L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 05/10/2020 au 11/10/2020).

UPR. Élu de La Courneuve (Seine-Saint-Denis) sur une liste de l’Union populaire républicaine (UPR), Mohamed Bekhtaoui a comparu le 6 octobre devant le tribunal de Bobigny pour apologie du terrorisme. Lors d’une visite d’Emmanuel Macron, le 7 avril 2020, il s’était présenté sans masque et sans autorisation de sortie, désireux de parler au président de la République. Interpellé, il a été placé en garde à vue. Un brigadier-chef rapporte ses propos en cellule : « Je vais devenir le nouveau Mohamed Merah. J’ai eu de la chance de le côtoyer, il m’a ouvert les yeux. Je vais faire un carnage » avant de lancer plusieurs « Allahou akbar » à la tête du policier. Relaxé pour apologie du terrorisme, l’élu a été condamné à 140 heures de travail d’intérêt général pour ses outrages (source : Le Parisien, 6 octobre 2020).

AUBE DORÉE. Nikos Michaloliakos, le fondateur et chef du parti néonazi Aube dorée, a été reconnu coupable le 7 octobre de « direction d’une organisation criminelle », alors que la foule explosait de joie devant le palais de justice à l’énoncé du verdict. Quelque 45 autres députés et membres d’Aube dorée ont été reconnus coupables d’« appartenance » à l’organisation, tandis qu’une quinzaine d’autres ont été acquittés. Seule une dizaine des 68 accusés était présente dans une salle d’audience clairsemée, les principaux cadres étant absents à l’énoncé du verdict. Ils connaîtront leur peine lors d’une audience ultérieure mais encourent entre 5 et 15 ans de prison (source : France 24, 7 octobre 2020).

QANON. La revue en ligne Le Grand continent, récemment fondée, a publié une enquête en deux parties sous le pseudonyme « Wu Ming », sous lequel officie un groupe d’écrivains italiens créé en 2000. Le premier volet de l’enquête, traduit de l’italien, décrit l’origine de QAnon et son mode de propagation. L’article critique notamment la notion de « théorie du complot », qui ne refléterait pas la gravité du sujet, et propose, au sujet de QAnon, l’expression d’« hyper-fantasmagorie de complot » car QAnon « relie et regroupe » toutes les autres croyances complotistes. Le second volet explore les « cinq dimensions de QAnon » et explique comment la pandémie, l’infodémie et l’isolement physique ont créé les conditions idéales de sa diffusion, notamment en Europe. Il pose en outre la question : quelles sont les vérités que QAnon déforme et pervertit ?

Sur le front de la riposte, Facebook a annoncé mardi 6 octobre qu’il supprimait tous les comptes, pages et groupes liés à cette mouvance conspirationniste, sur sa plate-forme principale et sur Instagram. Ceci alors que le nombre d’adeptes de QAnon, liés à des mouvements d’extrême droite pro-Trump, a explosé à l’approche de la présidentielle américaine. Le géant des réseaux sociaux avait déjà sévi à plusieurs reprises contre QAnon. Cette fois, même les pages qui ne « contiennent pas de contenus violents » seront supprimées si elles sont associées à la mouvance, a précisé Facebook dans son communiqué (source : Le Monde, 6 octobre 2020).

Aux États-Unis, les trente députés ou sénateurs juifs qui font campagne pour être réélus en novembre sont la cible de messages parfois explicitement antisémites sur Twitter, rapporte le Wall Street Journal. Les adeptes de la théorie du complot QAnon sont notamment en cause (source : Courrier international, 6 octobre 2020).

À lire également, l’enquête de Sébastien Wesolowski sur le site Vice, qui analyse le succès de QAnon, notamment en France, à travers l’une de ses principales figures, Léonard Sojli, co-fondateur de la chaîne YouTube ThinkerView et président pendant trois ans de l’association éditrice (source : Vice, 9 octobre 2020).

SORAL. Le militant d’extrême droite Alain Soral a de nouveau été condamné à 5 400 euros d’amende pour avoir imputé aux juifs les attentats du 11 septembre 2001. Le commentaire, posté le 11 septembre 2019 sur le réseau social russe V-Kontakte, affirmait notamment que « tout est juif dans le 11 septembre », et renvoyait vers un article sur le site Égalité & Réconciliation. Le tribunal a établi que ce message constituait une diffamation à raison de la religion (source : RTL, 7 octobre 2020).

