Phil Plait est le fondateur du blog Bad Astronomy sur Slate.com. Astronome de formation, ce scientifique sceptique pousse un coup de gueule contre les détracteurs de la vaccination, souvent prompts à user d’arguments conspirationnistes.

Soyons clairs : les vaccins ne provoquent pas l’autisme.

C’est vraiment aussi simple que ça. Nous savons que les vaccins ne causent pas l’autisme. Plusieurs études comparant des groupes d’enfants vaccinés contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) à des enfants non-vaccinés concluent qu’il n’y a aucune corrélation entre la vaccination et l’autisme.

Cette vérité simple est niée vigoureusement et bruyamment par les opposants à la vaccination, mais ils pourraient aussi bien nier que la Terre est ronde ou que le ciel est bleu. C’est un fait aussi solide que le roc. Ils pointent la présence de mercure dans les vaccins, mais on sait que le mercure n’a rien à voir avec l’autisme : quand on retire le thimérosal (un dérivé du mercure) de la composition des vaccins, cela n’a absolument aucun impact sur le taux d’autisme.

Je pourrais continuer encore et encore. Pratiquement chaque affirmation faite par les anti-vaccins est erronée. Et il s’agit d’une question extrêmement importante. Car les vaccins ont littéralement sauvé des centaines de millions de vie. Ils permettent de sauver les nourrissons contre les maladies potentiellement mortelles mais évitables comme la coqueluche et la grippe.

Alors pourquoi le Congrès entend-t-il cette semaine des cinglés faisant la promotion des thèses anti-vaccination ?

Je n’exagère pas. La Commission sur la surveillance et la réforme de l’Etat [Committee on Oversight and Government Reform] s’est réunie pour se pencher sur les causes et la prévention de l’autisme. Le congressiste républicain Dan Burton s’est lancé dans une diatribe de plusieurs minutes (début à 12:58 dans la vidéo ci-dessus) qui commence par une déclaration orwellienne : il prétend qu’il n’est pas contre les vaccins. Puis il se lance dans un monologue de cinq minutes reprenant des arguments contre la vaccination réfutés depuis longtemps et clairement erronés, incriminant pour l’essentiel le mercure. Burton a été longtemps un défenseur du charlatanisme anti-vaccins. Depuis au moins dix ans, il se sert de son mandat de congressiste pour promouvoir des idées antiscientifiques.

Au cours de la dernière audience, Burton s’est exprimé comme un théoricien du complot cinglé en disant qu’ils savait, mieux que des milliers de scientifiques qui ont passé leur carrière entière à étudier ces sujets, que le thimérosal provoque des troubles neurologiques (dont l’autisme). Il enchaîne pendant un petit moment sur le mercure (comme le fait aussi le congressiste démocrate Dennis Kucinich à partir de 21:44 dans la vidéo), montrant clairement qu’il n’a pas la moindre idée de ce dont il parle. Par exemple, le mercure continue d’entrer dans la composition d’un nombre extrêmement limité de vaccins et ces vaccins-là n’utilisent le mercure qu’en petite quantité et sous une forme qui ne peut pas être absorbée par l’organisme.

Parler des dangers du mercure dans les vaccins, c’est comme parler des dangers de l’hydrogène – un élément explosif – dans l’eau. C’est un non-sens.

Je n’irai pas plus loin dans les détails, parce que ce travestissement honteux de la vérité et de la médecine continue pendant une heure. Sur Forbes.com, Steven Salzberg a écrit un article fantastique sur cette farce parlementaire. Je vous encourage vivement à le lire, car Salzberg remet sérieusement à leur place ces congressistes qui pensent qu’ils en savent plus sur la science que les scientifiques qui ont consacré leur vie à ce sujet.

Si vous avez l’impression que je suis en colère, vous avez raison. Je le suis. Les vaccins sauvent des vies, et les antivaccins mettent ces vies en danger. Il s’agit de personnes qui sont immunodéprimés (les gens qui prennent des immunosuppresseurs, par exemple, qui se remettent d’un cancer ou qui ont des maladies auto-immunes comme la polyarthrite rhumatoïde). Il s’agit également de nourrissons trop jeunes pour être vaccinés : lorsque nous nous vaccinons, nous contribuons à augmenter l’immunité grégaire, ce qui réduit les risques d’infection chez eux.

Et si vous pensez que cela n’a aucun impact, je vous invite ardemment, si votre cœur peut le supporter, à lire l’histoire de Dana McCaffery, une petite fille en parfaite santé qui, à l’âge de quatre semaines – quatre semaines ! –, est morte de la coqueluche, une maladie contre laquelle elle était trop jeune pour être vacciné et qu’elle aurait pu ne jamais contracter si elle n’avait pas vécu au sein d’une population avec des taux de vaccination si faibles.

Bordetella pertussis. La coqueluche. Une maladie qui a reculé pendant des années mais qui revient en force – avec la rougeole et d’autres maladies évitables – parce que les gens ne se font pas suffisamment vacciner. J’ajouterais que je suis moi-même parent d’une petite fille à jour de tous ses vaccins, et que cela me brise le cœur quand je pense à ce qu’ont traversé les parents de Dana – Toni et David McCaffery.

Alors oui, je suis en colère. Et mon sang bout quand je vois des membres du Congrès répéter la rhétorique trompeuse et extrêmement dangereuse selon laquelle les vaccins provoquent l’autisme.

N’écoutez pas les experts auto-proclamés comme Kucinich et Burton qui foulent aux pieds des années de recherche scientifique et la remplace par des théories du complot et des intuitions viscérales. A la place, faites confiance à votre médecin. Si il ou elle vous conseille de vous faire vacciner, faites-
le. Vous pouvez sauver votre vie. Vous pouvez aussi sauver la vie d’un nouveau-né qui habite dans la même rue que vous.

Et s’il vous plaît, écrivez à votre député à ce sujet. Rendez-vous utile. Heureusement, Burton ne se présente pas à sa réélection, mais il est clair qu’il y a d’autres candidats prêts à endosser les mêmes habits.

La science sauve des vies. L’antiscience peut en voler.

Source :
* Phil Plait, “ Congress Promotes Dangerous Anti-vaccine Quackery ”, Slate.com, 4 décembre 2012. Traduction française : Conspiracy Watch.

Voir aussi :
* Qui sont vraiment les conspirationnistes ”anti-vaccination” ?
* Grippe A(H1N1) : quelques réponses aux rumeurs qui inondent la Toile
* Pierre Barthélémy, « Le complot du vaccin mangeur de cerveau », Slate.fr, 6 août 2010.
* Gilles Pialoux, « "Le sida n’existe pas" : le VIH aussi a ses théories du complot », Rue89, 30 juin 2011.