Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des derniers jours en matière de conspirationnisme et de négationnisme (semaine du 12/08/2019 au 18/08/2019).

JEFFREY EPSTEIN. L’annonce de la mort de Jeffrey Epstein, retrouvé samedi 10 août dernier pendu dans sa cellule du Metropolitan Correctional Center, la prison fédérale de Manhattan, a suscité une avalanche de spéculations complotistes. Tandis qu’un sondage de l’institut américain Rassmussen Reports réalisé les 12 et 13 août est venu montrer que deux Américains sur cinq estiment probable qu’Epstein a été assassiné pour l’empêcher de témoigner contre des gens puissants (source : Conspiracy Watch, 15 août 2019), les résultats de son autopsie ont conclu au suicide par pendaison. Toutefois, comme le soulignait Rudy Reichstadt, directeur de l’Observatoire du conspirationnisme, il y a fort à parier que cela ne fera pas changer d’avis ceux qui sont aveuglément attachés à la théorie du complot criminel (sources : Le Parisien, 11 août 2019 ; Conspiracy Watch, 13 août 2019).

LE POISON DE LA RUMEUR. La revue de presse internationale du 12 août 2019 sur France culture pointe les dangers d’un système d’information « empoisonné » par les rumeurs. Elle passe en revue celles concernant l’affaire Epstein – dont certaines relayées par Donald Trump lui-même – et la désinformation organisée par les autorités chinoises dans le contexte des événements de Hong Kong. Elle rappelle opportunément les conséquences meurtrières de certaines rumeurs en ligne, comme celles qui avaient circulé en Inde ou au Myanmar, en 2018. Face à un fléau qui se déploie à l’échelle mondiale, il faut, encore, souligner l’impératif d’éducation mais aussi, probablement, de changement de comportement sur les réseaux sociaux, comme l’explique Masato Kajimoto, un professeur de l’université de Hong Kong : « Si quelque chose ne semble pas vérifié on devrait simplement l’ignorer, ne pas l’amplifier. Si l’information persiste, des journalistes ou autres groupes de citoyens concernés commenceront l’enquête. Tôt ou tard, ils découvriront la vérité. La plupart des gens peuvent attendre jusque-là » (source : France culture, 12 août 2019).

« ARMES CLIMATIQUES ». Le député russe Alexeï Jouravlev, président du parti nationaliste Rodina, a accusé Washington d’utiliser des armes climatiques contre son pays faute de pouvoir rivaliser avec la technologie militaire russe. La déclaration a suscité des critiques, à commencer par celles de Vladimir Burmatov, président de la commission de la Douma sur l’écologie et la protection de l’environnement, qui a récusé cette théorie. Ce député, membre du parti de Vladimir Poutine a notamment pointé le manque d’anticipation des autorités régionales : « Selon mes informations, seul un tiers des régions dans leur ensemble s’est procuré du matériel pour lutter contre le feu et a mis en œuvre des mesures préventives pour protéger les forêts des incendies en temps voulu ». Burmatov a aussi évoqué la corruption des autorités et des forces de l’ordre. Une réalité, donc, bien plus prosaïque que la théorie du complot instillée par le chef de Rodina… (source : Conspiracy Watch, 12 août 2019).

NÉONAZISME. L’Américain Andrew Anglin, animateur du Daily Stormer, l’un des plus influents sites néonazis du monde, a été condamné le 8 août 2019 à verser 14 millions de dollars à une personne qui avait été menacée et harcelée suite à la campagne de calomnies qu’il avait lancée contre elle. Adepte du suprémacisme blanc et admirateur d’Adolf Hitler, Anglin avait en effet incité ses abonnés à lancer une « tempête de trollage » contre Tanya Gersh, accusée de s’en être pris à la mère d’un autre militant d’extrême droite, Richard Spencer. En conséquence, la famille de Tanya Gersh avait reçu des centaines de messages de harcèlement, généralement à connotation antisémite. Commentant le verdict, Tanya Gersh a salué une victoire « pour tous ceux qui ont été harcelés, terrorisés et brutalisés » et a déclaré : « N’ayez pas peur de faire face à la haine et ne laissez pas les gens haineux définir qui vous êtes. Nous ne les laisserons pas gagner ». Comme le note L’Obs cependant, on ignore comment les sommes dont Anglin doit s’acquitter seront récupérées dans la mesure où il a quitté les Etats-Unis (source : nouvelobs.com, 12 août 2019).

VACCINATION. Une étude confirme l’absence de lien entre vaccins et sclérose en plaques. Cette controverse, née dans les années 1990, avait déjà été plusieurs fois démentie scientifiquement. L’étude publiée récemment dans la revue Neurology enfonce le clou : ayant pour cadre la Bavière (Allemagne), elle est construite sur l’analyse de 223 000 dossiers médicaux établis entre 2005 et 2017, parmi lesquels ceux de 12 262 patients atteints de sclérose en plaques à partir de 2010. L’étude de leurs parcours de vaccination conduit à une conclusion implacable de la part des chercheurs affiliés à l’université technique de Munich : « Les résultats de notre étude ne montrent pas que la vaccination est un facteur de risque de développer une sclérose en plaques » (source : Le Figaro, 13 août 2019).