COVID-19. Alors que les responsables de la santé publique sonnent l’alarme sur l’augmentation des cas de coronavirus chez les jeunes, de nouvelles recherches suggèrent que les Américains de moins de 25 ans sont plus susceptibles de croire à la désinformation liée au virus sur la gravité de la maladie et son origine. L’enquête, conduite par des chercheurs de quatre grande universités et menée auprès de 21.196 personnes dans les 50 États, fait apparaître un net fossé générationnel. L’étude montre statistiquement que les 18-24 ans sont significativement plus perméables aux fausses informations sur le coronavirus que les plus de 65 ans (source : New York Times, 23 septembre 2020).

Dans une vidéo vue près d’un million de fois en une semaine, un avocat allemand entend dénoncer des « crimes contre l’humanité » dans la gestion de la pandémie du nouveau coronavirus. Selon lui, la pandémie actuelle est « une fraude », basée sur des tests-PCR qui « ne détectent pas le virus ». Cette affirmation, comme plusieurs autres mises en avant dans cette vidéo, est tout simplement fausse, expliquent des experts interrogés par l’AFP (source : AFP, 8 octobre 2020).

Un peu partout dans le monde, des réseaux se structurent, non seulement pour contester des mesures prises au nom de la lutte contre la Covid-19 et l’ampleur de la menace, mais surtout pour délégitimer la lutte contre l’épidémie elle-même. À les en croire, le nouveau coronavirus ne serait pas un vrai danger mais uniquement un prétexte pour asservir les peuples (source : Le Monde, 4 octobre 2020). Objet d’une enquête judiciaire pour mise en danger de la vie d’autrui, le crudivore Thierry Casasnovas, l’une des figures de ce mouvement de contestation, a fait disparaître dans l’urgence, au cours des derniers jours, des centaines de ses vidéos, qui avaient été visionnées des millions de fois (source : @L’extracteur (Twitter), 11 octobre 2020).

RAOULT. Infectiologue à Montpellier, le Dr Roche a décidé de sortir du silence concernant le Pr Raoult. Dans une lettre ouverte au professeur marseillais, le Dr Roche écrit : « Tu as utilisé des canaux de communication totalement inadaptés, tes vidéos virales sur les réseaux sociaux, en refusant toute controverse exprimée par des gens qui connaissent le sujet. […] Tu as encouragé sans vergogne les tendances complotistes et populistes les plus basses, porté par l’enthousiasme des foules en délire qui te confortaient dans ton idée d’être une sorte de divinité et te rendaient aveugle à la réalité. » Une lettre complétée par une interview du Dr Roche (source : Midi Libre, 5 octobre 2020).

ANTI-MASQUE. « Le masque ne sert à rien » : c’est en ces termes que s’est exprimée à l’Assemblée nationale Martine Wonner. La députée du Bas-Rhin avait fait sensation le vendredi 2 octobre, en assurant sous la forme d’un scoop que les Centers for Disease Control (CDC), influente agence américaine de santé, avaient écarté la thèse de la transmissibilité aérienne du virus. Celle qui avait été exclue du groupe La République en marche (LREM) au printemps après avoir voté contre la stratégie de déconfinement du gouvernement a été contredite par l’agence américaine, dès le 5 octobre, qui a rappelé sur son site que « le virus peut parfois se diffuser par les voies aérienne » et qui a réitéré la recommandation de porter le masque (source : Le Monde, 6 octobre 2020).

La sortie de Martine Wonner avait été massivement applaudie et relayée dans les sphères complotistes. Il est à noter que la députée est membres de l’association « Bon Sens », où l’on retrouve d’autres figures populaires sur la complosphère telles que Christian Perronne, Alexandra Henrion-Caude, Valérie Bugault, Silvano Trotta ou encore Xavier Azalbert, le directeur du site France Soir. On consultera à ce sujet le thread de notre rédaction. On notera enfin que les prises de position aux accents complotistes de la généticienne Alexandra Henrion-Caude sont aujourd’hui dénoncées par plusieurs scientifiques, parmi lesquels Axel Kahn, président de la Ligue contre le cancer, ainsi que par l’Inserm (source : LCI, 5 octobre 2020).

