Retour sur un moment de complotite aigüe dans l’émission de Frédéric Taddéï.

Pour venir débattre des frappes en Syrie – fallait-il mener des représailles ? avec quelles conséquences ? –, lundi 16 avril dernier sur Europe 1, Frédéric Taddeï s’est entouré de quatre invités. A première vue, le plateau est équilibré : deux intervenants sont plutôt favorables à l’intervention militaire de la France, deux autres y sont hostiles. D’un côté, une universitaire reconnue, Agnès Levallois, et une reporter de retour de la zone syro-irakienne, Laura-Maï Gaveriaux. De l’autre, l’auteur d’un livre, La France atlantiste et collaborateur régulier d’un site proche de l’extrême droite (L’Incorrect), Hadrien Desuin ; enfin, un dénommé Michel Raimbaud.

Ce-dernier est-il un spécialiste – pour le moment méconnu – de la Syrie ? Même pas.

Ancien ambassadeur de France dans plusieurs pays africains (Zimbabwe, Soudan, Mauritanie…), à la retraite depuis une décennie, Michel Raimbaud a récemment publié un ouvrage sur « le Grand Moyen-Orient », préfacé par Richard Labévière, auteur d’un mémorable scoop contesté relatif à une prétendue hospitalisation d’Oussama Ben Laden à Dubaï. Le livre, dont Le Monde diplomatique a assuré une recension des plus positives, porte sur « un projet israélo-américain » de remodelage de la région au prix de toutes sortes de manœuvres clandestines : opérations sous faux drapeaux, manipulations, intox.

Cet inconnu des grands médias d’information, l’équipe de Frédéric Taddeï a forcément dû le « googler ». Il n’a pas pu lui échapper que l’homme s’exprime et se lit d’abord sur des sites dits de « réinformation » ayant un tropisme complotiste plus ou moins prononcé comme le Cercle des volontaire, TV Libertés, Le Grand soir, Solidarité & Progrès (le site des larouchistes français emmenés par Jacques Cheminade) ou encore Les-Crises.fr.

Les interventions de Michel Raimbaud témoignent d’une véritable obsession : débusquer les « néoconservateurs ». Ces chevilles ouvrières du grand complot contre la stabilité du Moyen-Orient – « souvent de double nationalité israélo-américaine » prend soin de préciser Raimbaud – seraient littéralement partout : « En France, l’atlantisme et le sionisme sont les deux mamelles des néocons » explique-t-il dans un entretien pour Le Grand Soir, et cela aurait même commencé avec « François Mitterrand, qui n’était pas néoconservateur, mais son entourage l’était en bonne partie, ou faisait du néoconservatisme sans le savoir ».

Sur la Syrie, que dit Michel Raimbaud ? Il est l’auteur d’un texte paru le 13 avril (trois jours avant l’émission) sur le site conspirationniste de Michel Chossudovski, Mondialisation.ca : « Halte à la guerre infâme ». Il y pourfend « les élites qui ont soumis les populations à un lessivage de cerveau sans précédent » et s’attaquent à « Bachar el-Assad, président légitime d’un pays en guerre, sans qui la Syrie ne serait plus qu’un souvenir [et qui] fait seulement son devoir ». Dans un autre article daté du 19 février et intitulé « Réveillons-nous, ils sont devenus fous », il écrit : « ce pays aimable, tolérant, hautement civilisé » – qui est aussi l’une des dictatures les plus brutales du monde depuis des décennies, rappelons-le – est attaqué depuis sept ans par des « assaillants barbares venus de cent pays, atlantistes comme islamistes, se sont acharnés à vouloir en détruire les richesses, les infrastructures, les capacités, les monuments, les beautés naturelles afin de le rayer de la carte ». Pourquoi ? « La Syrie n’a cessé d’apporter un soutien indéfectible à la cause palestinienne et est toujours apparue comme un Etat rebelle à l’ordre israélo-atlantique » (sic).

La Syrie, victime d’un axe israélo-atlantiste ? Quand on sait comment, quelques mois avant la révolte encore, Bachar el-Assad tentait de se rapprocher des Etats-Unis, recevant des délégations diplomatiques américaines, se disant prêt à négocier avec Israël auquel son régime n’avait cessé de garantir la stabilité de la frontière du Golan, quand on sait la réticence de Barak Obama à soutenir les rebelles en 2011 et la passivité d’Israël vis-à-vis des événements qui se produisaient chez son voisin syrien jusqu’à l’arrivée, bien plus tard, des troupes iraniennes, c’est plus que douteux. Mais Michel Raimbaud semble avant tout un militant.

