Depuis le début du mois de mars, la diplomatie chinoise suggère que, contrairement à ce qui est communément admis, le Covid-19 ne trouverait pas son origine en Chine mais proviendrait de l’étranger et va jusqu’à relayer d’obscurs textes complotistes. Spécialiste de la Chine et des deux Corées, Antoine Bondaz est chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS) et enseignant à Sciences Po. Pour lui, les manipulations de l’information auxquelles se livre la Chine s’inscrivent dans une stratégie visant à déstabiliser les démocraties occidentales.

Antoine Bondaz (à l’arrière-plan : Zhao Lijian, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères).

Conspiracy Watch : Depuis le début du mois de mars, la diplomatie chinoise laisse entendre que, contrairement à ce qui est communément admis, le Covid-19 ne trouverait pas son origine en Chine mais proviendrait de l’étranger. Sur quels éléments se base-t-elle ?

Antoine Bondaz : Dans la première séquence, la communication chinoise, des médias d’Etat aux diplomates, critique en février, et à juste titre, les individus qualifiant à l’étranger de « virus chinois » ou de « virus de Wuhan » le SARS-CoV-2. Elle évite cependant soigneusement de rappeler que, fin janvier, ces mêmes médias d’Etat parlaient ouvertement de « pneumonie de Wuhan » pour évoquer le Covid-19.

La seconde séquence commence début mars. Elle est le fruit d’une campagne de communication/désinformation savamment orchestrée. Le 4 mars, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijian, évoque pour la première fois que « si les cas confirmés de Covid-19 ont été initialement identifiés en Chine, son origine n’est pas nécessairement chinoise ». Il explique alors s’appuyer sur des propos de Zhong Nanshan, le célèbre pneumologue chinois qui a identifié le SRAS en 2003. Pourtant, ce dernier est revenu sur ses propos. Bien que condamnée, cette désinformation circule abondement en Chine et à l’étranger.

La troisième séquence débute le 13 mars et met encore en scène Zhao Lijian qui publie deux tweets, mentionnant chacun une publication pseudo-scientifique émanant du site internet GlobalResearch.ca qui « démontrerait » que le SARS-CoV-2 serait d’origine américaine. Dans un premier tweet, il annonce : « cet article est vraiment très important pour chacun de nous. Svp lisez-le et retweetez-le ». Dans le second, il dit : « il faut prendre quelques minutes pour lire cet article. C’est tellement étonnant que cela a changé beaucoup de choses auxquelles je croyais. Svp retweetez pour mettre plus de monde au courant ». Trois jours plus tard, ces deux tweets ont été retweetés respectivement 11 700 et 2600 fois, notamment par de nombreux diplomates chinois.

Tweets de Zhao Lijian du 13 mars 2020 renvoyant à deux articles publiés sur le site conspirationniste canadien GlobalResearch.ca.

CW : Ces deux publications, qui proviennent d’un site conspirationniste canadien bien connu, suggèrent que le nouveau coronavirus a été introduit par l’armée américaine. Dans un thread publié lundi sur Twitter, vous reprochez à Zhao Lijian de mentionner ce texte dont l’auteur, dites-vous, est très probablement une invention de la propagande chinoise. Selon vous, « il est fort probable qu’il s’agisse d’un simple pseudonyme utilisé par la propagande chinoise pour diffuser des informations erronées ». Outre le fait qu’aucun média ne parvient à joindre cette personne, quels sont les éléments qui vous font pencher vers l’hypothèse d’un hoax pur et simple ?

A. B. : L’hypothèse d’une campagne coordonnée de désinformation prend tout son sens lorsqu’on étudie ces articles, et leur auteur présumé. « Larry Romanoff » est présenté comme un « consultant en management et homme d’affaires à la retraite ». Il aurait occupé des postes de direction « dans des sociétés de conseil ». Mais aucune autre information n’est disponible sur cet individu. Ayant commencé à écrire pour le site fin septembre 2019, il aurait rédigé seul pas moins de 67 longs articles, abordant au départ des sujets très variés, tout en se concentrant sur une critique en règle du système politique américain et la promotion du système politique chinois. A partir du 25 janvier, il s’est concentré sur l’épidémie de Covid-19, notamment à travers un premier article traduit en chinois, en allemand et en espagnol.

CW : Vous rappelez que, dans certains de ses textes, on explique que les Occidentaux sont soumis à des « médias sionistes » qui dénigreraient en permanence la Chine…

A. B. : Ses textes sont ouvertement conspirationnistes. Dans un article du 20 novembre intitulé « Comprendre la Chine », il affirme que « les Occidentaux vivent dans un monde fantasmé en noir et blanc façonné par les médias sionistes », ou encore que « l’homme blanc, l’Occident sioniste, ce qui inclut le Japon » cherchent à « asservir le monde ».

Le 25 janvier, « Larry Romanoff » affirme que la conclusion des biochimistes chinois est que le virus du SRAS a été « créé par l’homme », s’étonne qu’« il n’y a pas eu de cas de Caucasiens infectés jusqu’à présent [et que] comme pour le SRAS, ce nouveau virus semble être étroitement lié aux Chinois », induisant l’idée que le virus ne se propagerait que parmi la population chinoise. Évoquant de nombreux virus, du VIH au MERS-CoV en passant par le virus Ébola ou même la polio en Syrie, il conclut que « ces milliers de scientifiques, médecins, virologues et épidémiologistes de premier plan sur de nombreux continents ont convenu que tous ces virus avaient été créés en laboratoire et que leur libération était délibérée ».

