en replay sur le site de France TV.

SYRIE. Dans un article paru le 5 novembre dans Blast, le site fondé par Denis Robert, il est affirmé que la guerre en Syrie aurait été « programmée » par le Qatar et la France par l’entremise de Bernard-Henri Lévy. La preuve ? Un document confidentiel douteux déjà apparu sur le web il y a dix ans, beaucoup d‘incohérences et un brin de conspirationnisme. Contre-enquête (source : Syrie Factuel, 10 novembre 2021).

DÉSINFORMATION. Le Parlement européen examine à l’heure actuelle un règlement décisif sur les plateformes numériques, le « Digital Services Act » (DSA). Toutefois, une inquiétante proposition de la commission des affaires juridiques du Parlement visant à inclure une clause d’exemption pour les médias risque de faire reculer et d’annuler des années de progrès dans la lutte contre les discours de haine et la désinformation en ligne. Des journalistes, des spécialistes en factchecking et des chercheurs ont rédigé une lettre ouverte exhortant les députés européens à rejeter toute proposition incluant une telle clause. Conspiracy Watch en publie la version française en exclusivité (source : Conspiracy Watch, 11 novembre 2021).

COMPLORAMA. Six ans après les attentats du 13 Novembre, une théorie du complot s’est invitée au procès de ces attaques. Le complotisme se révèle à la fois un instrument de radicalisation et un outil pour prolonger l’effroi terroriste. « Terrorisme et complotisme », c’est le 17e épisode de Complorama, avec Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, et Tristan Mendès France, maître de conférence et membre de l’Observatoire du conspirationnisme, spécialiste des cultures numériques. Un podcast à retrouver sur le site de franceinfo, l’application Radio France et plusieurs autres plateformes comme Apple podcastsPodcast AddictSpotify ou Deezer.

TEDX. Lors de TEDx Rennes 2021, Rudy Reichstadt est monté sur scène afin de décrypter les théories complotistes. Comment ces thèses conspirationnistes s’immiscent-elles dans notre quotidien ? Dans quelle mesure peuvent-elles influencer nos comportements ? Et à qui profitent-elles en définitive ?

SAVE THE DATE. En partenariat avec l’Observatoire du conspirationnisme et le magazine L’Histoire, le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (MahJ) accueillera les jeudi 18 et vendredi 19 novembre un colloque intitulé « Théories du complot : mythes et mythologies à travers les siècles », avec les interventions de Dominique Schnapper, Carlo Ginzburg, Jean-Noël Allard, Franck Collard, Jérôme Grévy, Jean-Philippe Schreiber, Jacob Rogozinski, Patrice Gueniffey, Patrick Cabanel, Bénédicte Lhoyer, Pierre-André Taguieff, Jean-Pierre Adam, Galia Ackerman et William Audureau.