Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme

🔮 Conspiracy News #19.2024

PubliĂ© par La RĂ©daction12 mai 2024,

L’actu de la semaine dĂ©cryptĂ©e par Conspiracy Watch (semaine du 06/05/2024 au 12/05/2024).

CYBERHARCÈLEMENT. Le polĂ©miste et animateur de Sud Radio AndrĂ© Bercoff, le propriĂ©taire du site complotiste FranceSoir, Xavier Azalbert, et l’essayiste controversĂ© Idriss Aberkane sont visĂ©s par une plainte de Thomas Durand, co-fondateur de la chaĂźne YouTube « La Tronche en biais », pour cyberharcĂšlement. Cette plainte, dĂ©posĂ©e le 3 mai contre X auprĂšs du parquet de Paris, cite nommĂ©ment les trois hommes, rĂ©guliĂšrement accusĂ©s de relayer des thĂšses complotistes, en leur reprochant d’avoir nourri une « surenchĂšre » de « haine » Ă  son encontre (sources : L’Express, 6 mai 2024 ; Conspiracy Watch, 26 novembre 2022).

FRANCESOIR. ExpulsĂ© de Google ActualitĂ©s, de YouTube et de leurs rĂ©seaux publicitaires, dĂ©sertĂ© par les annonceurs historiques, le site FranceSoir, Ă©ditĂ© par la sociĂ©tĂ© Shopper Union France, ne survit que grĂące Ă  des dons dĂ©fiscalisables qui peuvent atteindre plusieurs centaines de milliers d'euros en moins d'une annĂ©e, comme le rĂ©vĂšle L'Express. ProblĂšme : FranceSoir est l'un des principaux sites pourvoyeurs de dĂ©sinformation en France. Il est en outre impliquĂ©, avec l'association Bon Sens (qui est prĂ©sidĂ©e par... le directeur de FranceSoir !), dans des campagnes de harcĂšlement contre des scientifiques et des journalistes et parfois leurs proches. Or, les dons perçus par le site et cette association leur ont permis de multiplier les procĂ©dures judiciaires contre Google, YouTube mais aussi Bill Gates, l'ex-ministre de la SantĂ© AurĂ©lien Rousseau, l'urgentiste Mathias Wargon ou encore le journaliste RaphaĂ«l Grably. Tant que FranceSoir ne se verra pas retirer son statut de service de presse en ligne, il pourra bĂ©nĂ©ficier de dons dĂ©fiscalisables Ă  hauteur de 66 % et, par consĂ©quent, continuer ses activitĂ©s en partie aux frais du contribuable. La dĂ©cision de la Commission Paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) concernant ce mĂ©dia est attendue ce mois de mai (source : L’Express, 7 mai 2024).

SANTÉ PUBLIQUE. La 150Ăšme Ă©dition du « Conseil Scientifique IndĂ©pendant » a Ă©tĂ© organisĂ©e Ă  Saintes mercredi 8 mai en partenariat avec l'association Bon Sens. Ancienne directrice dĂ©partementale de l’Agence rĂ©gionale de santĂ© (ARS) de la Dordogne, Marie-Ange Perulli y a tĂ©moignĂ© de son expĂ©rience aux cĂŽtĂ©s du sociologue Laurent Mucchielli et de Jean-Louis Blondeau, fondateur d’un collectif de soutien aux soignants suspendus pour refus de se faire vacciner. AprĂšs avoir rendu un hommage Ă  Didier Raoult, Louis FouchĂ©, Christian Perronne et Martine Wonner, dont les interventions publiques auraient jouĂ© un rĂŽle dĂ©terminant dans son Ă©veil, la fonctionnaire aujourd'hui Ă  la retraite fait une confession stupĂ©fiante : en pleine crise sanitaire, soumise aux pressions croisĂ©es du gouvernement, des mĂ©decins, des Ă©lus et des journalistes, elle cherchait « le moyen de ne pas ouvrir de centres de vaccination » :

« J'ai essayĂ© de limiter les ouvertures de vaccination mais moins j'en ouvrais et plus la population, aussi, demandait Ă  ĂȘtre vaccinĂ©e. »

Une dĂ©claration qui lui a valu une salve d’applaudissements du public... mais qui serait de nature Ă  dĂ©boucher sur des poursuites pĂ©nales (source : @SaiyanBio/X, 11 mai 2024).

