La deuxième mort de Vittorio Arrigoni

Vendredi 15 avril, dans la matinée, le corps sans vie de Vittorio Arrigoni, un militant pro-palestinien de nationalité italienne, a été retrouvé dans une maison près de Gaza.

La veille, le groupe djihadiste gazaoui Tawhid wal-Jihad (littéralement : Monothéisme et Jihad) avait diffusé sur YouTube une vidéo annonçant l’enlèvement d’Arrigoni. Lié à Al-Qaïda, Tawhid wal-Jihad avait réclamé la libération de leur leader, le cheikh Abou Al-Walid Al-Maqdisi, arrêté le mois dernier par le Hamas, qui contrôle la Bande de Gaza, sous peine d’exécuter leur otage, présenté comme un « infidèle ». Agé de 36 ans, ce dernier résidait dans la Bande de Gaza depuis le 23 août 2008. Tenant un blog pour le quotidien de gauche Il Manifesto, il était membre de l’International Solidarity Movement (ISM), une organisation antisioniste non-violente.

Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a déclaré que « l’objectif de ce groupe de hors-la-loi dépravés était de répandre le chaos et l’anarchie dans la Bande de Gaza ». Soulignant que l’activiste italien avait dénoncé à plusieurs reprises la politique israélienne dans les Territoires occupés (qu’il avait notamment comparé aux crimes nazis), il a ajouté que l’assassinat d’Arrigoni avait pour but de dissuader d’autres activistes étrangers de tenter de gagner Gaza et était « une tentative désespérée de déstabiliser la situation sécuritaire ».

Théorie du complot

Tandis que Tawhid wal-Jihad a démenti par un communiqué posté sur le forum djihadiste Shumukh Al-Islam être derrière l’assassinat d’Arrigoni, Mahmoud Zahar, l’un des dirigeants du Hamas à Gaza, a déclaré qu’« un crime aussi affreux ne pouvait avoir lieu sans qu’il y ait des accords entre toutes les parties intéressées pour maintenir le blocus imposé à Gaza », sous-entendant lui aussi que les autorités israéliennes avaient manipulé le groupe djihadiste.

Le Hamas est familier de la rhétorique complotiste. Le mois dernier, l’un de ses porte-paroles, Ezzat Al-Rashak, avait affirmé, concernant la tuerie d’Itamar, au cours de laquelle un couple et trois de leurs enfants résidant dans une colonie juive de Cisjordanie ont été assassinés à l’arme blanche, que la possibilité que le massacre ait été perpétré par des colons israéliens ne pouvait être exclue.

Le site internet de la branche française de l’International Solidarity Movement (ISM-France), référencé sur le site en langue anglaise de l’ISM, s’est distingué en reprenant dès le 16 avril un texte issu du site conspirationniste de Zeynel Cekici, Alter Info.net, laissant entendre lourdement qu’Arrigoni a été victime d’un complot israélien.

Créé par la militante pro-palestinienne Micheline Garreau, le site de l’ISM-France relaye de nombreuses traductions de textes de la presse internationale sur la situation au Proche-Orient, parmi lesquels des articles conspirationnistes accusant l’armée israélienne de tuer des Palestiniens pour prendre leurs organes, désignant la CIA et le Mossad comme étant derrière les attentats de Bombay en 2008 ou analysant le décès de Yasser Arafat comme un assassinat commandité par l’Etat hébreu et les Etats-Unis.

Voir aussi :
* Pour le Hamas, l’Holocauste est un ”mensonge sioniste”
* Le Hamas accuse le Mossad de pervertir la jeunesse à coups de chewing gum
* Une journée ordinaire sur Al-Aqsa TV
* Crise financière : le Hamas accuse le « lobby juif »

Mise à jour (07/05/2011) :
Dans une interview mise en ligne le 28 avril dernier sur le site de Thierry Meyssan, le chirurgien français Christophe Oberlin, ancienne tête de liste d’Euro-Palestine aux élections européennes de 2004 (avec notamment Dieudonné et Olivia Zemor de la CAPJPO), soutient qu’« on ne peut pas s’empêcher de penser à la main d’Israël derrière [les] assassinats » de Vittorio Arrigoni et de l’acteur israélo-palestinien Juliano Mer Khamis. Après avoir collaboré au site Bakchich.info, Oberlin a désormais pour éditeur Arnaud Mansouri (Demi-Lune), le même que celui de Thierry Meyssan