L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 22/03/2021 au 28/03/2021).

CONFUSIONNISME. Philosophe et politiste, enseignant à Sciences Po Lyon, Philippe Corcuff vient de publier La Grande confusion. Comment l’extrême droite gagne la bataille des idées (Textuel, 2021), une somme de plus de 600 pages consacrées aux passerelles idéologiques entre la gauche et la droite, y compris la plus extrême. La rédaction de Conspiracy Watch s’est entretenue avec celui qui estime qu’« on ne doit pas tergiverser sur cette question du complotisme » (source : Conspiracy Watch, 22 mars 2021).

LECTURE. Pierre-André Taguieff vient de faire paraître un « Que sais-je ? » (PUF) intitulé Les théories du complot. Dans les bonnes feuilles publiées par Conspiracy Watch, le philosophe et historien des idées évoque notamment la technique chère aux complotistes de la conglobation, ce « mitraillage argumentatif » qui consiste à « accumuler dans un texte ou un discours, en général polémique, des arguments, aussi inconsistants soient-ils, pour produire, par leur empilement incessant, un effet de preuve ou de démonstration, l’objectif étant d’intimider l’auditoire pour le conduire à admettre la thèse défendue » (source : Conspiracy Watch, 24 mars 2021).

AMBASSADE DE CHINE. La chronique de Tristan Mendès France du vendredi 19 mars sur France Inter était consacrée à la stratégie de communication assez déroutante des autorités chinoises en France. Ingérence, polémiques, insultes, infox, complotisme… l’ambassade de Chine en France, dont le principal occupant vient d’être convoqué par le ministre français des Affaires étrangères, fait feu de tout bois depuis quelques mois, comme le rappelle notre collaborateur (source : France Inter, 26 mars 2021). Le député européen Raphaël Glucksmann, engagé dans la défense des Ouïghours, a lui-même été la cible d’un tweet antisémite dont l’auteur intervient sur un média d’État chinois…

Comme une confirmation de cette dérive diplomatique, France Inter et Tristan Mendès France ont été attaqués à la suite de cette chronique par le site complotiste Le Grand Soir et son fondateur, Maxime Vivas, en des termes violents. Il faut souligner le fait que l’ambassade de Chine relaie souvent les propos de cet individu… (source : Tristan Mendès France/Twitter, 27 mars 2021).

À (re)lire sur Conspiracy Watch, l’entretien avec Antoine Bondaz, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) et enseignant à Sciences Po, publié il y a un an. Le chercheur devenu l’une des cibles de l’ambassade de Chine en France décryptait alors la diplomatie chinoise dans le contexte pandémique (source : Conspiracy Watch, 17 mars 2020).

ANTI-MASQUES. En Haute-Savoie, un rassemblement anti-masques a réuni entre 1 000 et 2 000 personnes le dimanche 21 mars. Parmi les participants, on trouvait aussi bien des écolos, des militants de la gauche radicale que des complotistes proches de la mouvance dieudonniste, comme Chloé Frammery – qui s’est vue décerner une « quenelle d’or » en 2018 –, ou de QAnon (source : Marianne, 23 mars 2021).

PANDÉMIE FICTIVE ? Des publications populaires sur Facebook et Twitter prétendent montrer que la pandémie de Covid-19 ne serait qu’une mise en scène, avançant comme soi-disant preuve une vidéo qui montrerait une équipe de tournage filmer l’évacuation de patients atteints de cette maladie, dans ce qui ressemblerait à un studio de cinéma. Mais cette séquence est en réalité le tournage d’une vidéo promotionnelle d’un hôpital en Israël (source : Les Observateurs/France 24, 19 mars 2021).

EVERGREEN. Des adeptes de QAnon pensent que le navire qui bloque actuellement le canal de Suez participe à de la contrebande d’enfants, qu’il transporterait par centaines ou par milliers, dans le cadre d’un réseau mondial pédo-satanique. La preuve ? Elle apparaît dans le nom même du bateau, « Evergreen », qui correspondrait au nom qu’utiliseraient les services secrets pour désigner Hillary Clinton, au centre de cette théorie du complot. Des explications à retrouver dans un thread sur Twitter. Le sujet a également été abordé par Thomas Huchon dans la séquence qu’il anime dans l’émission de Bénédicte Le Chatelier sur LCI.

BOULDER. Dix personnes ont été assassinées le lundi 22 mars 2021 à Boulder, dans un supermarché du Colorado. Le tueur, Ahmad Ali Aliwi Alissa, un homme d’origine syrienne de 21 ans, manifestait, aux dires de ses proches, des tendances « paranoïaques » et « asociales ». Joe Biden a réclamé l’interdiction des fusils d’assaut sur le territoire américain, un positionnement auquel devraient s’opposer Marjorie Taylor Greene et Lauren Boebert, deux membres du Congrès sensibles aux théories complotistes et hostiles à toute régulation des armes à feu (source : Conspiracy Watch, 24 mars 2021).

FRANCESOIR. Le média FranceSoir, qui réfute l’utilisation du qualificatif de « complotiste » à son encontre, a publié en janvier dernier un entretien avec Dolores Cahill. Rappelons que cette professeure titulaire d’immunologie et de biologie moléculaire à l’école de médecine de l’University College Dublin, s’est fait connaître à la suite de la mise en ligne d’une vidéo sur Facebook, le 22 novembre 2020, en affirmant qu’il n’y a pas de pandémie et que la maladie a le même taux de mortalité que la grippe (source : Tristan Mendès France/Twitter, 25 mars 2021).

CASASNOVAS. Très actif sur YouTube, qu’il inonde de vidéos, le crudivoriste Thierry Casasnovas est dans le viseur des autorités qui s’inquiètent de sa dérive complotiste et de son audience grandissante en ces temps de pandémie. Libération est parti sur ses traces dans la vallée du Vallespir, où le quadragénaire compte autant d’adeptes que de détracteurs (source : Libération, 23 mars 2021). Cette enquête a valu à son auteur, Guillaume Gendron, des centaines de commentaires sur la page Facebook du quotidien dont il a donné un sinistre aperçu sur Twitter.

#CITOYENSDUWEB. Nous avions signalé la publication dans Libération d’une tribune d’un collectif de citoyens spécialisés dans la lutte contre la désinformation. Les signataires alertaient des risques liés à « l’émergence des charlatans du Web et l’emprise mentale que certaines structures ou individus exercent ». Un membre du collectif « L’Extracteur » témoigne dans une vidéo de la violence inouïe à laquelle sont soumis ceux qui, comme lui, luttent contre la désinformation sur Internet : injures, plaintes, harcèlement, diffamation, menaces de mort, divulgation de l’identité… Un rappel glaçant mais nécessaire sur cet engagement démocratique salutaire.

ÉLOGE DU DOUTE. Lire Magazine Littéraire nous invite dans son dernier hors-série à retrouver une hygiène du doute. De Pyrrhon à Étienne Klein en passant par Rabelais, Montaigne, Cervantès, Descartes, Nietzsche et Clément Rosset, ce numéro spécial ne pouvait décidément pas escamoter la question du complotisme, cette suspicion dogmatique qui usurpe le prestige associé à la pensée critique pour se parer des atours avantageux du scepticisme. Un précieux viatique par les temps qui courent… à n’en pas douter ! (source : Conspiracy Watch, 26 mars 2021).

GÉNOCIDE DES TUTSI. La commission de recherche sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsi (1990-1994), placée sous la direction de Vincent Duclert, vient de rendre ses conclusions. Elles pointent la responsabilité « accablante » de la France. L’occasion de réécouter un entretien que nous avions eu avec Guillaume Ancel en juin 2018, dans lequel l’ex-officier évoquait en détail les thèses négationnistes et complotistes sur le sujet.

SIDNEY POWELL. L’ancienne avocate de la campagne électorale de Donald Trump, Sidney Powell, a été une active défenseuse de la théorie selon laquelle Joe Biden aurait dû sa victoire à une fraude impliquant les machines de vote de l’entreprise Dominion Voting Systems. L’avocate risque aujourd’hui une amende de 1,3 milliard de dollars pour ses fausses allégations. Ses avocats ont fait valoir la défense suivante : « Aucune personne raisonnable ne conclurait que les déclarations [de Powell] étaient sérieuses » (source : Vox, 23 mars 2021).

HAINE EN LIGNE. Le principal rapport annuel décrivant les grandes tendances et changements dans l’extrême droite nationale et internationale, au Royaume-Uni, vient d’être publié. Emanant de l’organisation HOPE not hate, le document détaille comment, au cours de l’an passé, la pandémie de Covid-19 a accéléré le développement de l’extrême droite sur les réseaux sociaux. Le rapport, téléchargeable, contient des enquêtes exclusives sur une nouvelle organisation néo-nazie, le National Partisan Movement, la mouvance QAnon ou encore sur l’ « éco-fascisme », ainsi que des notices détaillées des principaux groupes et figures de la « fachosphère » britannique.

HÔPITAUX. De nombreuses publications affirment que le nombre de lits en réanimation en Île-de-France aurait chuté à 1 700 aujourd’hui contre 2 500 en mars 2020. Ce chiffre est toutefois faux selon les autorités sanitaires, et repose sur une interprétation erronée d’un article du Canard enchaîné, même si la baisse du nombre de lits hospitaliers en France est bien réelle ces dernières années (source : AFP, 22 mars 2021).

IRLANDE. Dans l’Irish Examiner, Aoife Gallagher, chercheuse à l’Institute for Strategic Dialogue, explique que les groupes covido-sceptiques en Irlande ont quasiment doublé en six mois à la faveur de la crise sanitaire. Elle dresse le constat suivant : « Les groupes en ligne hostiles au confinement, en Irlande, sont inondés de contenus de mouvements complotistes tels que QAnon, de mouvements souverainistes anti-gouvernementaux et de divers groupements suprémacistes blancs » (source : Irish Examiner, 18 mars 2021).