Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme

Henry Kissinger (théories du complot sur - )

Voir toutes les notices
Henry Kissinger (capture d'écran YouTube, 17/11/2021).

Conseiller à la sécurité nationale puis Secrétaire d'État américain sous les présidences Nixon (1969-1974) et Ford (1974-1977), Henry Kissinger (1923 - ) fut l'un des artisans de la politique de Détente avec l'URSS pendant la guerre froide. Né dans une famille juive en Allemagne, il émigre à l'âge de 15 ans, en 1938, aux États-Unis, fuyant les persécutions nazies. Orchestrateur du rapprochement des États-Unis avec la Chine populaire dans les années 1970, il a reçu le prix Nobel de la Paix en 1973 pour son rôle dans les accords qui mirent fin à la guerre du Vietnam (1973).

Controversé en raison notamment de sa probable implication dans la politique de soutien tacite des États-Unis aux dictatures d'Amérique latine et à l'Indonésie de Soeharto dans les années 1970, Henry Kissinger est aussi depuis des décennies la cible de théoriciens du complot tels que Lyndon LaRouche, Alex Jones, Jeff Rense, Webster G. Tarpley ou encore Thierry Meyssan. A l'instar de George Soros, de David Rockefeller ou, en France, de Jacques Attali, Kissinger est accusé d'œuvrer à l'avènement du « Nouvel Ordre Mondial » et de prendre part à un projet criminel de réduction de la population. Son nom apparaît aussi sous la plume d'auteurs complotistes l'accusant d'avoir joué un rôle dans les attentats du 11 septembre 2001.

Plusieurs citations apocryphes sont également attribuées à Henry Kissinger. L'une de ces fausses déclarations concerne la Grèce et a notamment été reprise à son compte par le compositeur grec Mikis Theodorakis. Elle aurait été prononcée, selon les versions, en 1973, 1974 ou 1994. Elle est en réalité apparue pour la première fois en février 1997 dans le Turkish Daily News avant d’être reprise le 14 août 1997 par le magazine grec Oikonomikos Tachydromos (« Le Courrier économique « ) et ce alors même qu’elle avait fait l’objet d’un démenti de l’intéressé publié dans les colonnes du Turkish Daily News deux mois plus tôt. Les propos prêtés à Kissinger sont les suivants :

« Le peuple grec est anarchique et difficile à dompter. C’est pour cette raison que nous devons les frapper en profondeur dans leurs racines culturelles : peut-être alors pourrons-nous les forcer à se soumettre. Je veux dire, naturellement, s’attaquer à leur langue, leur religion, leurs ressources culturelles et historiques, de sorte que nous puissions neutraliser leur capacité à se développer, à se distinguer, ou à prendre le dessus ; ce qui éliminera un obstacle majeur à nos projets stratégiques vitaux dans les Balkans, en Méditerranée et au Moyen-Orient. »

Kissinger est membre de la Commission Trilatérale, du Groupe de Bilderberg et du Council on Foreign Relations (CFR), des instances de discussion régulièrement prises pour cibles par les complotistes.

 

(Dernière mise à jour le 28/12/2021)

Depuis quinze ans, Conspiracy Watch contribue à sensibiliser aux dangers du complotisme en assurant un travail d’information et de veille critique sans équivalent. Pour pérenniser nos activités, le soutien de nos lecteurs est indispensable.  

Faire un don !
Partager :
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
© 2007-2022 Conspiracy Watch | Une réalisation de l'Observatoire du conspirationnisme (association loi de 1901) avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.
cross