Bref, c’est donc Michel Raimbaud, un tenant d’une vision complotiste du monde et de la scène moyen-orientale en particulier, que Frédéric Taddeï choisit de recevoir pour parler de l’intervention française en Syrie. L’animateur ne peut ignorer à qui il a à faire, mais se garde d’en informer ses auditeurs : Raimbaud est simplement présenté comme un « ancien ambassadeur », label des plus rassurants. Frédéric Taddeï avait pourtant le choix. Il aurait pu inviter l’un des très nombreux universitaires, experts, journalistes opposés aux frappes. Il y en a. Mais c’est à Michel Raimbaud qu’il a choisi, ce soir-là, de tendre son micro.

Et l’on n’est pas déçu ! Sans surprise, à l’antenne, l’homme multiplie slogans et assertions sans preuves.

L’intervention française est, pour l’ancien diplomate, « fondée sur des mensonges, un gigantesque mensonge. Elle est injustifiable. Tous les arguments qu’”ils” donnent sont des arguments frelatés et faux. » Plus tard : « On nous a déjà fait le coup en Irak. Et donc, sur la Syrie, d’ici probablement quelques années, si c’est pas maintenant, ça fait déjà sept ans que ça dure, la plaisanterie, qu’on nous rabat les oreilles avec les mêmes… avec ce genre de… enfin, ce qui a été dit maintenant, là… »

Lire, sur Conspiracy Watch : « Syrie : une attaque chimique “mise en scène” ? Pourquoi ça ne tient pas »

Quant à l’attaque chimique imputée au régime ? « Ah non, je ne crois pas ! Parce que je crois que… le comment… le “false flag”, disons le “faux pavillon”, c’est quelque chose qui est bien connu, c’est la technique depuis toujours, non pas des rebelles modérés de l’opposition syrienne, mais des terroristes ».

« False flag ». Le mot est lâché. Laura-Maï Gaveriaux ne s’y trompe pas : « Monsieur Raimbaud nous a gratifié de ce qu’on appelle une position complotiste » analysera-t-elle dès qu’elle aura la parole. Mais Frédéric Taddeï relance l’ambassadeur à la retraite :

« – Vous voulez dire que ce sont les groupes terroristes qui utilisent des armes chimiques ?

– Oui ! D’après tous les services de renseignement, à chaque fois, on le dit, mais ça n’est pas cru… La thèse n’est jamais publiée, parce qu’on ne laisse pas les gens s’exprimer… Mais les services de renseignement, je dirais, disons, les rapports des services de renseignement sont assez impératifs. On dit que même quand on n’a pas vraiment de certitude, les probabilités, parce que le… bah, Bachar el-Assad n’est pas idiot ! Ni les Syriens ne sont pas idiots ! Le gouvernement syrien n’est pas idiot ! Et à chaque fois c’est utilisé lorsque l’armée syrienne, disons, progresse… Eh ben, va franchir une étape décisive dans la libération du territoire syrien… Je dis bien la libération, c’est le gouvernement légal ! »

A la fin de l’émission, Raimbaud conclut par cette phrase définitive : « S’il n’y avait plus de Bachar el-Assad, il n’y aurait plus de Syrie du tout. Il n’y aurait même plus d’opposants ».

On pourrait soupçonner l’animateur radio d’avoir voulu « booster » son audience ; d’avoir cherché à « créer le buzz » en invitant un « bon client ». Mais les interventions de Raimbaud sont hésitantes, poussives, approximatives. Pas sûr que l’information du public sur la situation en Syrie et la question des frappes menées en représailles par la coalition franco-britannico-américaine en sorte renforcée : les deux invitées compétentes sur la Syrie doivent utiliser une partie de leur temps de parole pour démonter les assertions de Michel Raimbaud. Cela au détriment d’un authentique débat dont on peut risquer l’hypothèse qu’il aurait intéressé les auditeurs d’Europe 1.

Bilan ? Une pénible empoignade et une hystérisation des positions ne rendant pas justice à la complexité de la situation qui prévaut en Syie. En invitant Michel Raimbaud, Frédéric Taddeï a donné une tribune et une visibilité à un homme qui n’en avait guère jusqu’alors. Celui qui pendant des années, sur le service public, médiatisa les Michel Collon, Etienne Chouard ou François Asselineau, qui accueillit les éructations d’Alain Soral, Dieudonné, Marc-Edouard Nabe, Jean Bricmont, Tariq Ramadan ou Houria Bouteldja et nous fit assister au lancement de la carrière de militant conspirationniste de Mathieu Kassovitz, semble décidément ne pas pouvoir s’en empêcher.

Évidemment, chacun est libre d’exprimer son point de vue. Y compris lorsque celui-ci est conspirationniste. Mais les animateurs d’une radio aussi influente qu’Europe 1 n’ont-ils pas aussi des responsabilités vis-à-vis de leurs auditeurs ?