Le 21 août dernier, la conférencière soralienne Marion Sigaut lançait sur son blog un « appel à la résistance » invitant à manifester le lundi 3 septembre, jour de la rentrée scolaire, devant toutes les préfectures de France contre, notamment, la « légalisation de la pédophilie » (sic), l’« éducation sexuelle à l’école » et l’« obligation vaccinale ». L’initiative, relayée hier sur Twitter par Chantal Dupille (alias «Eva R-sistons »), figure bien connue de la complosphère, a donné lieu à la création d’une page Facebook intéressant plusieurs milliers d’utilisateurs au cours des derniers jours. Apparemment convaincus de l’existence d’un « plan mondialiste de destruction de l’enfance et de la famille » (titre d’une conférence de Sigaut pour la section lilloise d’Egalité & Réconciliation), les organisateurs s’en prennent à l’UNESCO, à l’ONU, à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ainsi qu’à l’Education nationale qui chercheraient à « pervertir nos enfants pour en faire de la chair fraîche pour les pédophiles » (sic). Ils se réclament notamment du professeur Henri Joyeux, du pédopsychiatre Maurice Berger ou encore de la psychologue Ariane Bilheran. La loi contre les violences sexistes et sexuelles, promulguée le 3 août, est le prétexte à ce nouveau déchaînement de fausses informations et de rumeurs complotistes. Ironiquement, la nouvelle loi allonge pourtant le délai de prescription des crimes sexuels sur mineurs. Et en aucun cas elle n’assouplit les règles de consentement.