Jean-Luc Mélenchon a rapporté hier sur son blog les propos que lui a tenus le président bolivien Evo Morales, en visite à Paris, concernant la mort d’Hugo Chavez :

« Evo Moralès dit qu’il croit à l’empoisonnement d’Hugo Chavez. Il rappelle que Chavez était sur ses gardes, qu’il se déplaçait partout avec une ambulance et qu’il était toujours accompagné de son propre cuisinier. Il raconte comment d’ailleurs l’un des cuisiniers de Fidel fut intercepté au moment même où il s’apprêtait à l’empoisonner. Il nous dit aussi que Fidel et Chavez, les deux, l’avaient mis en garde contre l’empoisonnement et les méthodes des gringos pour assassiner les leaders dangereux à leurs yeux. Evidemment nous n’avons pas parlé que de cela, mais ce moment de la discussion m’a marqué. A côté de lui, Chokehuanca, son ministre des affaires étrangères, que je connais de longtemps, nous regardait fixement comme pour souligner l’importance de ce que disait Evo et faire comprendre leur méfiance en toutes circonstances. »

Le co-président du Parti de Gauche, qui a rencontré Evo Morales en compagnie d’Eliane Assassi, la présidente du groupe communiste du Sénat, rapporte également que cette dernière souscrit à l’analyse de Morales s’agissant du « caractère criminel des étasuniens » :

« [Morales] dit que les USA essaient d’abord d’avoir des gouvernements démocratiques qui fassent leur politique. S’ils ne les ont pas, ils essaient de diviser les peuples entre eux pour justifier des interventions extérieures. S’ils n’y parviennent pas non plus ils essaient de diviser les forces de la révolution pour trouver une faille qui déstabilise le processus et permette la revanche de leurs partisans par des coups d’état. Enfin, s’ils n’arrivent à rien, ils essaient l’assassinat du dirigeant du processus. Détruire les leaders est une tactique constante des Etats-Unis et de leurs agents locaux. »

« Martyr »

Le site conspirationniste Le Grand Soir.info a relayé aujourd’hui le post de Jean-Luc Mélenchon avec ce commentaire :

« Voici un extrait saisissant des propos d’Evo Morales tels qu’on les lit sur le blog de Jean-Luc Mélenchon. Les pseudo anti-conspis vont sauter de joie devant notre imprudence, mais ce n’est pas une raison suffisante pour que nous passions cette conversation sous silence. Les craintes d’Evo Morales méritent au moins qu’on les ‘‘donne à lire’’. »

Morales n’est pas le seul chef d’Etat à embrasser la thèse du complot concernant la disparition du leader vénézuélien. Dans une lettre de condoléances publiée sur son site officiel, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, coutumier des déclarations complotistes, s’est souvenu d’Hugo Chavez comme d’« un martyr qui a perdu la vie alors qu’il servait le peuple vénézuélien » et a qualifié de « suspecte » la maladie à laquelle il a succombé.

Voir aussi :
* Venezuela : les partisans de Chavez convaincus de son empoisonnement (RFI)
* Caracas accuse les ”ennemis” de Chavez d’avoir provoqué son cancer (AFP)
* Peut-on inoculer le cancer ? (Planète Santé.ch)
* Mort d’Hugo Chavez : “La théorie du complot sert bien le régime” (L’Express.fr)