Mathieu Kassovitz doute de la "version officielle" du 11-Septembre… mais visiblement pas de la parole de Thierry Meyssan.

Jeudi 17 juin, Frédéric Taddéï recevait de nouveau Mathieu Kassovitz dans son émission Ce soir ou jamais, sur France 3. Après s’être plaint qu’une omerta pesait en France sur quiconque s’interroge sur les attentats du 11 septembre 2001, Kassovitz a ajouté qu’«on» aurait décidé «d’insulter, de dénigrer, de menacer de mort et de chasser de France des gens qui se sont posés la question». Frédéric Taddéï l’interrompt : «Ce n’est pas votre cas ? Rassurez-nous quand même…». Et Kassovitz de répondre : «Non, c’est le cas de Thierry Meyssan !»

Selon Kassovitz donc, Thierry Meyssan aurait été littéralement banni du territoire français. Sur quelle source s’appuie-t-il pour soutenir une telle chose ? Sur Thierry Meyssan lui-même. Depuis qu’il s’est installé au Liban où il collabore avec la chaîne de télévision du Hezbollah, Al-Manar (lire « Le serment d’allégeance de Thierry Meyssan aux mollahs »), le président du Réseau Voltaire explique tous azimuts qu’il aurait été contraint de quitter « la zone OTAN » où sa sécurité ne serait pas assurée.

La posture du martyr de la liberté d’expression, acculé à l’exil et pourchassé, a été adoptée par plusieurs conspirationnistes, comme le journaliste indépendant Daniel Estulin. Reste qu’aucun des pays membre de l’OTAN ne censure le site du Réseau Voltaire ou frappe d’interdiction les livres de Meyssan.

Mathieu Kassovitz milite bruyamment pour qu’un débat public ait lieu sur le 11-Septembre : «Moi ce que je voudrais qu’on me dise c’est : "Matthieu, tu dis une connerie, voilà pourquoi". Mais pour l’instant, ce n’est jamais arrivé». Contacté par Conspiracy Watch à l’automne dernier, Mathieu Kassovitz ne nous a cependant jamais répondu…

Voir aussi :
* Mathieu Kassovitz et les ”49 passagers” du Vol 77
* Kassovitz élude les sources très embarrassantes de Loose Change