La désinformation antivaccinale prend parfois des chemins inattendus. Ceux d’un stade de foot par exemple…

Le tir au but raté de Kylian Mbappé lors du match France-Suisse du 28 juin 2021 (capture d’écran TF1).

Euro de football, Tour de France, Jeux olympiques de Tokyo… : l’été 2021 nous offre son lot d’événements sportifs de qualité, malheureusement entachés par la reprise de l’épidémie de coronavirus. Le sport de haut niveau est aussi l’occasion pour une partie des conspirationnistes de se faire remarquer sur Internet.

C’est ainsi que le 12 juin dernier, alors que les téléspectateurs et le public retenaient leur souffle suite au malaise cardiaque du joueur de football danois Christian Eriksen, Francis Lalanne n’a pas attendu plus de quelques minutes pour suggérer – à tort – que le vaccin anti-Covid était la cause de l’incident. Suscitant l’indignation sur les réseaux sociaux, cet épisode n’a pas calmé les ardeurs des conspirationnistes antivaxx, ces derniers n’hésitant plus à instrumentaliser les contre-performances des sportifs pour faire avancer leur cause.

Réaction 19, le site de l’avocat covido-sceptique Carlo Alberto Brusa, relayait ainsi fin juin un document PDF signé par le Dr Gérard Delépine, l’époux de l’oncologue Nicole Delépine. Gérard et Nicole Delépine forment un couple de militants antivaccins bien connu dans la complosphère. Evoquant l’abandon du sprinter Christophe Lemaître pour les championnats de France d’athlétisme, le médecin n’a pas hésité à en profiter pour disqualifier la vaccination :

« Imaginez-vous la détresse de ce sportif qui rêve depuis quatre ans de ces JO et pour lequel tout s’écroule à la suite d’une piqûre pour une maladie à risque zéro pour lui ».

Les conclusions du Dr Delépine sont formelles : « Les sportifs de haut niveau […] n’ont aucun bénéfice personnel à espérer de prétendus vaccins. Comme ces injections n’empêchent pas la possible transmission du virus, il n’y a non plus aucune raison altruiste de les recevoir. »

Vérification faite, si la participation de Christophe Lemaître aux JO est compromise, c’est avant tout en raison d’une blessure. Quant à l’argument selon lequel le vaccin n’empêcherait pas la transmission du virus, il n’est pas infondé… encore faut-il préciser, pour être complet, que le vaccin diminue d’un facteur 10 le risque de contamination. Et qu’il contribue ainsi puissamment à endiguer la maladie et l’apparition de nouveaux variants.

La défaite de l’équipe de France de football face à la Suisse a aussi été prétexte à un moment de désinformation antivaccinale sur la complosphère. Plusieurs sites ont en effet imputé la responsabilité du penalty raté de Kylian Mbappé aux effets indésirables de sa vaccination, qui a eu lieu un mois plus tôt.

Pour le site d’extrême droite Riposte laïque, qui relaie les propos de Gérard Délepine (encore lui), le joueur aurait été « manipulé par nos autorités politiques et sanitaires pour servir de « publicité » à la télévision sur le pseudovaccin. » Après avoir précisé que le jeune attaquant avait « raté tous ses matchs […] et même raté le penalty des tirs au but qui nous a finalement éliminé de cette compétition », le médecin, reconverti pour l’occasion en commentateur sportif, ajoute que « ce n’est pas Kylian Mbappé qu’il faut blâmer, mais ceux qui l’ont embarqué dans cette opération publicitaire pro vaccinale risquée qui est vraisemblablement en partie responsable de l’échec de notre équipe nationale. »

Du côté d’Égalité & Réconciliation, l’un des deux premiers sites complotistes francophones, les raisons de la défaite française contre les Suisses sont également mises sur le compte de la « piqûre oligarchique » de Mbappé :

« Ah oui, « Mbappé », nous dit la régie dans le casque : si la star mondiale n’a pas joué à son meilleur niveau, est-ce à cause de sa piqûre oligarchique ? Le champion du monde s’est affiché avec une seringue dans le bras, d’aucuns y voient la raison de son Euro stérile, et de son penalty foiré. Le précédent du sprinter Christophe Lemaitre doit faire réfléchir : l’athlète français a carrément dû renoncer aux JO de Tokyo à cause des effets secondaires désastreux de sa vaccination. »

Si la vaccination peut évidemment altérer les performances des athlètes, comme pour le cycliste Jakob Fuglsang, contraint d’abandonner le Tour de France, il n’en reste pas moins que cette instrumentalisation est malhonnête. Les mésaventures du coureur de l’équipe Astana ont d’ailleurs fait les choux gras de certains sites conspirationnistes comme Signs Of The Times [archive] ou de covido-sceptiques sur les réseaux sociaux [archive].

Des conséquences du Covid sur la santé des athlètes

Surtout, ces entrepreneurs du complotisme omettent constamment de préciser qu’attraper le coronavirus peut avoir des effets néfastes pour les sportifs de haut niveau. Ainsi, au mois de mai dernier, le journal La Croix alertait sur les conséquences du Covid-19 sur la santé des athlètes, témoignages à l’appui. Le basketteur Evan Fournier déclarait par exemple sentir encore les effets de la maladie, contractée un mois plus tôt :

« C’est comme si j’avais une commotion cérébrale. Ça va un peu mieux en ce moment, mais au départ, c’étaient les lumières vives qui gênaient mes yeux et ma vision était floue. Tout allait trop vite pour moi. Et c’est encore le cas. »

En avril, Le Parisien émettait également l’hypothèse que la méforme collective des joueurs du Paris-Saint Germain était due à l’exposition de plusieurs stars du club au virus. Si ce dernier présente très peu de risques vitaux pour les athlètes (hormis quelques rares cas de myocardites pouvant entrainer des problèmes cardiaques), les médecins du sport n’excluent pas des conséquences sur leurs performances à moyen terme. C’est notamment le cas de Laurent Uzan, cardiologue consultant pour plusieurs équipes, qui notait au mois de janvier « une fatigabilité anormale sur plusieurs semaines à plusieurs mois » pouvant être handicapante pour des sportifs de haut niveau.

Les complotistes nous ont déjà prouvé qu’ils pouvaient réécrire l’histoire des attentats terroristes, des élections, des épidémies, des crashs d’avion, des accidents industriels, des catastrophes climatiques, des crises économiques, des conflits et des révolutions… Les penalties ratés s’ajoutent désormais à cette longue liste.

 

Voir aussi :

Coupe du monde 98 « truquée » : So Foot revient sur la théorie du complot