DÉRIVES SECTAIRES. Mardi 7 mai, le Conseil constitutionnel a validĂ© l'essentiel de la loi visant Ă  renforcer la lutte contre les dĂ©rives sectaires et Ă  amĂ©liorer l'accompagnement des victimes. « Une avancĂ©e historique pour les victimes de dĂ©rives sectaires » s'est rĂ©joui la dĂ©putĂ©e Brigitte Liso (Renaissance), rapporteure du projet de loi adoptĂ© le 9 avril dernier et auquel s'Ă©taient opposĂ©s les groupes RN, LFI, LR et GDR-NUPES ainsi que plusieurs parlementaires tels que Nicolas Dupont-Aignan et Alain Houpert (LR). Les Sages de la rue de Montpensier approuvent notamment la crĂ©ation d'un nouveau dĂ©lit de provocation Ă  l'abandon ou Ă  l'abstention de soins mĂ©dicaux, une disposition extrĂȘmement dĂ©criĂ©e dans la complosphĂšre qui l'interprĂšte comme une disposition « anti-Raoult », du nom de l'infectiologue marseillais qui a promu l'hydroxychloroquine comme traitement contre le Covid-19. Le Conseil constitutionnel, dont l'une des attributions est de contrĂŽler la conformitĂ© des lois Ă  la Constitution, avait Ă©tĂ© saisi par des dĂ©putĂ©s RN et des sĂ©nateurs LR qui voyaient dans ce dĂ©lit une « atteinte disproportionnĂ©e Ă  la libertĂ© d'expression ». Ils ont jugĂ© dans leur dĂ©cision que « les dispositions instituant le dĂ©lit contestĂ© ne revĂȘtent pas un caractĂšre Ă©quivoque et sont suffisamment prĂ©cises pour garantir contre le risque d'arbitraire ».

Comme l'explique Nicolas Berrod, journaliste au Parisien, le Conseil constitutionnel estime qu'il y a suffisamment de garde-fous dans la loi. Ainsi, l'abandon/abstention de soins « doit ĂȘtre prĂ©sentĂ© comme bĂ©nĂ©fique pour la santĂ© de la personne concernĂ©e » et la personne victime doit ĂȘtre « atteinte d'une pathologie ». De plus, sauf en cas de sujĂ©tion, le dĂ©lit n'est pas constituĂ© « lorsque les circonstances permettent d’établir la volontĂ© libre et Ă©clairĂ©e de la personne » avec notamment une « information claire et complĂšte quant aux consĂ©quences pour la santĂ© » (sources : France Info, 7 mai 2024 ; Nicolas Berrod/X, 7 mai 2024).

Une autre disposition de la loi concernant la « provocation Ă  adopter certaines pratiques prĂ©sentĂ©es comme ayant une finalitĂ© thĂ©rapeutique ou prophylactique [mais qui] exposent Ă  un risque immĂ©diat de mort ou de blessures de nature Ă  entraĂźner une mutilation ou une infirmitĂ© permanente » a Ă©galement Ă©tĂ© validĂ©e par les Sages. Elle vise notamment Ă  faciliter la rĂ©pression de comportements prĂ©judiciables pour la santĂ© dans un contexte oĂč des individus non qualifiĂ©s peuvent dĂ©sormais bĂ©nĂ©ficier, en ligne, d'une large audience et promouvoir ou vendre des produits et des pratiques Ă  prĂ©tention thĂ©rapeutique qui peuvent se rĂ©vĂ©ler dangereux pour la santĂ© de personnes atteintes de pathologies graves.

THIERRY CASASNOVAS. En mars 2023,  Thierry Casasnovas avait Ă©tĂ© mis en examen notamment pour « abus de confiance », « abus de faiblesse » et « exercice illĂ©gal de la pharmacie et de la mĂ©decine » puis placĂ© sous contrĂŽle judiciaire. Le youtubeur crudivoriste, qui est dĂ©fendu depuis l'annĂ©e derniĂšre par Me Fabrice Di Vizio, s’était vu interdire de « participer ou d’organiser des stages et des formations en lien avec la naturopathie, l’hygiĂ©nisme, la santĂ© ou le bien-ĂȘtre ». Le blogueur complotiste Salim LaĂŻbi a annoncĂ© sur les rĂ©seaux sociaux qu’il interviendrait avec Thierry Casasnovas, lors d’un colloque le samedi 11 mai 2024 « à proximité » de Perpignan (source : L’IndĂ©pendant, 9 mai 2024). Au sujet de Thierry Casasnovas, lire Ă©galement l'article de Samuel Laurent paru dans Le Monde : « Un an aprĂšs sa mise en examen, Thierry Casasnovas n’a rien perdu de son influence » (source : Le Monde, 12 mai 2024).

