Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
Gérard Guillaume (capture d'écran YouTube, 19 mai 2020).

Proche du Pr Luc Montagnier, Gérard Guillaume est un médecin spécialisé en rhumatologie qui évolue dans la sphère conspirationniste.

Il est président et co-fondateur en 2012 (avec notamment Luc Montagnier, Christian Perronne, Éric Ménat ou encore Laurent Hervieux), de Chronimed, une association controversée décrite par ses initiateurs comme un « groupe de réflexion sur les infections froides, l’inflammation et les phénomènes ondulatoires. »

Se basant sur des approches pseudo-scientifiques empreintes de complotisme et allant à l’encontre des positions des autorités de santé, les préconisations de Chronimed ont été dénoncées à plusieurs reprises. Après avoir été saisi par l’Agence du médicament (ANSM), le procureur de la République de Paris a ouvert une enquête fin septembre 2020 visant une cinquantaine de praticiens de Chronimed pour avoir prescrit des traitements antibiotiques (sans autorisation de mise sur le marché) qui entendent « guérir » des patients atteints d’autisme ; des prescriptions potentiellement dangereuses, coûteuses et inutiles qui concerneraient des centaines d'enfants.

Ancien médecin de l’équipe professionnelle de cyclisme de La Française des Jeux, Gérard Guillaume est également membre de l'association Bon Sens, aux côtés de Xavier Azalbert (FranceSoir), Christian Perronne, Alexandra Henrion-Caude, Valérie BugaultSilvano Trotta ou encore Martine Wonner.

Selon lui« le virus [de la Covid-19] sort d’un labo de Wuhan, pas d’un marché comme on l’a dit, et on sait que dans le génome du coronavirus il y a des fragments du virus du HIV qui ont été incorporés dans le but de créer un vaccin contre le SIDA. La dangerosité du virus tient à ces petits fragments du HIV. Comme il s’agit d’une manipulation artificielle et que ces deux virus sont très éloignés l’un de l’autre, le coronavirus élimine petit à petit les fragments de HIV, ce qui laisserait penser que la virulence du virus va s’éteindre d’elle-même. J’ai demandé au Pr Montagnier de s’exprimer, de diffuser ses informations à très large échelle. Dans d’autres groupes scientifiques, elles commencent aussi à sortir. »

Le 19 mai 2020, Gérard Guillaume passe son « Grand oral » dans l'émission « Les Grandes Gueules » (RMC). Il revient sur l’origine de la Covid-19, réitérant sa version d'une fabrication artificielle du virus et proclame : « Arrêtez de les [les Français, ndlr] embobiner avec des conneries [...]. Il n'y a pas de deuxième vague. L'épidémie est finie ! » Son intervention est relayée par plusieurs sites conspirationnistes parmi lesquels Le Libre Penseur de Salim Laïbi et Sputnik.

Adepte des « médecines non conventionnelles », Gérard Guillame est un thérapeute Oligoscan, du nom d'un appareil pseudo-médical qui, selon ses promoteurs, pourrait être « utilisé par tous les professionnels de santé » et permettrait de « bénéficier d'un bilan rapide et indolore » puisqu'il évaluerait en « un instant : minéraux, oligo-éléments, stress oxydatif et métaux lourds » ; un protocole qui s'insère dans une « nouvelle thérapie dite "quantique" [qui] promet monts et merveilles à ses adeptes grâce à des machines futuristes » sans pour autant « prouver les bienfaits de ce traitement censé guérir avant même les premiers symptômes. »

Gérard Guillaume est l'auteur de plusieurs ouvrages sur l'acupuncture ou la médecine chinoise. Il a co-signé avec Luc Montagnier et Laurent Schwartz, Les maladies chroniques, le scandale du XXIe siècle (2018).

 

(Dernière mise à jour le 23/11/2022)

Depuis quinze ans, Conspiracy Watch contribue à sensibiliser aux dangers du complotisme en assurant un travail d’information et de veille critique sans équivalent. Pour pérenniser nos activités, le soutien de nos lecteurs est indispensable.  

Faire un don !
Partager :
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
© 2007-2022 Conspiracy Watch | Une réalisation de l'Observatoire du conspirationnisme (association loi de 1901) avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.
cross