Polémique, assurément. Dès avant sa parution le 4 septembre, le livre, précédé d’une version plus courte l’an dernier dans la London Review of Books, suscite une controverse qui s’étend bien au delà des Etats-Unis.

Paradoxal, c’est sûr : ces deux universitaires américains, jusque là seulement connus de quelques spécialistes pour leurs travaux en matière de relations internationales, donnent ici un ouvrage qui a plus allure de brûlot que d’essai académique. « Nous nous attaquons à un sujet tabou, c’est pourquoi on nous critique avec tant de virulence » , affirmaient les auteurs après la publication de leur première salve en mars 2006, tout en laissant entendre qu’ils avaient dû s’adresser à une revue londonienne parce qu’aucun organe de presse américain n’aurait osé les publier. (…)

Lire la suite sur Ecrits d’Outre-Etang, un blog Rue89.