Johann Fakra (capture d’écran)

Identifié en novembre 2018 par Les Décodeurs du Monde, le Français Johann Fakra est considéré comme le fondateur et l’animateur d’une trentaine de blogs, sites ou pages Facebook d’information dite « alternative » comme : lavraiedemocratie.org, onsaitcequonveutquonsache.com, laveritesurnotremonde.fr, reveillezvous.fr, pensee-libre.fr, libre-info.org, esprits-libres.fr, cadoitsesavoir.fr, ouvrezloeil.net ou encore altersante.fr.

Ces médias diffusent régulièrement des articles sensationnalistes et de fausses informations, aux accents parfois complotistes. « Réunis, expliquent Les Décodeurs du Monde, ils constituent l’un des plus gros réseaux de désinformation français » :

« Si tous ces sites sont trompeurs, dans le sens où leurs auteurs avancent masqués, ils nous apparaissent surtout problématiques à cause de leur contenu. Les informations qu’ils véhiculent sont reprises d’autres sources, parfois même recopiées, et pas toujours les plus fiables. On peut par exemple citer des vidéos publiées par le site d’Alain Soral, Egalité & Réconciliation, ou des théories contestées d’Henri Joyeux.

Au-delà des sources, les affirmations elles-mêmes sont très souvent bancales, pour ne pas dire fumeuses. Les titres mensongers se comptent par dizaines, sur des sujets aussi variés que le résultat des élections, la politique vaccinale, le compteur électrique Linky ou la guerre en Syrie. Le site Onsaitcequonveutquonsache.com écrit ainsi que “l’attentat contre Charlie Hebdo a été fomenté par le gouvernement français”. Altersante.fr affirme que “l’ail est 15 fois plus puissant que les antibiotiques”. Cadoitsesavoir.fr fait même état, sans sourciller, d’une “rumeur” qui présente Alexandre Benalla comme “l’amant de Macron”.

[…] Multiplier les sites a plusieurs intérêts pour leur créateur [comme] pouvoir remplacer un site par un autre lorsque l’un d’entre eux est trop exposé pour ses mensonges. Cela a, par exemple, été le cas pour Onsaitcequonveutquonsache.com, qui a sacrément perdu en crédit après avoir été mentionné dans plusieurs de nos articles et tourné en ridicule dans une vidéo de la chaîne YouTube WTFake. Interrogé par la journaliste Aude Favre sous son pseudonyme “Alain Proviste”, l’administrateur du site peinait à défendre le sérieux de son travail, se réfugiant derrière le fait qu’il ne peut pas “tout tout tout vérifier”. »

Associant vraisemblablement motivation idéologique et intérêt mercantile, Johann Fakra nie, contre l’évidence, jouer un rôle dans l’administration de ces sites. Il a fait savoir par son avocat qu’il n’était qu’hébergeur et non éditeur des différents sites douteux cités dans l’enquête du Monde.

 

(Dernière mise à jour le 17/08/2020)