BON SENS. Quelques jours aprÚs la confirmation de la constitutionnalité de la loi sur les dérives sectaires, l'association Bon Sens, co-animée par Xavier Azalbert et Christian Perronne, a inséré sur sa page d'accueil un avertissement à l'attention de ses lecteurs afin de se dégager de toute responsabilité pénale (source : @Sonic_urticant/X, 12 mai 2024).

Capture d'écran de la page d'accueil du site Bon Sens (détail, 12/05/2024).

FESTIVAL DE CANNES. Dix hommes, dix célébrités, vivent depuis des semaines sous la menace de révélations scandaleuses qui les concerneraient. Sans que rien ne soit avéré, leurs noms ont été livrés en patĂ»re sur les rĂ©seaux sociaux par le compte complotiste « ZoĂ© Sagan » (200 000 abonnĂ©s sur X), animĂ© par l'ancien publicitaire AurĂ©lien Poirson-Atlan. Un compte directement impliquĂ© dans l'intox selon laquelle l'Ă©pouse du prĂ©sident de la RĂ©publique serait nĂ©e homme. Dans l'Ă©dition dominicale de La Tribune, Rudy Reichstadt explique pourquoi ces rumeurs reprĂ©sentent un vĂ©ritable danger pour le fonctionnement de la dĂ©mocratie (source : La Tribune Dimanche, 12 mai 2024).

« TRANSVESTIGATION ». Ils voient le mĂąle partout ! « Ils » ? Ce sont les « transvestigateurs », des complotistes qui passent leur temps Ă  essayer de dĂ©montrer que telle cĂ©lĂ©britĂ© du sport, du cinĂ©ma, de la chanson ou de la vie politique n'est pas du sexe qu'elle prĂ©tend ĂȘtre (source : Franc-Tireur, 8 mai 2024).

EVA VLAARDINGERBROEK. L'activiste nĂ©erlandaise Eva Vlaardingerbroek est devenue en peu de temps une influenceuse internationale. La nouvelle coqueluche de l'extrĂȘme droite a commencĂ© comme prĂ©sentatrice pour une chaĂźne YouTube fondĂ©e par Les DĂ©mocrates de SuĂšde (un parti national-populiste comptant dans ses rangs des nĂ©o-nazis). Elle voit depuis quelques mois ses tweets atteindre une audience de plusieurs millions de personnes grĂące notamment Ă  la visiblitĂ© que lui assure Elon Musk en partageant ses contenus. L'Ă©gĂ©rie des rassemblements identitaires et ultraconservateurs considĂšre qu'une Ă©lite mondiale nĂ©o-marxiste travaille Ă  l’effondrement de l’Occident chrĂ©tien, blanc et hĂ©tĂ©rosexuel. Une vision du monde qui s'accompagne de la diffusion de plusieurs fausses informations sur la crise climatique ou encore les vaccins et qui promeut, comme solution privilĂ©giĂ©e Ă  tous les problĂšmes, l'« expulsion massive » des Ă©trangers et la « remigration » (source : Conspiracy Watch, 9 mai 2024).

SANS-PAPIERS. Une rumeur a refait surface de maniĂšre virale depuis plusieurs jours. À en croire de nombreuses publications sur les rĂ©seaux sociaux, la France serait en passe d’instaurer une mesure permettant de rĂ©compenser Ă  hauteur de 7 500 euros (sic !) quiconque dĂ©noncerait un Ă©tranger en situation irrĂ©guliĂšre. Le ministĂšre de l’IntĂ©rieur a dĂ©menti cette rumeur qui avait dĂ©jĂ  avait circulĂ© sous une autre forme, il y a plusieurs mois, en Allemagne, Ă  partir d'une dĂ©claration mal interprĂ©tĂ©e du chancelier Olaf Scholz (source : 20 Minutes, 7 mai 2024). Il y un an, un message Ă©tait devenu viral sur Twitter en Ă©voquant un montant de 50 euros par clandestin dĂ©noncĂ©. La fake news circule en rĂ©alitĂ© depuis le dĂ©but des annĂ©es 2010
 (source : TF1 Info, 11 mai 2023).