Concernant une origine américaine du SARS-CoV-2, il considère que le virus a été introduit depuis les Etats-Unis dans le marché humide de Huanan, à Wuhan. Affirmant que les autorités médicales mais aussi les agences de renseignement chinoises auraient recueilli « près de 100 échantillons du génome du virus provenant de 12 pays différents sur 4 continents », ils auraient déterminé que « l’épidémie de virus avait commencé beaucoup plus tôt, probablement en novembre, peu après les Jeux militaires de Wuhan ». Affirmant que si des Américains ont pu mourir non de la grippe saisonnière mais du Covid-19 en février 2019, l’article conclut, citant un internaute non identifié de Weibo (le Twitter chinois), que « les délégués américains ont peut-être apporté le coronavirus à Wuhan ». Une rumeur ne s’appuyant sur aucun fondement scientifique mais ensuite largement reprise par la propagande chinoise.

Rappelons que si les autorités chinoises critiquent en permanence la « propagande occidentale », elles empêchent aussi à plus de 800 millions de personnes sur leur territoire d’accéder à des réseaux sociaux comme Twitter ou Facebook ainsi qu’à des grands titres de presse internationaux comme Le Monde, Bloomberg, le New York Times, le Washington Post, Reuters, la BBC, le Guardian, The Economist, The Wall Street Journal, Yomiuri Shimbun, etc.

CW : Une étude de l’université de Yale a calculé que 95% des personnes atteintes par le Covid-19 en Chine auraient pu échapper à la contamination si les autorités chinoises avaient réagi plus tôt et plus énergiquement. Le recours à la théorie du complot est-il une manière pour le régime de Pékin de faire passer au second plan ses ratés dans la gestion de la crise ?

A. B. : On peut considérer plusieurs objectifs complémentaires qui ont recours, comme souvent, à la manipulation de l’information. Comme Xi Jinping l’appelait de ses vœux en août 2013 au cours de la Conférence nationale sur la propagande et le travail idéologique, « nous devons méthodiquement mener le travail de propagande externe […] afin de mieux raconter l’histoire de la Chine et faire entendre la voix de la Chine ».

Le premier objectif des dirigeants chinois est de faire oublier leurs responsabilités dans la gestion initiale de l’épidémie. Pékin reconstruit ainsi le déroulement de la crise sanitaire, en Chine comme à l’étranger. Non seulement le régime oppose les autorités locales, présentées comme responsables de la crise, aux autorités centrales qui seraient exemplaires, mais le régime tente aussi de minimiser ses erreurs qui, couplées à l’absence initiale de prise de décision au plus haut niveau, n’ont pas permis d’informer le public et de prendre des mesures de restriction de déplacement plus tôt, permettant à l’épidémie de se propager à Wuhan, en Chine, et in fine à l’étranger.

Pire, Pékin veut faire oublier la censure et la répression associées à la gestion de la crise. De nombreux médecins ont été forcés de se taire non seulement au début de l’épidémie, comme le docteur malheureusement décédé Li Wenliang, mais aussi depuis, à l’instar de la chef de service d’un hôpital de Wuhan Ai Fen ; des journalistes citoyens s’étant rendus sur place afin d’informer le public, comme Chen Qiushi, ont disparu ; et des activistes qui ont critiqué les autorités centrales et appelé Xi Jinping à la démission, comme Xu Zhiyong, risquent désormais des années de prison pour subversion.

Le second objectif est non seulement de redorer l’image du pays à l’international mais surtout de vanter les mérites de leur modèle de gouvernance et de convaincre, en Chine et à l’étranger, qu’il est plus efficace que les modèles de gouvernance occidentaux. Les éditorialistes d’Etat multiplient ainsi les critiques sur Twitter, à l’instar de l’éditeur en chef du Global Times Hu Xijin qui, le 11 mars, évoquait l’incompétence de Washington et l’incapacité du Président Trump à contrôler l’épidémie, allant jusqu’à douter que le gouvernement américain, contrairement au gouvernement chinois, fasse de la protection de sa population sa priorité numéro un.

Ces manipulations de l’information s’inscrivent donc dans une stratégie claire visant à déstabiliser les démocraties occidentales, principalement les États-Unis, mais aussi les pays européens tout en cherchant à légitimer le modèle de gouvernance chinois à l’étranger. Si les regards sont généralement braqués vers la Russie, la Chine est de plus en plus offensive. Le cas de Taiwan, tant dans la stratégie de désinformation et de déstabilisation chinoise que dans la façon dont l’île cherche à s’en protéger, est en soit exemplaire.

 

Antoine Bondaz a notamment publié « Faire entendre la voix de la Chine : les recommandations des experts chinois pour atténuer la perception d’une menace chinoise » (Revue internationale et stratégique, n° 115, 2019/3) et « Covid-19, un état de guerre sanitaire en Chine et une menace internationale », avec Elisande Nexon (Fondation pour la recherche stratégique, note n° 04/20, 13 février 2020).

 

Voir aussi :

Pourquoi le coronavirus n’est probablement pas une « arme biologique »