L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 30/11/2020 au 06/12/2020).

DESCARTES. Douter radicalement de la réalité du monde pour établir de nouvelles certitudes : la méthode déployée par Descartes dans ses Méditations métaphysiques (1641) aurait-elle quelque chose à voir avec la rhétorique complotiste ? Les conspirationnistes, en proie au doute, seraient-ils de lointains héritiers de Descartes ? Pour Denis Kambouchner, auteur de nombreux ouvrages sur le philosophe, dont Descartes n’a pas dit (Belles Lettres, 2015), il n’en est rien : le doute mobilisé par les complotistes n’est qu’une mascarade : « Les complotistes sèment le doute, mais ils ne doutent de rien » (source : Philosophie Magazine, 20 novembre 2020).

Dans la même veine, le journaliste Julien Pain (« Vrai ou fake », sur France Info) s’érige dans un thread contre « cette idée qu’il faut douter de tout tout le temps [et] qu’on peut mettre sur le même plan la parole scientifique et la parole de gourous. Que toutes les sources d’information se valent. Que les preuves et l’enquête ont moins de poids que les suppositions, surtout si elles sentent le souffre. »

WIKIPÉDIA. L’encyclopédie en ligne Wikipédia a longtemps été pointée du doigt comme peu fiable, au motif que n’importe qui peut modifier les articles. Cette dimension collaborative associée à toute une batterie de règles et de procédures, s’est avérée, en fait, très efficace quand il s’est agi de faire face au torrent de rumeurs et de théories alternatives relatives au virus et à la gestion de la crise sanitaire, qui se déversent, depuis des mois, sur les réseaux sociaux et au-delà. Pour Conspiracy Watch, Maurice Ronai évoque ces défenses qui ont permis que le site ne se transforme en caisse de résonance des théories complotistes autour de la pandémie (source : Conspiracy Watch, 6 décembre 2020).

FRANCESOIR. Les contributeurs de Wikipédia ont pris une série de mesures pour garantir une information objective au sujet du très controversé site « FranceSoir », qui a repris le nom du quotidien français, France-Soir, fondé à la Libération et disparu en 2011. Wikipédia a voulu dissiper toute confusion entre les deux médias en ajoutant, en tête de leurs deux pages respectives, un avertissement rappelant qu’ils ne doivent pas être confondus l’un avec l’autre. Rappelons que le nouveau média en ligne, dirigé par Xavier Azalbert, a pris son essor avec la pandémie de Covid-19 et affiche un goût prononcé pour les théories du complot.

ANTIVAXX. Géographe spécialisée en santé publique, Lucie Guimier explique dans une tribune parue dans Le Monde qu’il existe, « entre le nord et le sud de la France, des disparités territoriales sur l’opposition à la vaccination ». La chercheuse note que des « médecins ou soignants dissidents ainsi que des acteurs politiques en quête d’électeurs jouent un rôle dans la progression de ce scepticisme » (source : Le Monde, 23 novembre 2020).

PERRONNE. Dans une lettre ouverte publiée sur Google Drive le 30 novembre et largement relayée par la complosphère, le professeur Christian Perronne dénonce un « risque réel de transformer nos gènes définitivement » avec le vaccin contre la Covid-19, et se dit « fier » d’être qualifié de « complotiste » (source : Conspiracy Watch (Twitter), 2 décembre 2020).

BIGARD. Invité d’une émission sur France Bleue, Jean-Marie Bigard a expliqué que le terme « complotisme » servirait à disqualifier une vérité en avance sur son temps, citant notamment une phrase attribuée au philosophe Arthur Schopenhauer. Problème, cette citation, très en vogue dans la rhétorique complotiste est fausse, comme le montre les Décodeurs (source : Le Monde, 2 décembre 2020).

PANDÉMIE. Dans un long entretien à France Info, Olivier Klein, professeur de psychologie sociale à l’Université libre de Bruxelles, analyse les raisons et les conséquences de l’explosion des théories du complot depuis le début de la pandémie. Il conclut notamment sur le danger qu’elles représentent pour la démocratie : « Le complotisme a des conséquences politiques. Pour fonctionner dans une démocratie comme la nôtre, il faut avoir une réalité partagée, il faut qu’on s’entende sur un certain nombre de principes, de croyances de base. […] Avec la division de l’espace médiatique, accentuée par les réseaux sociaux, il y a vraiment un danger que les gens n’aient plus aucune référence commune. A ce moment-là, il n’y a plus moyen de discuter » (source : France Info, 1er décembre 2020).

VACCIN ET ANTIVAXX. Parmi les technologies nouvelles contre la Covid-19 figurent les « vaccins à ARN », qui utilisent une petite partie de l’information génétique du SARS-CoV-2, l’agent pathogène de la maladie. Face à la crainte de certains de ses lecteurs de voir cette technologie modifier l’ADN des malades, Sciences et Avenir explique en quoi cette inquiétude est infondée (source : Sciences et Avenir, 27 novembre 2020).

À voir à ce sujet, l’intervention du professeur Bruno Lina dans l’émission C dans l’air : « Cette histoire d’ARN qui viendrait modifier le code génétique, il suffit de connaître un tout petit peu la biologie des cellules pour savoir que c’est impossible. Mais c’est très simple de dire que c’est dangereux » (source : C dans l’air (Twitter), 2 décembre 2020).

Dans une vidéo partagée des milliers de fois sur Facebook en quelques jours, le Dr Louis Fouché, animateur du site REINFO COVID, affirme qu’en raison des mutations du nouveau coronavirus, « le vaccin ne peut pas fonctionner ». C’est faux : le Sars-CoV-2 subit des mutations en permanence, ce qui est le mode de fonctionnement normal d’un virus, et à ce jour, les variations observées n’ont pas de conséquences notables sur son comportement et n’empêchent pas le principe d’un vaccin, expliquent plusieurs scientifiques (source : AFP, 17 novembre 2020).

