Un extrait vidéo de 11 secondes circule depuis plusieurs jours pour faire dire à Rochelle Walensky l’exact contraire de ce qu’elle a réellement dit.

Rochelle Walensky, directrice des CDC, interviewée le 7 janvier 2022 sur ABC (capture d’écran YouTube).

A l’ère des réseaux sociaux et de la pandémie de Covid-19, une désinformation efficace nécessite peu d’outils et d’investissements.

La recette est simple : prenez l’interview télévisée d’un haut responsable de santé publique ; sélectionnez le passage qui vous intéresse ; coupez la question précédente au montage de manière à travestir ses propos ; ajoutez-y un commentaire explosif comme si vous veniez de dénicher le scoop de l’année ; postez la séquence sur Twitter ou Telegram puis incitez vos amis « réinformateurs » à diffuser massivement l’infox. En quelques heures, votre publication sera vue des centaines de milliers de fois, voire des millions, et vous aurez réussi votre coup.

C’est exactement ce qu’il s’est passé après le passage le 7 janvier dernier sur la chaîne ABC de Rochelle Walensky, la directrice des Centers For Disease Control and Prevention (CDC), l’agence fédérale américaine de protection de la santé publique.

Rochelle Walensky, qui fait face à de nombreuses critiques des spécialistes de santé suite à la publication par son agence des nouvelles règles d’isolement pour les personnes infectées par le virus, a profité de cette interview de quelques minutes dans l’émission « Good Morning America » pour clarifier et justifier les recommandations de son agence.

Mais ce n’est pas ce sujet qui va provoquer un flot de fausses informations sur les réseaux sociaux. Pour clôturer l’échange sur une note optimiste, la présentatrice Cecilia Vega évoque l’efficacité de la vaccination face aux formes graves et aux décès en citant la dernière étude des CDC à ce sujet. Et c’est la réponse de Rochelle Walensky qui va faire l’objet d’une manipulation et d’un détournement sur les réseaux sociaux par la droite ultra-conservatrice américaine à tendance antivax.

Voici les propos diffusés par ABC :

CECILIA VEGA – Je veux vous interroger sur cette nouvelle étude montrant à quel point les vaccins fonctionnent bien pour prévenir les formes graves. Compte tenu des résultats, est-il temps de commencer à repenser à la façon dont nous vivons avec ce virus, qu’il est potentiellement là pour rester ?

ROCHELLE WALENSKY – […] La plupart des décès, plus de 75 %, sont survenus chez des personnes qui présentaient au moins quatre comorbidités. Ce sont des gens qui n’étaient pas en bonne santé. Et oui, c’est une nouvelle vraiment encourageante dans le contexte d’Omicron. […]

Avec un bandeau indiquant « Une nouvelle étude indique que les formes graves sont rares chez les personnes vaccinées », il est facile de comprendre les propos de la directrice des CDC. En gros, les vaccins protègent très efficacement puisqu’une très grande majorité de décès à déplorer des suites du Covid-19 parmi les personnes vaccinées concernent des personnes à la santé déjà très dégradée.

Pourtant, la complosphère va se livrer à une manipulation éhontée en ne gardant que les deux premières phrases de la réponse de Rochelle Walensky et en supprimant la question de la présentatrice.

Voici la séquence après troncage, postée par l’élu républicain David Shafer :

Au 12 janvier 2022, cet extrait de 11 secondes a déjà cumulé plus de 4 millions de vues.

Des influenceurs antivax américains et certaines figures éminentes du Parti républicain comme Donald Trump Junior ou Ted Cruz, rejoints par le présentateur vedette de Fox News Tucker Carlson, ont dupé des millions de personnes avec une vidéo tronquée de quelques secondes qui laisse penser trompeusement que le Covid-19 n’a tué, depuis son apparition, que les personnes en très mauvaise santé, ce qui suggère que la vaccination serait inutile.

L’extrait a notamment été relayé en français par le compte Trump Fact News assorti du commentaire suivant : « Le directeur de CDC confesse que plus de 75 % des décès liés à la Covid concernaient des personnes ayant « au moins quatre comorbidités » et « qui n’allaient pas bien au départ » ».

D’autres comptes ont diffusé l’infox comme le blog conspirationniste Anguille sous roche [archive], Paul-Éric Blanrue [archive] ou encore le compte Twitter antivax à plus de 20 000 abonnés, MAMMIE Bocock :

Source : Twitter, 10/01/2022.

Cette désinformation a probablement aussi été facilitée involontairement par ABC qui, dans un premier temps, a diffusé un extrait de l’interview de Rochelle Walensky amputé de la première partie de sa réponse. Voici les propos exacts tenus par Rochelle Walensky, mis en ligne par la chaîne quelques heures plus tard :

ROCHELLE WALENSKY : Vous savez, c’est une étude vraiment importante. Si je peux juste résumer : cette étude sur 1,2 million de personnes vaccinées entre décembre 2020 et octobre 2021 a démontré qu’une forme grave de la maladie est survenue chez environ 0,015% des personnes et que la mort a touché 0,003% de ces personnes. La plupart des décès, plus de 75 %, sont survenus chez des personnes qui présentaient au moins quatre comorbidités. Ce sont des gens qui n’étaient pas en bonne santé. Et oui, c’est une nouvelle vraiment encourageante dans le contexte d’Omicron.

L’interview complète est disponible sur la chaîne YouTube de « Good Morning America ».

Les pourcentages avancés dans l’interview correspondent bien aux chiffres de l’étude publiée par les CDC, disponible ici. Sur 1 228 664 personnes vaccinées entre décembre 2020 et octobre 2021, les formes graves associées au Covid-19 (0,015 %) ou les décès (0,0033%) étaient rares. Les facteurs de risque favorisant une forme grave comprenaient l’âge (plus de 65 ans), l’immunosuppression et six autres affections sous-jacentes. 78% des personnes vaccinées décédées en cumulaient au moins quatre.