« ÉNERGIE LIBRE ». Le compte X de VERITY France, collectif reprĂ©sentant de supposĂ©es victimes du vaccin anti-Covid, a relayĂ© une vidĂ©o dans laquelle un individu est censĂ© dĂ©montrer, expĂ©rience Ă  l’appui, la rĂ©alitĂ© du mouvement perpĂ©tuel. Ainsi, sous l’appellation d’« énergie libre », l’escroquerie conspirationniste s’invite-t-elle au menu d’une association dont le porte-parole, Marc Doyer, figure sur la liste de Florian Philippot aux Ă©lections europĂ©ennes (source : Tristan MendĂšs France/X, 8 mai 2024).

INGÉRENCE RUSSE. Les campagnes de manipulation de l’information venues de Russie ne se tarissent pas. Elles ont trouvĂ©, ces derniers mois, des relais institutionnels de plus en plus assumĂ©s. DĂ©but fĂ©vrier, Dmitri Medvedev, ancien prĂ©sident et actuel numĂ©ro 2 du Conseil de sĂ©curitĂ© de Russie, affirmait sur Telegram la nĂ©cessitĂ© de soutenir « de toutes les maniĂšres possibles » les partis occidentaux compatibles avec les intĂ©rĂȘts du Kremlin. Une stratĂ©gie officiellement assumĂ©e alors que l’échĂ©ance des Ă©lections europĂ©ennes, dĂ©but juin, approche. La rĂ©ponse des autoritĂ©s françaises, elle aussi, s’est durcie (source : LibĂ©ration, 5 mai 2024).

CATAPHILES. Dans une vidĂ©o diffusĂ©e sur TikTok, des explorateurs français expliquent avoir trouvĂ© les restes d’une crĂšche dans des galeries souterraines. La vidĂ©o a Ă©tĂ© partagĂ©e par de nombreux comptes conspirationnistes dans le monde entier pour alimenter le narratif du trafic sexuel d’enfants, laissant entendre qu’il s’agissait lĂ  de « tunnels pĂ©dophiles satanistes ». La rĂ©alitĂ© est tout autre, comme le montre l’enquĂȘte de « Vrai ou Faux » rĂ©alisĂ©e auprĂšs de cataphiles dans la carriĂšre de MĂ©ry-sur-Oise, lieu oĂč a Ă©tĂ© tournĂ©e la vidĂ©o initiale (source : Julien Pain/X, 6 mai 2024).

ÊTRES SOUVERAINS. À Landeleau, dans le FinistĂšre, un groupe d’individus anti-systĂšme, les « ĂȘtres vivants bretons », partisans de « la libĂ©ration de la Bretagne », s’émancipent du droit français. S'ils rĂ©cusent tout lien avec la mouvance des « citoyens souverains », ils lui empruntent tout de mĂȘme une partie de leur argumentaire comme l'idĂ©e selon laquelle les États seraient de simples entreprises privĂ©es (source : Le Point, 11 mai 2024).

DÉCONSPIRATEURS. Pour le 51e épisode  de notre Ă©mission, Tristan MendĂšs France, Rudy Reichstadt et David Medioni ont dĂ©cryptĂ© ensemble l’actualitĂ© rĂ©cente du conspirationnisme. Au sommaire de ce nouveau numĂ©ro : Complorama sur Taylor Swift ; l'intox de VERITY France ; les transvestigateurs s'en prennent Ă  Britta Ernst, la femme d'Olaf Scholtz ; dĂ©lires sur TikTok autours des arbres gĂ©ants et de la communication avec les animaux ; qui veut la peau de Conspiracy Watch ; Les Protocoles des Sages de Sion.

