L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 24/08/2020 au 30/08/2020).

INFLUENCEUSES COMPLOTISTES. Depuis quelque temps, de plus en plus d’influenceuses américaines, habituellement spécialisées en parentalité, produits de beauté ou thés minceur, relaient des théories du complot notamment liées à la traite d’enfants. Doctorante à Stanford et spécialiste des sous-cultures politiques en ligne, Becca Lewis explique que « c’est une énorme erreur de croire que la désinformation et la théorisation du complot ne se produisent que dans les espaces marginaux ou les coins sombres d’Internet ». Et d’ajouter : « Si vous êtes capable de créer cette esthétique visuellement agréable puis d’y associer des théories du complot, vous normalisez ces théories d’une manière très spécifique… » (source : Slate, 24 août 2020).

ARGENTINE. Des affiches antisémites blâmant les Juifs pour la pandémie de Covid-19 sont apparues il y a quelques jours dans la ville de Neuquen, au sud de l’Argentine. Les affiches contenaient des affirmations telles que « Les Juifs sont le virus » et « Les Argentins s’éveillent à la dictature juive mondiale ». Ariel Gelblung, directeur du Centre Simon Wiesenthal pour l’Amérique latine, a déclaré : « Ils propagent un message de haine clairement punissable par la loi. Il n’est pas surprenant que cela se passe au même endroit où l’extrême droite a obtenu 30 000 voix lors des élections préliminaires de 2019. » (source : The Times of Israël, 25 août 2020).

ÉLECTIONS AMÉRICAINES 2020. Mary Ann Mendoza, une femme qui devait s’exprimer mardi 25 août, au deuxième jour de la convention républicaine, a été écartée du programme à la dernière minute après avoir relayé une théorie du complot antisémite. Son intervention a été annulée après qu’elle a partagé mardi sur Twitter des contenus antisémites renvoyant aux Protocoles des Sages de Sion et à une théorie du complot sur les Rothschild (source : L’Express, 26 août 2020).

NAVALNY. « Plus le mensonge est gros, plus il passe ». À cette citation attribuée à Joseph Goebbels, le chef de la propagande du Troisième Reich, les experts de la désinformation russe pourraient aujourd’hui répondre : « Plus les mensonges sont nombreux, moins la vérité est audible ». Depuis l’hospitalisation jeudi 27 août d’Alexeï Navalny, principal opposant russe, victime d’un empoisonnement en Russie, les médias de cet État ont diffusé plusieurs théories alternatives à celle de l’empoisonnement. Des théories qui se contredisent entre elles, mais qui obéissent à la stratégie habituelle du Kremlin : saturer l’espace informationnel pour étouffer la vérité (source : Conspiracy Watch, 26 août 2020).

Lutte contre la diffusion de fausses informations sur les plateformes en ligne (rapport du CSA, juillet 2020).

BONNES PRATIQUES. Les réseaux sociaux et plateformes en ligne ont pris de bonnes mesures contre les infox mais doivent être plus transparents et efficaces, juge le CSA dans un rapport inédit sur la lutte contre les infox. Google, Facebook, Snapchat, Twitter, LinkedIn, Microsoft, JeuxVideo.com, Dailymotion, Doctissimo ou encore Wikipedia ont répondu aux questions du Conseil supérieur de l’audiovisuel qui a effectué et mis en ligne, fin juillet, un tour d’horizon dans un rapport de 87 pages. À consulter également, la publication réalisée par la Commission européenne et l’UNESCO d’un ensemble de dix infographies éducatives destinées à aider les citoyens à identifier, démystifier et contrer les théories du complot.

CHINE. Bill Gates, « QAnon », « Nouvel Ordre Mondial »… : ces épouvantails brandis à longueur de temps par les complotistes ont aussi pour effet de faire passer au second plan les menaces réelles que font peser les régimes dictatoriaux sur les libertés publiques. La Chine est couverte de centaines de millions de caméras de surveillance. Sortir de chez soi, c’est être instantanément identifié au moyen d’une IA traitant un océan de données personnelles, y compris les communications privées ou le génome individuel, ressources qui seront bientôt croisées avec l’historique des déplacements, voyages, contacts privés ou professionnels, lectures ou achats de tout individu. Le Parti communiste chinois vise une mainmise politique sans précédent sur près de 20% des habitants de cette planète. « Xi Jinping is watching you » – et cette fois-ci, analyse Paul Memmi, ce n’est pas une théorie du complot ! (source : Conspiracy Watch, 26 août 2020).

CHRISTCHURCH. L’auteur de l’attentat contre des mosquées de Christchurch, Brenton Tarrant (30 ans), a été condamné à la prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, pour le meurtre de cinquante-et-un fidèles musulmans, le 15 mars 2019. Une peine sans précédent dans l’histoire judiciaire néo-zélandaise (source : Le Parisien, 27 août 2020). L’occasion de lire ou relire les réflexions que publiait Conspiracy Watch le jour du drame, quant à l’état d’esprit de ce fanatique implacable.

