Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme

🔴 Conspiracy News #22.2024

Publié par La Rédaction02 juin 2024

L’actu de la semaine décryptée par Conspiracy Watch (semaine du 27/05/2024 au 02/06/2024).

TOP 10. En partenariat avec SimilarWeb, Conspiracy Watch publie pour la quatrième année consécutive, un classement des dix sites conspirationnistes francophones les plus consultés au cours de l’année 2023. Avec 2,3 millions de visites par mois, le site d’Alain Soral Égalité & Réconciliation arrive en tête, suivi par un FranceSoir en perte de vitesse, avec un million de visiteurs mensuels en moins par rapport à 2022. On observe à l'inverse le retour en force de Thierry Meyssan et de son site Réseau Voltaire, avec 243% d'augmentation de fréquentation par rapport à l'année précédente ! CrowdBunker, Réseau international, Riposte laïque, Algérie Patriotique et L’échelle de Jacob ont également connu une augmentation de leurs taux de visites en 2023. Les statistiques permettent toutefois d’observer la stagnation de la fréquentation globale de ces sites (source : Conspiracy Watch, 27 mai 2024).

ALAIN SORAL. Une enquête a été ouverte pour antisémitisme au sujet du militant national-socialiste Alain Soral, interpellé et placé en garde à vue le 30 mai à Lausanne. Son domicile a été perquisitionné avant qu’il ne soit auditionné « sous le statut de prévenu » par les enquêteurs helvétiques. Soral a été relâché après quelques heures de garde à vue. L’homme encourt plusieurs peines de prison ferme s’il regagne le territoire français (source : Libération, 30 mai 2024). À lire également, l’enquête sur le fondateur d’Égalité & Réconciliation, publiée dans Libération, qui rappelle que le fugitif poursuit sa propagande antisémite et ses affaires depuis la Suisse, s’appuyant sur de nouveaux relais (source : Libération, 27 mai 2024).

EUROPÉENNES. Neuf photos de femmes créées par une intelligence artificielle figurent sur la liste souverainiste « Nous le peuple » de Georges Kuzmanovic aux élections européennes. Certaines se présentent par ailleurs « sous alias ». L’équipe de campagne assure qu’il s’agit de vraies candidates, souhaitant protéger leur anonymat. À noter que les responsables de la liste ont également recouru à l’IA pour générer la chanson du clip de campagne. Des pratiques qui, à certaines conditions, n’ont néanmoins rien d’illégales (source : Libération, 30 mai 2024).

Francis Lalanne et Dieudonné font de leur côté équipe sur une liste intitulée « France libre ». Dans leur clip de campagne, le polémiste antisémite s’est mis en scène avec son comparse devant un arrière-plan virtuel représentant une cellule de prison et exhibant fièrement le bracelet électronique qu’il est condamné à porter au pied, depuis 2021, pour abus de biens sociaux. Dans cette vidéo, diffusée sur l’audiovisuel public, Dieudonné qualifie notamment l’Europe de « fosse à merde » (sources : Julien Pernici/X, 29 mai 2024 ; RFI, 30 mai 2024).

Dans son clip de campagne officiel, Pierre-Marie Bonneau, avocat d’Alain Soral ou encore du négationniste Robert Faurisson, attaque les « shylocks de Pfizer, de BlackRock, des fonds de pension américain », un évident dogwhitsle (« sifflet à chien ») antisémite pour désigner les Juifs sans les nommer à travers la figure de Shylock, un personnage shakespearien (source : Rudy Reichstadt/X, 29 mai 2024).

La liste du Rassemblement national pour les élections européennes du 9 juin abrite plusieurs candidats ayant tenu ou relayé des propos racistes ou conspirationnistes, et proches de groupuscules radicaux. C’est notamment le cas d’Angéline Furet (28e place), qui relaie des contenus antivax, pro-russes et antisémites, dont des visuels issus de Faits & Documents (source : Libération, 31 mai 2024).

