Israël Shamir (crédits : Kontre Kulture, 29 juin 2017).

Né en Sibérie, Israël Shamir (1947 -), devenu Adam Ermash (ou encore Jöran Jermas) après son baptême dans une église orthodoxe en 2004, est un auteur conspirationniste d’origine russe. Evoluant dans la mouvance négationniste et antisémite, il a côtoyé des personnalités telles que Dieudonné M’Bala M’Bala, Gilad Atzmon, Alexandre Douguine, Christian Bouchet ou encore les négationnistes David Irving et Serge Thion. Il écrit régulièrement pour le site américain CounterPunch de 2006 à 2015.

Faussaire à ses heures (il a par exemple falsifié un télégramme diplomatique concernant le discours du président iranien Mahmoud Ahmadinejad à l’ONU), Shamir considère les Protocoles des Sages de Sion comme un document authentique. Il a aussi écrit que la négation de l’Holocauste constituait « un devoir pour chaque musulman et chaque chrétien » et que les Juifs étaient « un virus sous forme humaine ».

En 2003, il publie aux éditions Blanche (dirigées par Frank Spengler, qui éditera par la suite des auteurs tels que Alain Soral ou Laurent Guyenot) un livre intitulé L’Autre visage d’Israël, rapidement retiré de la vente en raison de son contenu antisémite. « Le livre, explique le mensuel L’Arche, est en fait un recueil d’articles, où les imprécations contre la société israélienne servent de “produit d’appel” pour faire passer un message conspirationniste dans la droite lignée des Protocoles des Sages de Sion. L’essentiel du discours tient en ceci : les Juifs aspirent à dominer le monde, et d’ailleurs ils le dominent déjà en grande partie ; l’État d’Israël est l’un des outils de leur domination, mais ils comptent tout autant sur le contrôle des médias et des circuits financiers dans les pays occidentaux ; la mentalité juive est intrinsèquement malhonnête et destructrice ; les Juifs pratiquent le racisme et la violence, et ils ne reculeront devant aucune atrocité pour parvenir à leurs fins ; l’abolition de l’État juif d’Israël est la condition nécessaire mais non suffisante pour mettre un terme au pouvoir des Juifs ; l’extrême droite et l’ultra-gauche peuvent trouver dans la lutte contre le judaïsme une cause commune, où elles rejoindront les chrétiens intégristes ainsi que les peuples arabes et les adeptes d’une vision organique de l’ordre social. »

En 2002, Shamir appelle à voter Jean-Marie Le Pen lors de l’élection présidentielle française. Selon lui, si les Français ont qualifié le leader du Front national pour le second tour de l’élection, c’est parce qu’ayant « expérimenté la conquête nazie dans les années quarante, [le peuple de France] ne veut pas goûter à l’occupation judéo-nazie. Tel est le message principal envoyé par l’électorat français ».

En 2010, Shamir publie en Russie un livre intitulé Comment briser le complot des Sages de Sion (Eksmo, 2010). A la même époque, il est le correspondant de Wikileaks en Russie et obtient un visa pour le compte de Julian Assange, dont il est proche.

Dans une interview d’août 2011 réalisée par Maria Poumier (qui est sa traductrice en français) et reprise sur Egalité & Réconciliation, à la question : « Et les événements du 11 septembre 2001 ? Vous pensez que les gens ont compris tout ce qui là-dedans relevait d’un montage hollywoodien ? », il répond : « Des gens travaillent, comme par exemple Thierry Meyssan, à établir la vérité sur ce qu’il s’est passé le 11 septembre 2001 à New York et à Washington ».

 

IL A DIT :

« Aujourd’hui, à Kiev, on peut voir un film pour la télévision très intéressant tourné en Argentine et au Chili, dans lequel on montre un endroit où Adolf Hitler est supposé avoir vécu jusqu’en… 1964 (!). Des photos nous le montrent, dans ces lieux, en Argentine. A tout instant, de nouvelles informations peuvent ainsi venir remettre en cause notre perception de l’Histoire. Hitler a-t-il pu survivre et s’enfuir en Argentine grâce à un de ses célèbres U-Boat ? Difficile à croire, mais néanmoins possible. Cela semble a priori très éloigné de ce que l’on est prêt à admettre, mais à la réflexion, ça ne l’est pas tant que cela. Mais cela change peu de choses quant à notre perception de l’histoire. Il en va de même en ce qui concerne Ben Laden. Celui-ci a-t-il été tué en 2001, ou en 2011 ? Est-il encore en vie, quelque part ? Pourquoi pas aux Seychelles, ou dans quelque autre villégiature de la CIA ? C’est certes intéressant, mais ça n’est pas fondamental. Ce que nous constatons, depuis pas mal d’années, c’est le fait que les mujahidîn de Ben Laden étaient, et restent encore aujourd’hui, des soutiens pour l’impérialisme américain : ce sont des alliés des Américains, ce sont des alliés d’Israël. […] ».

Source : « Interview d’Israël Shamir (11.08.2011) par Maria Poumier ».

 

Voir aussi :

Pourquoi Wikileaks travaille-t-il avec un négationniste notoire ?

 

(Dernière mise à jour : 14/01/2020)