Cet article est en accĂšs libre.
Pour qu’il le reste, Conspiracy Watch a besoin de vous.
Je suis d'accord, je fais un don
je continue ma lecture

CYBERHARCÈLEMENT. Le polĂ©miste et animateur de Sud Radio AndrĂ© Bercoff, le propriĂ©taire du site complotiste FranceSoir, Xavier Azalbert, et l’essayiste controversĂ© Idriss Aberkane sont visĂ©s par une plainte de Thomas Durand, co-fondateur de la chaĂźne YouTube « La Tronche en biais », pour cyberharcĂšlement. Cette plainte, dĂ©posĂ©e le 3 mai contre X auprĂšs du parquet de Paris, cite nommĂ©ment les trois hommes, rĂ©guliĂšrement accusĂ©s de relayer des thĂšses complotistes, en leur reprochant d’avoir nourri une « surenchĂšre » de « haine » Ă  son encontre (sources : L’Express, 6 mai 2024 ; Conspiracy Watch, 26 novembre 2022).

FRANCESOIR. ExpulsĂ© de Google ActualitĂ©s, de YouTube et de leurs rĂ©seaux publicitaires, dĂ©sertĂ© par les annonceurs historiques, le site FranceSoir, Ă©ditĂ© par la sociĂ©tĂ© Shopper Union France, ne survit que grĂące Ă  des dons dĂ©fiscalisables qui peuvent atteindre plusieurs centaines de milliers d'euros en moins d'une annĂ©e, comme le rĂ©vĂšle L'Express. ProblĂšme : FranceSoir est l'un des principaux sites pourvoyeurs de dĂ©sinformation en France. Il est en outre impliquĂ©, avec l'association Bon Sens (qui est prĂ©sidĂ©e par... le directeur de FranceSoir !), dans des campagnes de harcĂšlement contre des scientifiques et des journalistes et parfois leurs proches. Or, les dons perçus par le site et cette association leur ont permis de multiplier les procĂ©dures judiciaires contre Google, YouTube mais aussi Bill Gates, l'ex-ministre de la SantĂ© AurĂ©lien Rousseau, l'urgentiste Mathias Wargon ou encore le journaliste RaphaĂ«l Grably. Tant que FranceSoir ne se verra pas retirer son statut de service de presse en ligne, il pourra bĂ©nĂ©ficier de dons dĂ©fiscalisables Ă  hauteur de 66 % et, par consĂ©quent, continuer ses activitĂ©s en partie aux frais du contribuable. La dĂ©cision de la Commission Paritaire des Publications et Agences de Presse (CPPAP) concernant ce mĂ©dia est attendue ce mois de mai (source : L’Express, 7 mai 2024).

SANTÉ PUBLIQUE. La 150Ăšme Ă©dition du « Conseil Scientifique IndĂ©pendant » a Ă©tĂ© organisĂ©e Ă  Saintes mercredi 8 mai en partenariat avec l'association Bon Sens. Ancienne directrice dĂ©partementale de l’Agence rĂ©gionale de santĂ© (ARS) de la Dordogne, Marie-Ange Perulli y a tĂ©moignĂ© de son expĂ©rience aux cĂŽtĂ©s du sociologue Laurent Mucchielli et de Jean-Louis Blondeau, fondateur d’un collectif de soutien aux soignants suspendus pour refus de se faire vacciner. AprĂšs avoir rendu un hommage Ă  Didier Raoult, Louis FouchĂ©, Christian Perronne et Martine Wonner, dont les interventions publiques auraient jouĂ© un rĂŽle dĂ©terminant dans son Ă©veil, la fonctionnaire aujourd'hui Ă  la retraite fait une confession stupĂ©fiante : en pleine crise sanitaire, soumise aux pressions croisĂ©es du gouvernement, des mĂ©decins, des Ă©lus et des journalistes, elle cherchait « le moyen de ne pas ouvrir de centres de vaccination » :

« J'ai essayĂ© de limiter les ouvertures de vaccination mais moins j'en ouvrais et plus la population, aussi, demandait Ă  ĂȘtre vaccinĂ©e. »

Une dĂ©claration qui lui a valu une salve d’applaudissements du public... mais qui serait de nature Ă  dĂ©boucher sur des poursuites pĂ©nales (source : @SaiyanBio/X, 11 mai 2024).