COMPLORAMA. La complosphère s’empare régulièrement des grandes peurs qui traversent nos sociétés, réactivant le thème de la « fin du monde ». À chaque fois, les complotistes se sont engouffré dans la brèche à coups de prophéties erronées, de prédictions de « guerre thermonucléaire » ou de « génocide vaccinal », finalement démenties par la réalité. « Les prophéties apocalyptiques de la complosphère », c'est le 69e épisode de Complorama avec Rudy Reichstadt, Tristan Mendès France et Pauline Pennanec’h à la présentation. Un podcast à retrouver sur le site de France Info, l'application Radio France et plusieurs autres plateformes comme Apple podcasts, Podcast Addict, Spotify, ou Deezer.

DÉSINFORMATION RUSSE. Plusieurs publications assurent qu’un jeune algérien de 21 ans est mort, début mai, quelques jours après une garde à vue dans un commissariat parisien. La traçabilité de cette information semble indiquer que celle-ci a été fabriquée dans les sphères pro-russes. Sur le réseau X, le premier compte à relayer l’histoire dans un tweet accusateur est un certain « Aussie Cossack », en réalité Simeon Boikov, collaborateur du média d'État russe Sputnik et proche des sphères du Kremlin (source : Libération, 31 mai 2024).

PIERRE BARNÉRIAS. Projeté dans une poignée de salles depuis le 15 mai, le film Les Survivantes donne la parole à huit femmes présentées comme victimes de réseaux pédocriminels. Son réalisateur, Pierre Barnérias, était déjà à l’origine de Hold-up, documentaire complotiste sur le Covid-19 qui avait fait grand bruit. La thèse des Survivantes ? Des élites satanistes et franc-maçonnes se cachent derrière de véritables réseaux visant des mineurs en France, en Belgique et en Suisse (source : Libération, 28 mai 2024).

Le verdict concernant le procès intenté par la Pr Karine Lacombe, cheffe de service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine à Paris, à Pierre Barnérias, Christian Perronne et l’ex-députée Martine Wonner, est tombé vendredi 31 mai. Si les deux derniers ont été relaxés, Pierre Barnérias a été reconnu coupable de diffamation publique et condamné à 2 000 € de dommages et intérêts, 2 000 € au titre des frais engagés par la partie civile et 500 € d'amende avec sursis (source : Perla Msika/X, 31 mai 2024).

ANTISÉMITISME. « Parmi les chercheurs en sciences sociales et les théoriciens politiques, on trouve de nombreux défenseurs des théories conspirationnistes » constate Balázs Berkovits. Dans un texte publié par la revue K., le sociologue hongrois interroge la complaisance de la critique anti-hégémonique − et notamment la « théorie critique de la race » − à l'égard du complotisme. Il révèle également l'impensé qui l'accompagne s'agissant de la question de l'antisémitisme. Selon lui, « la critique des Juifs dans les sociétés occidentales se légitime de plus en plus en tant que critique sociale, comme si elle émanait d’une position politique raisonnée, éloignée de toute intention ou conséquence antisémite ». De plus, si « l’un des principaux traits de l’antisémitisme [...] est la croyance en une conspiration juive », l'échec à le saisir dans le langage du racisme conduit à le considérer « comme inexistant, voire comme une arme conceptuelle permettant de réprimer la rébellion et le changement social » (source : Revue K., 29 mai 2024).

NESTA WEBSTER. Bien que Les Protocoles des Sages de Sion soient l’un des livres les plus influents et les plus réimprimés de l’histoire des théories du complot du XXe siècle, sa parution initiale est passée presque totalement inaperçue. Plagié par un ou plusieurs auteurs inconnus provenant de diverses sources, ce document farouchement antisémite a été publié pour la première fois en russe dans un journal ultranationaliste en 1903. Le texte russe a trouvé son chemin aux États-Unis et en Europe après la Première Guerre mondiale et a été publié en anglais en 1920. Le livre de l'autrice britannique Nesta Helen Webster, Secret Societies and Subversive Movements (« Sociétés secrètes et mouvements subversifs »), paru en 1924, a contribué à rendre ce faux extrêmement populaire (source : Conspiracy Watch, 24 mai 2024).

