Fidel Castro relaye les théories du complot sur le 11 septembre
LA HAVANE, 11 sept 2007 (AFP)

Fidel Castro a accusé mardi Washington d’avoir trompé l’opinion mondiale et de cacher l’information sur "ce qui s’est véritablement passé" lors des attentats du 11 septembre, dans un article rendu public à l’occasion du sixième anniversaire de la tragédie.

"Aujourd’hui, cela fait six longues années depuis cet épisode douloureux. On a appris dans l’actualité qu’il y a eu désinformation délibérée (…) Le plus dramatique est sans doute que jamais on ne connaîtra véritablement ce qui s’est passé", écrit le président cubain, âgé de 81 ans et éloigné du pouvoir depuis plus d’un an par la maladie.

Sous le titre "L’Empire et le mensonge", Fidel Castro, dont le texte était lu à la télévision lors de l’émission quotidienne "La table ronde", cite une série d’allégations qui, à ses yeux, démentent la version américaine des événements – et notamment l’attaque contre le Pentagone -, ajoutant : "Nous avons été trompés comme tous les habitants de la planète".

"Les calculs sur la structure en acier, l’impact de l’avion, les boîtes noires retrouvées et ce qu’elle révélaient ne correspondent pas aux critères des mathématiciens, des sismologues, des spécialistes en information et des spécialistes en démolition", écrit le président cubain, dont le texte devrait paraître mercredi dans la presse officielle.

Fidel Castro écrit encore qu’il n’avait pas entendu dire, le jour des attentats, "que dans les sous-sols des tours étaient déposées quelque 200 tonnes d’or ; l’ordre était donné d’ouvrir le feu pour tuer contre quiconque tenterait d’y pénétrer par la force".

L’intervention du président intervient alors que les autorités cubaines ont diffusé lundi soir à la télévision un documentaire accordant une large place aux "théories du complot" américain sur le 11 septembre, et notamment à celle du journaliste français Thierry Messian, auteur de "L’Effroyable imposture", qui nie notamment l’attaque contre le Pentagone.

Fidel Castro rappelle encore que Cuba avait offert à Washington de lui fournir une aide médicale lors des attentats et que, dans le passé, La Havane avait informé le président Ronald Reagan de la préparation d’un attentat contre lui.

En retour, déplore le président Cubain, Washington a "élaboré des centaines de plans pour l’éliminer physiquement".

……………………………………….

La HAVANE (Reuters)

Fidel Castro estime que les Etats-Unis ont entrepris une démarche de désinformation en direction des Américains et du monde entier après les attentats du 11 septembre 2001, relayant des théories conspiratrices.

Dans une tribune, lue par un présentateur de la télévision cubaine, Castro avance que le Pentagone a été touché par une roquette, et non pas par un avion. Pour étayer son accusation, "El Commandante" affirme qu’on a jamais retrouvé la moindre trace d’un passager.

"On sait aujourd’hui qu’il s’agissait de désinformation", écrit Castro, qui n’est plus apparu en public depuis juillet 2006, date à laquelle il a été opéré pour soigner une hémorragie intestinale. Il a depuis confié les rênes du pouvoir à son frère Raul.

"Si l’on étudie l’impact des avions, comme ceux qui ont touché les Tours jumelles, ou comme ceux qui se sont accidentellement écrasés sur des villes densément peuplées, on peut en conclure que ce n’est pas un avion qui s’est écrasé sur le Pentagone", affirme-t-il.

"Seul un projectile est en mesure d’avoir provoqué ce cratère de forme géométrique qui est soit disant dû à un avion."

"Nous avons été dupés comme le reste des habitants de cette planète", a-t-il jugé.

Dans cette tribune, Castro ne fait aucune référence à Oussama ben Laden ou aux combattants du réseau Al Qaïda comme pouvant être les responsables des attaques du 11 septembre 2001.