DÉRIVES SECTAIRES. Mardi 7 mai, le Conseil constitutionnel a validĂ© l'essentiel de la loi visant Ă  renforcer la lutte contre les dĂ©rives sectaires et Ă  amĂ©liorer l'accompagnement des victimes. « Une avancĂ©e historique pour les victimes de dĂ©rives sectaires » s'est rĂ©joui la dĂ©putĂ©e Brigitte Liso (Renaissance), rapporteure du projet de loi adoptĂ© le 9 avril dernier et auquel s'Ă©taient opposĂ©s les groupes RN, LFI, LR et GDR-NUPES ainsi que plusieurs parlementaires tels que Nicolas Dupont-Aignan et Alain Houpert (LR). Les Sages de la rue de Montpensier approuvent notamment la crĂ©ation d'un nouveau dĂ©lit de provocation Ă  l'abandon ou Ă  l'abstention de soins mĂ©dicaux, une disposition extrĂȘmement dĂ©criĂ©e dans la complosphĂšre qui l'interprĂšte comme une disposition « anti-Raoult », du nom de l'infectiologue marseillais qui a promu l'hydroxychloroquine comme traitement contre le Covid-19. Le Conseil constitutionnel, dont l'une des attributions est de contrĂŽler la conformitĂ© des lois Ă  la Constitution, avait Ă©tĂ© saisi par des dĂ©putĂ©s RN et des sĂ©nateurs LR qui voyaient dans ce dĂ©lit une « atteinte disproportionnĂ©e Ă  la libertĂ© d'expression ». Ils ont jugĂ© dans leur dĂ©cision que « les dispositions instituant le dĂ©lit contestĂ© ne revĂȘtent pas un caractĂšre Ă©quivoque et sont suffisamment prĂ©cises pour garantir contre le risque d'arbitraire ».

Comme l'explique Nicolas Berrod, journaliste au Parisien, le Conseil constitutionnel estime qu'il y a suffisamment de garde-fous dans la loi. Ainsi, l'abandon/abstention de soins « doit ĂȘtre prĂ©sentĂ© comme bĂ©nĂ©fique pour la santĂ© de la personne concernĂ©e » et la personne victime doit ĂȘtre « atteinte d'une pathologie ». De plus, sauf en cas de sujĂ©tion, le dĂ©lit n'est pas constituĂ© « lorsque les circonstances permettent d’établir la volontĂ© libre et Ă©clairĂ©e de la personne » avec notamment une « information claire et complĂšte quant aux consĂ©quences pour la santĂ© » (sources : France Info, 7 mai 2024 ; Nicolas Berrod/X, 7 mai 2024).

Une autre disposition de la loi concernant la « provocation Ă  adopter certaines pratiques prĂ©sentĂ©es comme ayant une finalitĂ© thĂ©rapeutique ou prophylactique [mais qui] exposent Ă  un risque immĂ©diat de mort ou de blessures de nature Ă  entraĂźner une mutilation ou une infirmitĂ© permanente » a Ă©galement Ă©tĂ© validĂ©e par les Sages. Elle vise notamment Ă  faciliter la rĂ©pression de comportements prĂ©judiciables pour la santĂ© dans un contexte oĂč des individus non qualifiĂ©s peuvent dĂ©sormais bĂ©nĂ©ficier, en ligne, d'une large audience et promouvoir ou vendre des produits et des pratiques Ă  prĂ©tention thĂ©rapeutique qui peuvent se rĂ©vĂ©ler dangereux pour la santĂ© de personnes atteintes de pathologies graves.

THIERRY CASASNOVAS. En mars 2023,  Thierry Casasnovas avait Ă©tĂ© mis en examen notamment pour « abus de confiance », « abus de faiblesse » et « exercice illĂ©gal de la pharmacie et de la mĂ©decine » puis placĂ© sous contrĂŽle judiciaire. Le youtubeur crudivoriste, qui est dĂ©fendu depuis l'annĂ©e derniĂšre par Me Fabrice Di Vizio, s’était vu interdire de « participer ou d’organiser des stages et des formations en lien avec la naturopathie, l’hygiĂ©nisme, la santĂ© ou le bien-ĂȘtre ». Le blogueur complotiste Salim LaĂŻbi a annoncĂ© sur les rĂ©seaux sociaux qu’il interviendrait avec Thierry Casasnovas, lors d’un colloque le samedi 11 mai 2024 « à proximité » de Perpignan (source : L’IndĂ©pendant, 9 mai 2024). Au sujet de Thierry Casasnovas, lire Ă©galement l'article de Samuel Laurent paru dans Le Monde : « Un an aprĂšs sa mise en examen, Thierry Casasnovas n’a rien perdu de son influence » (source : Le Monde, 12 mai 2024).