VACCINATION. Le 30 mai, l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) a rendu public son rapport sur les effets indésirables des vaccins. Rappelant que, selon l'OMS, « la vaccination [contre le Covid-19] aurait permis d’éviter près de 120 000 décès en France entre décembre 2020 et mars 2023, soit une réduction du taux de mortalité de la covid-19 de 55 % », le rapport consacre sa quatrième partie à la question de la désinformation en santé et formule 6 recommandations pour l'endiguer :

  • Améliorer la communication scientifique. Développer des canaux fiables d’information en lien avec les organismes de recherche, les sociétés savantes et les Académies. Encourager la mise au point de supports pédagogiques clairs et d’initiatives destinées aux publics les plus susceptibles d’être touchés par les fausses informations. Fournir des informations fiables aux journalistes, acteurs clés dans l’information de la population.
  • Former les scientifiques et les professionnels de santé à la communication scientifique vers le grand public et à la réponse aux fausses informations. Encourager et accompagner les volontaires à s’exprimer dans les médias, dans leur seul domaine d’expertise, à travers une approche rigoureusement scientifique.
  • Lorsque des questions scientifiques apparaissent dans le débat public, encourager une communication politique transparente, pédagogique et clairement séparée de la communication scientifique.
  • Mettre en place des politiques éducatives visant à promouvoir la culture scientifique et le sens critique à l’égard des médias et de  l’information.
  • Améliorer le traitement médiatique des sujets scientifiques et encourager les réseaux sociaux à mener des actions pour limiter la diffusion de fausses informations. Sanctionner les dérives susceptibles d’avoir des conséquences dommageables pour la santé publique.
  • Encourager les recherches sur la mésinformation et la désinformation.

Auditionné par l'OPECST, Mathieu Molimard, professeur des universités et chef de service de pharmacologie du CHU de Bordeaux, estime que « la désinformation a eu des conséquences mortelles, inoculant le poison de la suspicion et ébranlant les fondements de notre cohésion sociale » (source : Mathieu Molimard/X, 30 mai 2024).

DONALD TRUMP. Donald Trump a été reconnu coupable lors de son procès au pénal d’avoir dissimulé un paiement destiné à acheter le silence d’une ex-star de la pornographie, Stormy Daniels, avec laquelle il avait eu une relation sexuelle. Comme à son habitude, l'ancien président des États-Unis a riposté en dénonçant un complot politique (source : France Info, 31 mai 2024). False flag, erreur judiciaire, justice instrumentalisée… à l’annonce du verdict, la complosphère QAnon s’est, sans surprise, mise en ébullition pour soutenir son champion et dénoncer l’« État profond » (source : Nathalie Malfait/X, 31 mai 2024).

BRIGITTE MACRON. Tiphaine Auzière a choisi de répondre, le 27 mai, dans l’émission de Cyril Hanouna « Touche pas à mon poste », à la fake news selon laquelle sa mère, Brigitte Macron, serait « née homme ». Après avoir rappelé être « née d’un papa et d’une maman » qu’elle indique être derrière l’animateur en montrant la photo de Brigitte Macron, elle a confié que ces rumeurs étaient « au même niveau » que ceux qui pensent « qu’on est gouverné par des reptiles, que la Terre est plate » (source : 20 Minutes, 28 mai 2024).

DJIHAD BLANC. Le « Djihad blanc » est un néologisme politique qui désigne l’adoption par les suprémacistes blancs de méthodes terroristes et de narratifs employés par les djihadistes. Tour d’horizon d’un mouvement qui conjugue défense de la « race blanche », radicalité, antisémitisme et appels à la « charia blanche » (sources : Ricardo Perreira/X, 26 mai 2024 ; Franc-Tireur, 28 juin 2023).