BOUTIN. La présidente d’honneur du Parti chrétien démocrate (PCD) et ancienne ministre Christine Boutin a exprimé son trouble… au sujet des trois derniers chiffres d’un numéro de série figurant sur un jet ski enfourché par le président de la République. Un message vite supprimé, une heure après sa publication sur Twitter (source : Twitter, 27 août 2020).

JULIEN BAYOU. Le secrétaire national des Verts a affirmé le 21 août sur France 2 que les autorisations de vente d’herbicides naturels produits par deux sociétés françaises étaient « bloquées » par l’agence de sécurité sanitaire Anses, sous la pression du syndicat agricole FNSEA. C’est faux, explique le service de fact checking de l’AFP : plusieurs de ces herbicides naturels sont commercialisés depuis cinq ans, et un autre est encore en cours d’élaboration répondent l’Anses et les deux entreprises concernées (source : AFP, 28 août 2020).

NÉGATIONNISME. A Paris, le socle de la statue du prêtre et chantre arménien Komitas, monument commémorant le génocide des Arméniens, a été tagué à l’encre rouge avec l’inscription « c’est faux ». Comme le souligne Ara Toranian, cet acte de vandalisme fait écho aux récentes provocations négationnistes et aux appels au meurtre contre les Arméniens de France lancés par des extrémistes pro-Erdogan sur le territoire français (source : Armenews.com, 30 août 2020).

ESPAGNE. La police espagnole a annoncé avoir arrêté un homme à Cuarte de Huerva, près de Saragosse, qui affirmait que la pandémie de la Covid-19 était un mensonge monté de toutes pièces et incitait sur les réseaux sociaux à attaquer les responsables politiques et les institutions. Le suspect s’est également fait passer pour un responsable d’un organisme public pour appeler des maisons de retraite, hôpitaux, clubs de soccer ou des médias, afin de « répandre des fake news » sur la pandémie (source : La Presse, 28 août 2020).

ANTI-MASQUES.  Actifs sur les réseaux sociaux, quelques milliers de militants utilisent leur opposition au port du masque pour nourrir la défiance envers les institutions politiques et scientifiques. Comme le montre une enquête du Monde, le discours anti-masques s’affirme en France comme le nouveau terreau complotiste (source : Le Monde, 25 août 2020). Une lecture à compléter par l’analyse du chercheur Antoine Bristielle, qui a conduit une enquête auprès de plus de 800 individus, membres de groupes Facebook anti-masques. « Sur leur croyance dans les Illuminati, le Grand Remplacement ou ce genre de choses, explique Bristielle, on se rend compte qu’il y a à chaque fois plus de la moitié des antimasques qui vont être d’accord avec ces théories du complot. » (source : Le Monde, 25 août 2020). De nouveaux clusters ont été repérés au sein d’Ehpad, déjà durement touchés par l’épidémie de Covid-19. Malgré le risque et les chiffres alarmants, beaucoup de proches de résidents continuent de leur rendre visite, faisant fi des gestes barrières et des recommandations des aides-soignants. « On se fait prendre de haut et insulter par les familles, on nous parle de théorie du complot », raconte Élise, employée dans un Ehpad de Haute-Savoie (source : BFM TV, 26 août 2020).

MANIFESTATIONS COMPLOTISTES. La police berlinoise a interrompu samedi 29 août la manifestation d’opposants au port du masque et aux mesures de restrictions contre la pandémie de Covid-19, faute de respect des gestes barrières par les quelque 38.000 participants. La manifestation s’est soldée par 300 interpellations après des violences entre manifestants d’extrême droite et forces de l’ordre. Intitulé « fête de la liberté et de la paix », l’événement, qui rassemblait «libres penseurs», militants anti-vaccins, conspirationnistes ou encore sympathisants d’extrême droite, a constitué le second du genre en un mois, non sans inquiéter les autorités (source : Le Figaro, 29 août 2020). On se reportera à ce sujet au thread de Quentin Baulier qui a suivie la manifestation. Un rassemblement complotiste du même type a eu lieu le même jour à Paris. Des paroles à caractère ouvertement antisémite ont été prononcées dans l’indifférence totale des quelque 200 manifestants réunis Place de la Nation.

À la tribune de la manifestation contre les mesures de restrictions à Londres, ce samedi également, on a pu noter la présence de David Icke, figure phare du conspirationnisme britannique, qui lie la pandémie actuelle aux juifs et qui croit que la reine, Hillary Clinton ou les Rothschild sont des reptiliens…

« PIZZA GATE » (BIS). Depuis plusieurs jours, des comptes anonymes proches de la « fachosphère » voient derrière le nom, le menu et le logo de Pizza Girl Paris (Paris, 15e arrondissement), la vitrine d’un réseau pédophile. Ainsi des internautes s’amusent-ils à allumer le feu complotiste, en s’inspirant du « pizzagate », cette théorie du complot selon laquelle Hillary Clinton était, en 2016, secrètement impliquée dans un réseau pédo-criminel dont la plaque tournante aurait été une pizzeria de Washington, Comet Ping Pong. Face à cette invraisemblable vindicte, pour l’heure virtuelle, le patron de Pizza Girl Paris compte porter plainte pour diffamation (source : Le Parisien, 28 août 2020).