BON SENS. Quelques jours aprÚs la confirmation de la constitutionnalité de la loi sur les dérives sectaires, l'association Bon Sens, co-animée par Xavier Azalbert et Christian Perronne, a inséré sur sa page d'accueil un avertissement à l'attention de ses lecteurs afin de se dégager de toute responsabilité pénale (source : @Sonic_urticant/X, 12 mai 2024).

Capture d'écran de la page d'accueil du site Bon Sens (détail, 12/05/2024).

FESTIVAL DE CANNES. Dix hommes, dix célébrités, vivent depuis des semaines sous la menace de révélations scandaleuses qui les concerneraient. Sans que rien ne soit avéré, leurs noms ont été livrés en patĂ»re sur les rĂ©seaux sociaux par le compte complotiste « ZoĂ© Sagan » (200 000 abonnĂ©s sur X), animĂ© par l'ancien publicitaire AurĂ©lien Poirson-Atlan. Un compte directement impliquĂ© dans l'intox selon laquelle l'Ă©pouse du prĂ©sident de la RĂ©publique serait nĂ©e homme. Dans l'Ă©dition dominicale de La Tribune, Rudy Reichstadt explique pourquoi ces rumeurs reprĂ©sentent un vĂ©ritable danger pour le fonctionnement de la dĂ©mocratie (source : La Tribune Dimanche, 12 mai 2024).

« TRANSVESTIGATION ». Ils voient le mĂąle partout ! « Ils » ? Ce sont les « transvestigateurs », des complotistes qui passent leur temps Ă  essayer de dĂ©montrer que telle cĂ©lĂ©britĂ© du sport, du cinĂ©ma, de la chanson ou de la vie politique n'est pas du sexe qu'elle prĂ©tend ĂȘtre (source : Franc-Tireur, 8 mai 2024).

EVA VLAARDINGERBROEK. L'activiste nĂ©erlandaise Eva Vlaardingerbroek est devenue en peu de temps une influenceuse internationale. La nouvelle coqueluche de l'extrĂȘme droite a commencĂ© comme prĂ©sentatrice pour une chaĂźne YouTube fondĂ©e par Les DĂ©mocrates de SuĂšde (un parti national-populiste comptant dans ses rangs des nĂ©o-nazis). Elle voit depuis quelques mois ses tweets atteindre une audience de plusieurs millions de personnes grĂące notamment Ă  la visiblitĂ© que lui assure Elon Musk en partageant ses contenus. L'Ă©gĂ©rie des rassemblements identitaires et ultraconservateurs considĂšre qu'une Ă©lite mondiale nĂ©o-marxiste travaille Ă  l’effondrement de l’Occident chrĂ©tien, blanc et hĂ©tĂ©rosexuel. Une vision du monde qui s'accompagne de la diffusion de plusieurs fausses informations sur la crise climatique ou encore les vaccins et qui promeut, comme solution privilĂ©giĂ©e Ă  tous les problĂšmes, l'« expulsion massive » des Ă©trangers et la « remigration » (source : Conspiracy Watch, 9 mai 2024).

SANS-PAPIERS. Une rumeur a refait surface de maniĂšre virale depuis plusieurs jours. À en croire de nombreuses publications sur les rĂ©seaux sociaux, la France serait en passe d’instaurer une mesure permettant de rĂ©compenser Ă  hauteur de 7 500 euros (sic !) quiconque dĂ©noncerait un Ă©tranger en situation irrĂ©guliĂšre. Le ministĂšre de l’IntĂ©rieur a dĂ©menti cette rumeur qui avait dĂ©jĂ  avait circulĂ© sous une autre forme, il y a plusieurs mois, en Allemagne, Ă  partir d'une dĂ©claration mal interprĂ©tĂ©e du chancelier Olaf Scholz (source : 20 Minutes, 7 mai 2024). Il y un an, un message Ă©tait devenu viral sur Twitter en Ă©voquant un montant de 50 euros par clandestin dĂ©noncĂ©. La fake news circule en rĂ©alitĂ© depuis le dĂ©but des annĂ©es 2010
 (source : TF1 Info, 11 mai 2023).