Cet article est en accès libre.
Pour qu’il le reste, Conspiracy Watch a besoin de vous.
Je suis d'accord, je fais un don
je continue ma lecture

TOP 10. En partenariat avec SimilarWeb, Conspiracy Watch publie pour la quatrième année consécutive, un classement des dix sites conspirationnistes francophones les plus consultés au cours de l’année 2023. Avec 2,3 millions de visites par mois, le site d’Alain Soral Égalité & Réconciliation arrive en tête, suivi par un FranceSoir en perte de vitesse, avec un million de visiteurs mensuels en moins par rapport à 2022. On observe à l'inverse le retour en force de Thierry Meyssan et de son site Réseau Voltaire, avec 243% d'augmentation de fréquentation par rapport à l'année précédente ! CrowdBunker, Réseau international, Riposte laïque, Algérie Patriotique et L’échelle de Jacob ont également connu une augmentation de leurs taux de visites en 2023. Les statistiques permettent toutefois d’observer la stagnation de la fréquentation globale de ces sites (source : Conspiracy Watch, 27 mai 2024).

ALAIN SORAL. Une enquête a été ouverte pour antisémitisme au sujet du militant national-socialiste Alain Soral, interpellé et placé en garde à vue le 30 mai à Lausanne. Son domicile a été perquisitionné avant qu’il ne soit auditionné « sous le statut de prévenu » par les enquêteurs helvétiques. Soral a été relâché après quelques heures de garde à vue. L’homme encourt plusieurs peines de prison ferme s’il regagne le territoire français (source : Libération, 30 mai 2024). À lire également, l’enquête sur le fondateur d’Égalité & Réconciliation, publiée dans Libération, qui rappelle que le fugitif poursuit sa propagande antisémite et ses affaires depuis la Suisse, s’appuyant sur de nouveaux relais (source : Libération, 27 mai 2024).

EUROPÉENNES. Neuf photos de femmes créées par une intelligence artificielle figurent sur la liste souverainiste « Nous le peuple » de Georges Kuzmanovic aux élections européennes. Certaines se présentent par ailleurs « sous alias ». L’équipe de campagne assure qu’il s’agit de vraies candidates, souhaitant protéger leur anonymat. À noter que les responsables de la liste ont également recouru à l’IA pour générer la chanson du clip de campagne. Des pratiques qui, à certaines conditions, n’ont néanmoins rien d’illégales (source : Libération, 30 mai 2024).

Francis Lalanne et Dieudonné font de leur côté équipe sur une liste intitulée « France libre ». Dans leur clip de campagne, le polémiste antisémite s’est mis en scène avec son comparse devant un arrière-plan virtuel représentant une cellule de prison et exhibant fièrement le bracelet électronique qu’il est condamné à porter au pied, depuis 2021, pour abus de biens sociaux. Dans cette vidéo, diffusée sur l’audiovisuel public, Dieudonné qualifie notamment l’Europe de « fosse à merde » (sources : Julien Pernici/X, 29 mai 2024 ; RFI, 30 mai 2024).

Dans son clip de campagne officiel, Pierre-Marie Bonneau, avocat d’Alain Soral ou encore du négationniste Robert Faurisson, attaque les « shylocks de Pfizer, de BlackRock, des fonds de pension américain », un évident dogwhitsle (« sifflet à chien ») antisémite pour désigner les Juifs sans les nommer à travers la figure de Shylock, un personnage shakespearien (source : Rudy Reichstadt/X, 29 mai 2024).

La liste du Rassemblement national pour les élections européennes du 9 juin abrite plusieurs candidats ayant tenu ou relayé des propos racistes ou conspirationnistes, et proches de groupuscules radicaux. C’est notamment le cas d’Angéline Furet (28e place), qui relaie des contenus antivax, pro-russes et antisémites, dont des visuels issus de Faits & Documents (source : Libération, 31 mai 2024).

