Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des derniers jours en matière de conspirationnisme et de négationnisme.

ALÉSIA. Enseignant-chercheur à l’université de Cergy-Pontoise, l’antiquiste Vivien Barrière s’est intéressé à la prétendue « controverse » portant sur la localisation du site archéologique d’Alésia. Dans un long thread posté le 13 mai 2018 sur Twitter et regorgeant de considérations méthodologiques, l’historien expose les théories en présence, prenant soin de mettre en exergue les mobiles et exigences scientifiques particulières auxquels répond la démarche historienne.

SUÈDE. Le 1er Mai est progressivement devenu l’occasion d’une démonstration de force de la part des néonazis suédois. C’est que, depuis quelques années, le Mouvement de résistance nordique (NMR) attire un nouveau public : « Ce sont des gens qui n’avaient pas de liens avec la mouvance néonazie, originaires plutôt des milieux conspirationnistes ou racistes, qui se sont radicalisés, explique le journaliste Jonathan Leman. Certains sont xénophobes et deviennent antisémites, ou vice-versa » (source : Le Monde, 9 mai 2018).

MENNEL. Un peu plus de trois mois après la révélation de ses tweets complotistes qui l’avaient conduites à quitter le « télécrochet » The Voice, la chanteuse Mennel Ibtissem a récemment eu l’occasion de revenir sur cette affaire. Loin d’expliciter ou de remettre en cause le contenu de tweets sulfureux qui dénotaient son intérêt pour certaines personnalités controversées (Tariq Ramadan, Dieudonné M’Bala M’Bala…), la chanteuse a surtout insisté, sur les plateaux de « C à vous » (France 5) et du « Quotidien » (TMC), sur la mauvaise interprétation de ses propos ou encore ses intentions mal comprises. Mennel Ibtissem dit avoir eu « le cœur autant brisé que tout le monde » ; le sentiment de malaise, lui, est en tout cas parfaitement intact.

VACCINS. Des dizaines d’articles alarmistes et de témoignages nourrissent quotidiennement, sur les réseaux sociaux, la méfiance et les peurs à l’égard des vaccins. Sans fondement scientifique, ils sont le fait de militants actifs qui groupent autour d’eux des communautés conséquentes d’internautes. Signe des temps, le nombre de requêtes antivaccination tapé dans la barre de recherche Google a augmenté de 130% au cours des cinq dernières années. Zoom sur un phénomène inquiétant, étayé par plusieurs études, auxquelles les autorités sanitaires et certains professionnels de santé ont décidé de répondre (source : Le Figaro, 16 mai 2018).

ATTENTAT. L’attaque au couteau de la rue Monsigny (Paris, 9e arrondissement), le 12 mai au soir peu avant 21 heures, a causé la mort de Ronan Gosnet, 29 ans. Bien que revendiqué par l’Etat islamique au cours de la soirée, l’attentat a suscité son lot de commentaires complotistes sur les réseaux sociaux. Dans un thread sur Twitter, Conspiracy Watch a relevé quelques-uns de ces propos symptomatiques évoquant pêle-mêle la thèse du false flag, l’action sous cape d’Israël ou l’élimination suspecte de l’assassin, et publiés par des comptes Twitter peu suivis mais aussi par des commentateurs sur le site d’Alain Soral, Égalité & Réconciliation, ou sur Facebook, de la part du président du Réseau Voltaire-France, Alain Bénajam, un proche du théoricien du complot Thierry Meyssan. Le déroulement concomitant du concours de l’Eurovision remporté par la chanteuse israélienne Netta a renforcé chez certains l’hypothèse d’un complot « sioniste ». Un samedi soir complotiste sur la Terre

BEN LADEN. Plusieurs articles signalés sur Facebook affirment qu’un agent de la CIA aurait fait fuiter une photographie prouvant que Ben Laden était toujours vivant. Checknews.fr, le service de fact-checking du journal Libération a déconstruit l’information qui reposait sur un photomontage, l’invention d’un agent de la CIA et une fausse citation d’Edward Snowden (source : Checknews.fr, 16 mai 2018).

SYRIE. Grand reporteur depuis 40 ans pour le journal anglais The Independent, Robert Fisk a longtemps été reconnu comme un grand de la profession par ses pairs, avant de voir sa crédibilité entamée par des prises de position systématiquement hostiles à l’Occident. Faisant fi de la déontologie journalistique dans sa couverture du conflit syrien, Fisk ne semble pas gêner par le fait d’interroger des témoins surveillés par la police ou l’armée syriennes. Comme l’explique un article de Conspiracy Watch, son activité lui vaut aujourd’hui les critiques acerbes de nombre de ses confrères mais, d’un autre côté, les éloges des médias russes gouvernementaux.

TERRE PLATE. L’écrivain anglais Tom Usher a fait le récit pour le média en ligne Vice de sa visite à un congrès d’adeptes de la théorie de la Terre plate, à Birmingham (Royaume-Uni). « J’ai adhéré à cette théorie quand Trump a fait son entrée en politique, lui a expliqué Steve. J’ai commencé à m’intéresser à Hillary, puis au Pizzagate [une autre théorie du complot discréditée] autour de mars 2017. Trump m’a fait prendre conscience qu’il pouvait y avoir un endoctrinement de masse, il m’a poussé à faire des recherches sur les Illuminati et l’État profond. Ça m’a pris à peu près trois mois pour comprendre et six mois pour accepter, et maintenant je sais qu’on n’est pas sur une boule qui tourne. » Récit d’une journée en immersion chez les complotistes (source : Vice.com, 17 mai 2018).

SANTA FE. Âgé de 17 ans, Dimitrios Pagourtzis, scolarisé dans un lycée de Santa Fe, au Texas, a tué dix personnes vendredi 18 mai. Armé d’un fusil à pompes et d’un revolver, le lycéen a renoncé à se donner la mort avant d’être arrêté et incarcéré. C’est la dixième tuerie de ce type aux Etats-Unis depuis le début de l’année 2018. Comme à chaque fois désormais, la réalité des faits est mise en doute sur les réseaux sociaux. Le site de fact-checking Media Matters for America revient sur ces théories du complot accusant une jeune étudiante, Paige Curry, d’être une « actrice de crise » ou suspectant une manipulation politique orchestrée par l’« Etat profond » pour le compte des « Démocrates » ou d’« Israël », et dans le but, notamment, de remettre au centre du débat public la question du contrôle des armes à feu.