DÉBAT. Le 6 octobre 2020, Bénédicte Le Chatelier et Serge July recevaient Rudy Reichstadt, directeur de l’Observatoire du conspirationnisme, dans « Le Club Le Chatelier » (LCI), pour évoquer notamment l’ouvrage L’Opium des imbéciles (Grasset, 2019). Un échange à retrouver sur notre site.

HANI RAMADAN. Le directeur du Centre islamique de Genève, Hani Ramadan, a commenté le discours d’Emmanuel Macron annonçant l’introduction prochaine d’un projet de loi contre le « séparatisme islamiste » comme une attaque contre l’islam : « La France, nous l’avons déjà dit, à [sic] besoin d’un président français, et non pas d’un sioniste président » a conclu le frère de l’islamologue Tariq Ramadan. La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) a réagi en soulignant les obsessions antijuives du prédicateur.

BANDE DESSINÉE. Plusieurs solutions s’offrent à celle ou celui qui veut combattre les « théories du complot ». Infiltrer ces milieux, contre-argumenter, déconstruire… Ou alors, comme le rapporte Le Matin, tout simplement en rire. Vient de paraître une bande dessinée réalisée par Fabrice Erre et Jorge Bernstein Les complotistes. « On y découvre le jeune Kévin-Néo qui, lors de sa rentrée au lycée, choisit le cours à option “Théorie et pratique de la mise en question”, donné… dans le local à poubelles par un mystérieux prof, Patrick Mulder 427. Et là, tout va être étalé sur la table à disséquer la vérité : de l’assassinat de Kennedy aux francs-maçons, en passant par Nostradamus et les Illuminati, les deux auteurs dressent un tableau quasi complet des complots » (source : Le Matin, 8 octobre 2020).

SANTÉ. Le 8 octobre sur BFM TV, Olivier Véran, ministre de la Santé, a exprimé son inquiétude au sujet des dérives sur les réseaux sociaux. « Je pense que le complotisme est en partie animé par des gens qui ont des intentions politiques plus ou moins cachées. Et le complotisme a fait des dégâts dans beaucoup de démocraties dans le monde. »

RIPOSTE EN LIGNE. L’Atelier des médias, une émission proposée par RFI, s’est penché sur deux initiatives visant à s’attaquer au porte-monnaie des sites Internet et médias qui propagent des discours haineux et violents : Sleeping Giants France et Stop Hate Money. Tristan Mendès France, qui pilote la seconde, y rappelle notamment la réalité suivante : « Je pense que ce type d’initiatives comme Sleeping Giants ou la nôtre sont vraiment essentielles parce que les promoteurs de haine et les promoteurs de complotisme en ligne font souvent un business. On pense que ces initiatives sont des initiatives simplement militantes mais il y a quasiment systématiquement, notamment pour les plus grosses structures […] un business à côté » (source : RFI, 10 octobre 2020). Rappelons que, l’année dernière, une étude de Global Disinformation Index (GDI) estimait que les fausses informations rapportaient annuellement plus de 235 millions de dollars de revenus publicitaires, un chiffre probablement encore sous-estimé.

ÉTAT PROFOND. « Un vent mauvais souffle sur l’Etat et ses serviteurs. Surfant sur une tradition poujadiste profondément ancrée et réactivée par la mouvance complotiste, Michel Onfray et ses disciples croient déceler dans les malheurs du monde et de la France, à l’instar des supporters de Donald Trump, la main invisible d’un ‘État profond’. » Délégué interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT, Frédéric Potier a pris la plume dans L’Express pour fustiger l’idée d’un État capturé par une caste de hauts fonctionnaires… (source : L’Express, 11 octobre 2020).

INFOWARS. Interrogée sur la chaîne Fox Business Network, la complotiste DeAnna Lorraine, animatrice phare du média InfoWars dirigé par l’extrémiste Alex Jones, a expliqué que Donald Trump avait raison de rejeter l’idée d’un débat présidentiel virtuel. En effet, d’après elle, Joe Biden pourrait bien être remplacé par un clone ou des images de synthèse… (source : RightWingWatch, 9 octobre 2020).