« ÉNERGIE LIBRE ». Le compte X de VERITY France, collectif reprĂ©sentant de supposĂ©es victimes du vaccin anti-Covid, a relayĂ© une vidĂ©o dans laquelle un individu est censĂ© dĂ©montrer, expĂ©rience Ă  l’appui, la rĂ©alitĂ© du mouvement perpĂ©tuel. Ainsi, sous l’appellation d’« énergie libre », l’escroquerie conspirationniste s’invite-t-elle au menu d’une association dont le porte-parole, Marc Doyer, figure sur la liste de Florian Philippot aux Ă©lections europĂ©ennes (source : Tristan MendĂšs France/X, 8 mai 2024).

INGÉRENCE RUSSE. Les campagnes de manipulation de l’information venues de Russie ne se tarissent pas. Elles ont trouvĂ©, ces derniers mois, des relais institutionnels de plus en plus assumĂ©s. DĂ©but fĂ©vrier, Dmitri Medvedev, ancien prĂ©sident et actuel numĂ©ro 2 du Conseil de sĂ©curitĂ© de Russie, affirmait sur Telegram la nĂ©cessitĂ© de soutenir « de toutes les maniĂšres possibles » les partis occidentaux compatibles avec les intĂ©rĂȘts du Kremlin. Une stratĂ©gie officiellement assumĂ©e alors que l’échĂ©ance des Ă©lections europĂ©ennes, dĂ©but juin, approche. La rĂ©ponse des autoritĂ©s françaises, elle aussi, s’est durcie (source : LibĂ©ration, 5 mai 2024).

CATAPHILES. Dans une vidĂ©o diffusĂ©e sur TikTok, des explorateurs français expliquent avoir trouvĂ© les restes d’une crĂšche dans des galeries souterraines. La vidĂ©o a Ă©tĂ© partagĂ©e par de nombreux comptes conspirationnistes dans le monde entier pour alimenter le narratif du trafic sexuel d’enfants, laissant entendre qu’il s’agissait lĂ  de « tunnels pĂ©dophiles satanistes ». La rĂ©alitĂ© est tout autre, comme le montre l’enquĂȘte de « Vrai ou Faux » rĂ©alisĂ©e auprĂšs de cataphiles dans la carriĂšre de MĂ©ry-sur-Oise, lieu oĂč a Ă©tĂ© tournĂ©e la vidĂ©o initiale (source : Julien Pain/X, 6 mai 2024).

ÊTRES SOUVERAINS. À Landeleau, dans le FinistĂšre, un groupe d’individus anti-systĂšme, les « ĂȘtres vivants bretons », partisans de « la libĂ©ration de la Bretagne », s’émancipent du droit français. S'ils rĂ©cusent tout lien avec la mouvance des « citoyens souverains », ils lui empruntent tout de mĂȘme une partie de leur argumentaire comme l'idĂ©e selon laquelle les États seraient de simples entreprises privĂ©es (source : Le Point, 11 mai 2024).

DÉCONSPIRATEURS. Pour le 51e épisode  de notre Ă©mission, Tristan MendĂšs France, Rudy Reichstadt et David Medioni ont dĂ©cryptĂ© ensemble l’actualitĂ© rĂ©cente du conspirationnisme. Au sommaire de ce nouveau numĂ©ro : Complorama sur Taylor Swift ; l'intox de VERITY France ; les transvestigateurs s'en prennent Ă  Britta Ernst, la femme d'Olaf Scholtz ; dĂ©lires sur TikTok autours des arbres gĂ©ants et de la communication avec les animaux ; qui veut la peau de Conspiracy Watch ; Les Protocoles des Sages de Sion.

Depuis seize ans, Conspiracy Watch contribue Ă  sensibiliser aux dangers du complotisme en assurant un travail d’information et de veille critique sans Ă©quivalent. Pour pĂ©renniser nos activitĂ©s, le soutien de nos lecteurs est indispensable.  

Faire un don !
Ă  propos de l'auteur
[show_profile_image]
Partager :
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
© 2007-2024 Conspiracy Watch | Une réalisation de l'Observatoire du conspirationnisme (association loi de 1901) avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.
cross