COMPLORAMA. La complosphère s’empare régulièrement des grandes peurs qui traversent nos sociétés, réactivant le thème de la « fin du monde ». À chaque fois, les complotistes se sont engouffré dans la brèche à coups de prophéties erronées, de prédictions de « guerre thermonucléaire » ou de « génocide vaccinal », finalement démenties par la réalité. « Les prophéties apocalyptiques de la complosphère », c'est le 69e épisode de Complorama avec Rudy Reichstadt, Tristan Mendès France et Pauline Pennanec’h à la présentation. Un podcast à retrouver sur le site de France Info, l'application Radio France et plusieurs autres plateformes comme Apple podcasts, Podcast Addict, Spotify, ou Deezer.

DÉSINFORMATION RUSSE. Plusieurs publications assurent qu’un jeune algérien de 21 ans est mort, début mai, quelques jours après une garde à vue dans un commissariat parisien. La traçabilité de cette information semble indiquer que celle-ci a été fabriquée dans les sphères pro-russes. Sur le réseau X, le premier compte à relayer l’histoire dans un tweet accusateur est un certain « Aussie Cossack », en réalité Simeon Boikov, collaborateur du média d'État russe Sputnik et proche des sphères du Kremlin (source : Libération, 31 mai 2024).

PIERRE BARNÉRIAS. Projeté dans une poignée de salles depuis le 15 mai, le film Les Survivantes donne la parole à huit femmes présentées comme victimes de réseaux pédocriminels. Son réalisateur, Pierre Barnérias, était déjà à l’origine de Hold-up, documentaire complotiste sur le Covid-19 qui avait fait grand bruit. La thèse des Survivantes ? Des élites satanistes et franc-maçonnes se cachent derrière de véritables réseaux visant des mineurs en France, en Belgique et en Suisse (source : Libération, 28 mai 2024).

Le verdict concernant le procès intenté par la Pr Karine Lacombe, cheffe de service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine à Paris, à Pierre Barnérias, Christian Perronne et l’ex-députée Martine Wonner, est tombé vendredi 31 mai. Si les deux derniers ont été relaxés, Pierre Barnérias a été reconnu coupable de diffamation publique et condamné à 2 000 € de dommages et intérêts, 2 000 € au titre des frais engagés par la partie civile et 500 € d'amende avec sursis (source : Perla Msika/X, 31 mai 2024).

ANTISÉMITISME. « Parmi les chercheurs en sciences sociales et les théoriciens politiques, on trouve de nombreux défenseurs des théories conspirationnistes » constate Balázs Berkovits. Dans un texte publié par la revue K., le sociologue hongrois interroge la complaisance de la critique anti-hégémonique − et notamment la « théorie critique de la race » − à l'égard du complotisme. Il révèle également l'impensé qui l'accompagne s'agissant de la question de l'antisémitisme. Selon lui, « la critique des Juifs dans les sociétés occidentales se légitime de plus en plus en tant que critique sociale, comme si elle émanait d’une position politique raisonnée, éloignée de toute intention ou conséquence antisémite ». De plus, si « l’un des principaux traits de l’antisémitisme [...] est la croyance en une conspiration juive », l'échec à le saisir dans le langage du racisme conduit à le considérer « comme inexistant, voire comme une arme conceptuelle permettant de réprimer la rébellion et le changement social » (source : Revue K., 29 mai 2024).

NESTA WEBSTER. Bien que Les Protocoles des Sages de Sion soient l’un des livres les plus influents et les plus réimprimés de l’histoire des théories du complot du XXe siècle, sa parution initiale est passée presque totalement inaperçue. Plagié par un ou plusieurs auteurs inconnus provenant de diverses sources, ce document farouchement antisémite a été publié pour la première fois en russe dans un journal ultranationaliste en 1903. Le texte russe a trouvé son chemin aux États-Unis et en Europe après la Première Guerre mondiale et a été publié en anglais en 1920. Le livre de l'autrice britannique Nesta Helen Webster, Secret Societies and Subversive Movements (« Sociétés secrètes et mouvements subversifs »), paru en 1924, a contribué à rendre ce faux extrêmement populaire (source : Conspiracy Watch, 24 mai 2024).

