Paul-Éric Blanrue (YouTube, 23 avril 2012).

Ancien directeur du Bulletin légitimiste (une publication d’information royaliste de Lorraine) et un temps adhérent au FN en Moselle, Paul-Éric Blanrue (1967 – ) se présente comme un « pacifiste intégral » et un « historien ». Il a collaboré à la revue Historia.

Il crée, en 1993, le Cercle Zététique (notamment avec le biophysicien Henri Broch) qui dit « enquêter avec méthode sur tous les sujets relevant de l’extraordinaire tant en science qu’en histoire ». Paul-Éric Blanrue le préside pendant dix ans.

Animateur du blog Le Clan des Vénitiens, auteur de plusieurs ouvrages dont Sarkozy, Israël et les juifs (2009) et réalisateur d’un documentaire apologétique sur Robert Faurisson intitulé Un homme, Blanrue prétend étudier les mystifications rattachées à l’« histoire officielle ».

Ce converti à l’islam est à l’origine de la « Pétition pour l’abrogation de la loi Gayssot et la libération de Vincent Reynouard » lancée en août 2010 sur Internet et soutenue immédiatement par le physicien belge Jean Bricmont. La pétition se prévaudra notamment de la signature du linguiste américain Noam Chomsky et, avant qu’il ne la retire, du romancier Yann Moix.

Peu après, Blanrue affiche sa présence en Iran, accompagné de Thierry Meyssan, de Maria Poumier et de Dieudonné M’Bala M’Bala, au Festival international du court-métrage et du documentaire à Téhéran (février 2011).

En 2014, il co-réalise avec Julien Teil le film « Rwanda, 20 ans après » qui présente les Etats-Unis et Israël comme les véritables responsables du génocide des Tutsi. En 2015, il signe – toujours avec Julien Teil – le film « La France maçonnique ». Parmi les protagonistes, Emmanuel Ratier, Dieudonné M’Bala M’Bala et Jean-Yves Le Gallou.

Paul-Éric Blanrue est l’auteur de la préface du livre de Salim Laïbi (alias Le Libre Penseur) intitulé Le Mythomane – La Face cachée d’Alain Soral (2015, Fiat Lux) dans laquelle il explique, selon ses mots, pourquoi il n’a jamais été soralien. Il publie, à l’été 2017, Le livre noir des manipulations historiques (Fiat Lux).

Fin août 2019, une polémique visant l’écrivain Yann Moix, auteur de dessins et de textes négationnistes en 1989-1990, revient sur les liens de celui-ci avec Paul-Éric Blanrue. Outre l’amitié qui a lié les deux hommes, elle évoque l’ouvrage de Paul-Éric Blanrue, Le Monde contre soi : Anthologie des propos contre les juifs, le judaïsme et le sionisme (éditons Blanche) publié une première fois  en 2007 avec une préface de Yann Moix. Aujourd’hui, l’ouvrage est réédité par les éditions Kontre Kulture et en vente sur le site d’Alain Soral, Égalité & Réconciliation, sans la préface de Moix. Il y est présenté comme un « manuel d’éducation civique non conformiste ».

 

IL A DIT :

« Je suis un modeste représentant de Faurisson. Je ne suis qu’un réalisateur de films. Voilà. Il se trouve que Faurisson pour moi n’est pas le diable. Il se trouve que c’est un homme. C’est pas le “salaud intégral” comme le disent les sionistes. C’est un homme, un être humain. Alors comme le disait La Fontaine : “les hommes sont de glace aux vérités. Ils sont de feu pour les mensonges”. Moi j’ai trouvé en Faurisson un homme qui était de feu pour les vérités ou tout au moins pour l’exactitude. Voilà ».

Source : YouTube, 7 août 2014 (dieudonne-officiel.com).

 

Voir aussi : Paul-Eric Blanrue, un antisémite très ordinaire

 

(Dernière mise à jour : 04/09/2019)