Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des derniers jours en matière de conspirationnisme et de négationnisme (semaine du 10/02/2020 au 16/02/2020).

LECTURE. Paru en français le 9 janvier 2020, Ordres de tuer. Arménie 1915, de l’historien turc Taner Akçam, porte un coup très dur au discours consistant à nier la nature génocidaire des massacres commis contre les Arméniens entre 1915 et 1918 – désignés, dans la terminologie officielle turque, comme « les événements de 1915 ». L’auteur y établit en effet, de façon rigoureuse, l’authenticité des « documents Andonian », du nom du journaliste arménien, Aram Andonian, qui les publia en 1920-1921. Pour Conspiracy Watch, Lionel Chanel fait le point sur ces preuves d’authenticité qui pulvérisent les derniers arguments négationnistes (source : Conspiracy Watch, 13 février 2020). On écoutera également, sur ce même sujet, l’émission « Le cours de l’Histoire » (France culture) du 14 février dernier, dans laquelle Xavier Mauduit recevait Taner Akçam.

EUSTACE MULLINS. Il y a dix ans, Eustace Mullins (1923-2010) disparaissait à l’âge de 86 ans, trois semaines après avoir été frappé par un AVC. Figure de l’extrême droite américaine, cet idéologue conspirationniste est essentiellement connu pour son ouvrage, The Secrets of the Federal Reserve, publié pour la première fois en 1952 et stabilisé dans sa version définitive en 1991, consacré à la Fed, la Réserve fédérale, l’institution qui, aux États-Unis, fait office de banque centrale. Conspiracy Watch revient sur la figure et le parcours de cet idéologue antisémite, dont les thèses complotistes ont été relayées en France par des influenceurs comme Alain Soral ou Étienne Chouard (source : Conspiracy Watch, 11 février 2020).

DOCUMENTAIRE. Les théories du complot pullulent. À côté de grands « classiques », l’actualité semble aujourd’hui être un vivier sans fond pour inspirer les thèses les plus absurdes et susciter de nombreux adeptes sur les médias sociaux. « Pourquoi ces théories insensées semblent-elles plausibles ? Comment les complotistes parviennent-ils à nous convaincre en déformant des faits pourtant avérés ? » Le documentaire « Complots : Vérités ou mensonges ? », diffusé sur W9 le 11 février dernier s’est efforcé de répondre à ces questions. L’émission, qui aborde le cas des attentats du 11-Septembre, de l’affaire Mamoudou Gassama et de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris peut être vue en replay.

ATTENTAT (ANNIVERSAIRE). Il y a cinq ans, le 14 février 2015, deux fusillades éclataient à Copenhague (Danemark). Une personne fut tuée et trois policiers furent blessés dans la première qui avait pris pour cible un débat sur l’islamisme. L’attaque d’une synagogue du centre-ville causa par ailleurs la mort d’une autre personne et fit deux blessés. Les commentaires complotistes avaient alors rapidement surgi sur les réseaux sociaux (Conspiracy Watch, 15 février 2015).

AFFAIRE GRIVEAUX. La diffusion sur Internet mercredi 12 février de vidéos à caractère sexuel a poussé Benjamin Griveaux, candidat LREM à la Mairie de Paris, à annoncer avant le week-end son retrait des élections municipales. C’est un activiste du nom de Piotr Pavlenski qui a revendiqué être à l’origine de la publication des vidéos. Bénéficiaire de l’asile politique en France, Pavlenski a été condamné en janvier 2019 pour avoir incendié la façade d’une succursale de la Banque de France. Il fait l’objet d’une enquête pour des violences commises le soir du 31 décembre 2019 au domicile de l’avocat Juan Branco, dont il est proche. Il a été placé, ainsi que sa compagne, Alexandra De Taddeo, en garde à vue samedi (source : Le Parisien, 16 février 2020). Le blogueur conspirationniste Panamza, qui s’est spécialisé dans des théories du complot centrées sur la dénonciation d’Israël, du sionisme et des réseaux maçonniques, a suggéré vendredi une manipulation impliquant la main d’Israël ou du Crif, arguant que la plateforme Wix, sur laquelle le site de Pavlenski a été développé, a son siège social en Israël. Quant à l’hypothèse d’une opération de kompromat fomentée par les services de renseignements russes, elle n’apparaît pas à ce stade comme la plus plausible ainsi que l’explique Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch :