Youssouf Fofana pose en ''trophée'' et victime des ''Sages de Sion''
Youssouf Fofana refait parler de lui. Le chef du "gang des Barbares", condamné à perpétuité pour le meurtre du jeune Ilan Halimi, a posté en novembre dernier une quinzaine de vidéos sur YouTube dans lesquelles il fait l’apologie d’Al-Qaida et des « combattants de la cause d’Allah » et voue aux gémonies les « barbus à kippas » et « les sionistes de New York ».

Posant devant le dessin d’un continent africain entouré d’un sabre et d’une pompe à essence, dissimulant ses yeux derrière des lunettes de soleil et coiffé d’un keffieh, celui qui se présente comme « Fofana Youssouf » paraît persuadé qu’il sera prochainement délivré (« soit le 14 juillet, le 24 décembre ou le 31 décembre », sic) grâce aux « pétro-dollars salafistes ». Mais c’est surtout sa référence aux Protocoles des Sages de Sion qui retient notre attention, symptomatique d’un discours mêlant inextricablement conspirationnisme antisémite et antisionisme radical :

«Au nom des musulmans et des musulmanes, des Africains et des Africaines, comme par exemple les Palestiniens, (…) comme les victimes de monsieur Bush, comme la pauvre Nafissatou Diallo, etc. qui ont été victimes, qui sont victimes et qui seront victimes, directement ou indirectement, des terroristes de l’ombre, des barbus à kippas, du Protocole des Sages de Sion. Inch’allah il y aura un commando qui me fera évader. (…) Je suis le symbolique trophée de guerre détenu par les sionistes de New York».

Une enquête du Monde sur les circonstances de l’enlèvement et de la mort d’Ilan Halimi avait permis, dès 2006, de mettre en lumière l’obsession antijuive de Youssouf Fofana : « D’après lui, avait témoigné la jeune fille qui avait servi d’appât, les juifs étaient les rois, car ils bouffaient l’argent de l’Etat et, lui, comme il était noir, était considéré comme un esclave par l’Etat ».

Lors d’une conférence de presse de la "Liste antisioniste" en mai 2009 au Théâtre de la Main d’or, Ahmed Moualek, administrateur du site "La Banlieue s’exprime" et proche de Thierry Meyssan, avait qualifié l’affaire Fofana d’« escroquerie». L’année suivante, Dieudonné avait demandé la libération de Youssouf Fofana dans un "sketch" antisémite diffusé par "La Banlieue s’exprime".