Cheikh Oumar Diagne (Dakaractu TV, 2 février 2018)

Dénonciation de l’homosexualité et de l’avortement, fantasmes sur les franc-maçons, théories du complot sur le sida et mythe de la conspiration « illuminati » : le collectif d’un prédicateur évoluant dans une mouvance proche de celle de Kemi Seba a fait annuler un rassemblement maçonnique début février à Dakar.

« Non à la franc-maçonnerie et à l’homosexualité » : c’est le nom d’un collectif apparu en réaction à l’organisation des 26èmes Rehfram (Rencontres humanistes et fraternelles africaines et malgaches), un rassemblement de franc-maçons africains initialement prévu à Dakar (Sénégal) les 2 et 3 février derniers, en marge de la 3ème conférence de financement du Partenariat mondial pour l’éducation (PME).

Réunissant plusieurs dizaines d’organisations chrétiennes et musulmanes, ce collectif complotiste est parvenu à faire annuler le rassemblement maçonnique. Son porte-parole, Cheikh Oumar Diagne, est un prédicateur musulman ayant multiplié les interviews dans des médias en ligne sénégalais au cours des dernières semaines. Chacune de ses interventions évoque un complot dont l’objet serait de pervertir la société sénégalaise. Fin janvier, le cheikh a ainsi accusé la chanteuse Rihanna, ambassadrice mondiale du PME – dont l’objectif est de mobiliser des fonds destinés à être investis dans l’éducation – d’appartenir à « la secte illuminati » :

« La franc-maçonnerie et sa branche illuminati dont Rihanna est la représentante fait l’apologie de Satan et ses démons, sa venue dans le cadre de son engagement pour la campagne PME a pour objectif de détourner l’attention du public de la tenue des Rehfram, le courant naturiste lutte pour dévêtir l’humanité dans un vaste attentat à la pudeur, les associations de défense des homosexuels militent pour promouvoir des pratiques sexuelles contre-nature, les congrégations occultes font la promotion de l’infanticide qu’est l’avortement. »

On retrouve le nom de Cheikh Oumar Diagne dans la composition de plusieurs collectifs religieux ou panafricanistes. Le 1er février dernier, le collectif « Non à la franc-maçonnerie et à l’homosexualité » a ainsi rejoint « France dégage », une émanation du front anti-franc CFA qui a organisé une campagne de protestation contre la visite d’Emmanuel Macron au Sénégal. Cette initiative avait été annoncée par un communiqué justifiant le rapprochement entre les deux mouvements. La manifestation n’ayant pas été autorisée, Cheikh Oumar Diagne et seize membres du collectif ont été arrêtés.

Si les publications de Cheikh Oumar Diagne sur un « complot maçonnique » sont récurrentes sur les réseaux sociaux, on peut aussi y lire une série de messages relatifs au virus du sida, qui aurait été créé par des hommes, ne concernerait que les drogués ou ne serait pas sexuellement transmissible.

« Agenda homosexuel »

Pour Cheikh Oumar Diagne, le sida n’est en effet qu’un complot du lobby pharmaceutique et sa prise en charge par la médecine moderne rendrait les gens plus malades encore. Sur son compte Facebook, il poursuit en pointant du doigt un obscur « agenda » planifiant l’instauration « du fléau homosexuel » pour la date du « 17 mai 2037 » (sic).

La convergence entre « Non à la franc-maçonnerie et à l’homosexualité » et « France dégage » n’est pas qu’une alliance de circonstance. Cheikh Oumar Diagne est qualifié de « compagnon d’arme et partenaire inlassable dans son leadership et sa volonté de consensus » par Hamet Baïla Diop, le chargé de communication Facebook de « Petroteam », le collectif le plus ancien participant à « France dégage ». Son obsession pour l’homosexualité – qui est réprimée pénalement au Sénégal – et sa référence aux « Illuminatis » sont partagés par la nébuleuse de groupes adhérant à la campagne.

Lancée en novembre 2017, la campagne « France dégage » est portée par « Urgences Panafricanistes », l’association de l’activiste Kemi Seba qui, par le passé, avait évoqué les « Illuminatis » comme un groupe manœuvrant pour « l’hégémonie des impérialistes » de concert avec « l’axe américano-sioniste ».