« Révolution de couleur » est une expression servant à stigmatiser un mouvement populaire en suggérant qu’il est artificiel et téléguidé depuis l’étranger. Très répandu dans le lexique complotiste contemporain, l’expression a historiquement commencé par désigner une révolution populaire pacifique traduisant les aspirations sincères d’une société civile exaspérée par les fraudes, la corruption et l’étouffement des libertés publiques. Elle n’avait pas, alors, de connotation conspirationniste. Au fil des ans, elle est devenue synonyme d’ingérence américaine ou occidentale ou encore de coup d’État soft contre des régimes, généralement de l’espace post-soviétique, jugés trop indociles à l’égard des États-Unis.

 

Pour aller plus loin :

Les « Révolutions de couleurs » : coups d’État fabriqués ou soulèvements populaires ?

Quand les conspirationnistes crient haro sur le printemps arabe

 

(Dernière mise à jour : 25/07/2019)