PRO-VACCINS. Qui sont les « vaxxeuses », qui démontent les discours anti-vaccins sur les réseaux sociaux ? Un collectif de citoyens militants, partisans du rationalisme, engagés contre les anti-vaccins. Actifs sur Facebook et Twitter, le groupe propose de la vérification d’informations et des articles de vulgarisation scientifique sur la question sensible de la vaccination. Un groupe qui existe depuis 2017, à découvrir dans un entretien à L’Obs (source : L’Obs, 2 décembre 2020).

RAPPEL À l’ORDRE. Sénateur (LR) et médecin radiologue, Alain Houpert s’est vu rappeler à l’ordre, via Twitter, par le conseil de l’Ordre des médecins après avoir posté un message sur ce même réseau selon lequel les « seniors » s’apprêteraient à servir, au gouvernement, de « cobayes » pour la vaccination…

DOMINION. Un mois après l’élection américaine, dans son refus de concéder la victoire à Joe Biden, le président sortant Donald Trump continue de jeter le discrédit sur le système électoral américain. Après la mise en cause du vote par correspondance, il s’en prend désormais à la firme canadienne Dominion, accusée d’avoir permis de falsifier les résultats. Une stratégie en deux temps, néanmoins dépourvue de fondement (source : RFI, 4 décembre 2020).

SOROS. Une vidéo et un article partagés plusieurs milliers de fois sur les réseaux sociaux affirment que le milliardaire George Soros a été « arrêté » à Philadelphie (États-Unis) pour « ingérence électorale ». C’est faux : un porte-parole de la fondation Open Society de George Soros et la police de la Philadelphie ont démenti l’affirmation auprès de l’AFP, et l’acte d’accusation brandi comme preuve est un faux (source : AFP, 1er décembre 2020).

QANON. Joe Biden porte une « botte » médicale à la suite d’une chute survenue en jouant avec son chien. Il n’en a pas fallu davantage pour que des adeptes de QAnon diffusent l’infox selon laquelle il s’agirait d’un bracelet électronique

TRUNEWS. Le pasteur Rick Wiles est le fondateur de TruNews, un site complotiste à caractère raciste et antisémite, qui avait accès à la Maison Blanche sous la mandature de Donald Trump, et qui y a été invité. Dans une émission récente, Wiles a dit espérer que Donald Trump et William Barr, procureur général, fusilleront les démocrates, les gauchistes, les scientifiques et les enseignants. Tout simplement « parce qu’ils le méritent »… (source : Twitter, 30 novembre 2020).

À noter que Barr a contesté les affirmations de Trump, en déclarant mardi 1er décembre que le ministère de la Justice américain n’avait découvert aucune preuve de fraude électorale généralisée susceptible de modifier le résultat des élections présidentielles (source : AP News, 1er décembre 2020).

FUENTES. Alors qu’il ne fait plus de doute depuis le 7 novembre dernier que Joe Biden a remporté l’élection présidentielle américaine, une partie importante des partisans de Donald Trump refuse toujours de regarder la réalité en face. Le 9 novembre, Nick Fuentes, un militant pro-Trump de 22 ans et une figure montante de l’Alt-Right, a affirmé dans un tweet que Trump avait été réélu pour un autre mandat « après avoir été trahi par Fox News, l’establishment républicain, le ministère de la défense et l’État d’Israël, qui ont tous conspiré contre lui » (source : Conspiracy Watch, 2 décembre 2020).

MINTPRESS NEWS. Dans un article du Monde où sont présentées des réactions de médias internationaux, inquiets d’une « dérive vers la pression », en France, à la suite du passage à tabac de Michel Zecler par un groupe de policiers, on rencontre une mention du « média indépendant MintPress News ». Le journaliste Élie Guckert rappelle opportunément qu’il s’agit d’un média de propagande pro-Assad, qui a notamment affirmé, en 2013, que les rebelles étaient responsables de l’attaque chimique de la Ghouta (Syrie). MintPress News relaie aussi des contenus issus de sites de propagande comme ZeroHedge et Press TV.

GREAT RESET. « The Great Reset », c’est cette théorie conspirationniste qui a inspiré le film « Hold-up ». À Paris, New York, Jérusalem ou Toronto, des dizaines de milliers d’internautes s’alarment d’une vaste conspiration qui aurait pour but d’asseoir le contrôle d’une petite élite sur l’humanité toute entière. L’Obs a enquêté sur cette folle rumeur (source : L’Obs, 5 décembre 2020).

FRANCE INTER. Notre ami et collaborateur Tristan Mendès France s’est vu confier une chronique hebdomadaire chaque vendredi dans le 7/9 de France Inter, l’émission matinale animée par Nicolas Demorand et Léa Salamé. Le sujet de cette première intervention : le problème posé par les algorithmes du site web de la Fnac (source : France Inter, 3 décembre 2020). Tristan Mendès France a également répondu aux questions de Benjamin Perrin, portant sur son engagement, sur son blog « Plumes With Attitude ».

À ÉCOUTER. Le septième épisode du podcast des « Déconspirateurs » est en ligne. Tristan Mendès France et Rudy Reichstadt y discutent de l’actualité conspirationniste de la semaine écoulée : médias et complotisme, populisme journalistique, QAnon et les antivaxx, Bigard, Valeurs Actuelles, « questionnisme » et… quelques conseils de lecture.