VACCINATION. Le 30 mai, l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) a rendu public son rapport sur les effets indésirables des vaccins. Rappelant que, selon l'OMS, « la vaccination [contre le Covid-19] aurait permis d’éviter près de 120 000 décès en France entre décembre 2020 et mars 2023, soit une réduction du taux de mortalité de la covid-19 de 55 % », le rapport consacre sa quatrième partie à la question de la désinformation en santé et formule 6 recommandations pour l'endiguer :

  • Améliorer la communication scientifique. Développer des canaux fiables d’information en lien avec les organismes de recherche, les sociétés savantes et les Académies. Encourager la mise au point de supports pédagogiques clairs et d’initiatives destinées aux publics les plus susceptibles d’être touchés par les fausses informations. Fournir des informations fiables aux journalistes, acteurs clés dans l’information de la population.
  • Former les scientifiques et les professionnels de santé à la communication scientifique vers le grand public et à la réponse aux fausses informations. Encourager et accompagner les volontaires à s’exprimer dans les médias, dans leur seul domaine d’expertise, à travers une approche rigoureusement scientifique.
  • Lorsque des questions scientifiques apparaissent dans le débat public, encourager une communication politique transparente, pédagogique et clairement séparée de la communication scientifique.
  • Mettre en place des politiques éducatives visant à promouvoir la culture scientifique et le sens critique à l’égard des médias et de  l’information.
  • Améliorer le traitement médiatique des sujets scientifiques et encourager les réseaux sociaux à mener des actions pour limiter la diffusion de fausses informations. Sanctionner les dérives susceptibles d’avoir des conséquences dommageables pour la santé publique.
  • Encourager les recherches sur la mésinformation et la désinformation.

Auditionné par l'OPECST, Mathieu Molimard, professeur des universités et chef de service de pharmacologie du CHU de Bordeaux, estime que « la désinformation a eu des conséquences mortelles, inoculant le poison de la suspicion et ébranlant les fondements de notre cohésion sociale » (source : Mathieu Molimard/X, 30 mai 2024).

DONALD TRUMP. Donald Trump a été reconnu coupable lors de son procès au pénal d’avoir dissimulé un paiement destiné à acheter le silence d’une ex-star de la pornographie, Stormy Daniels, avec laquelle il avait eu une relation sexuelle. Comme à son habitude, l'ancien président des États-Unis a riposté en dénonçant un complot politique (source : France Info, 31 mai 2024). False flag, erreur judiciaire, justice instrumentalisée… à l’annonce du verdict, la complosphère QAnon s’est, sans surprise, mise en ébullition pour soutenir son champion et dénoncer l’« État profond » (source : Nathalie Malfait/X, 31 mai 2024).

BRIGITTE MACRON. Tiphaine Auzière a choisi de répondre, le 27 mai, dans l’émission de Cyril Hanouna « Touche pas à mon poste », à la fake news selon laquelle sa mère, Brigitte Macron, serait « née homme ». Après avoir rappelé être « née d’un papa et d’une maman » qu’elle indique être derrière l’animateur en montrant la photo de Brigitte Macron, elle a confié que ces rumeurs étaient « au même niveau » que ceux qui pensent « qu’on est gouverné par des reptiles, que la Terre est plate » (source : 20 Minutes, 28 mai 2024).

DJIHAD BLANC. Le « Djihad blanc » est un néologisme politique qui désigne l’adoption par les suprémacistes blancs de méthodes terroristes et de narratifs employés par les djihadistes. Tour d’horizon d’un mouvement qui conjugue défense de la « race blanche », radicalité, antisémitisme et appels à la « charia blanche » (sources : Ricardo Perreira/X, 26 mai 2024 ; Franc-Tireur, 28 juin 2023).

à propos de l'auteur
[show_profile_image]
Partager :
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
© 2007-2024 Conspiracy Watch | Une réalisation de l'Observatoire du conspirationnisme (association loi de 1901) avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.
cross