Maria Poumier (capture d’écran YouTube/Le Retour aux Sources, 21 février 2016).

Ancienne maître de conférences à Paris VIII, Maria Poumier (1950 -) est une figure de la mouvance négationniste française.

En 1996, elle invite Roger Garaudy dans son université. Nous sommes quelques mois après la publication par la Vieille Taupe d’un livre de l’ancien intellectuel organique du Parti communiste, Les Mythes fondateurs de la politique israélienne, pour lequel il sera condamné pour négationnisme. De Gaurady, Poumier dit épouser « globalement son aventure intellectuelle ». Cette même année, elle est signataire d’un appel international contre l’exécution de Saddam Hussein appelant à « ne pas commettre l’irréparable » (à savoir tuer l’ancien président irakien) aux côtés, notamment, de Ginette Skandrani, cofondatrice des Verts (dont elle sera exclue), et d’Yvonne Schleiter, la sœur du négationniste Robert Faurisson.

Proche de la mouvance « antisioniste » structurée autour, notamment, de Dieudonné M’bala M’bala, Maria Poumier se réclame d’Hugo Chavez. Cette agrégée d’espagnol, qui confie ressentir « l’assassinat du Che comme un sacrifice extraordinaire », est candidate en 2009 sur la Liste antisioniste de Soral, Dieudonné et Yahia Gouasmi.

Elle accompagne d’ailleurs Dieudonné en Libye ainsi qu’en Iran, à Téhéran, dans le cadre de la Conférence sur l’Hollywoodisme de 2011.

Auteur en 2009 d’une hagiographie de Robert Faurisson (En confidence. Entretien avec « L’Inconnue », éd. Pierre Marteau), elle a aussi signé en 2013, avec Smain Bedrouni, un documentaire à la gloire de Garaudy (Limpide dans la noirceur du siècle : Roger Garaudy).

Le titre de son ouvrage publié en 2016, Marchandiser la vie humaine (édité au Retour aux sources, la maison d’édition de Michel Drac), entend prendre « résolument le contre-pied des lobbyistes qui veulent imposer à la France des lois ».

Elle assure depuis de nombreuses années la traduction en français de textes d’Israël Shamir. Elle anime également le site Entre la plume et l’enclume.

En 2014, Pourmier réalise un documentaire (« AMIA repetita », 2014) présentant l’attentat de 1994 contre la communauté juive de Buenos Aires comme une opération des services secrets israéliens. Le film est dédié à la mémoire du négationniste argentin Norberto Ceresole et du Tunisien Hussein Triki, ex-représentant de la Ligue arabe en Argentine persuadé que « l’Holocauste a été inventé par le sionisme mondial » et qu’Israël avait une préconnaissance des attentats du 11-Septembre. Le film est également édité et diffusé sur Internet par Smain Bedrouni.

 

ELLE A ÉCRIT :

« Comment sortir du guêpier de la GPA, lettre ouverte à M Emmanuel Macron, président de la République, et à Mme Brigitte Macron, son épouse (…). Vous avez fait des promesses au lobby lgbt pour vous faire élire. Mais votre rôle ne saurait désormais se borner à satisfaire tel ou tel lobby, par définition minoritaire et prétendant imposer sa loi par la force aux majorités. Vous devez éviter d’ouvrir la porte à toutes les barbaries qu’engendre le remplacement de la conscience par la dictature du marché. Votre rôle n’est pas de nous ”vendre”  l’ubérisation du trafic d’enfants, d’organes et de femmes sous des couleurs riantes, mais de prendre des décisions allant dans le sens du bien commun et de l’intérêt général, et de faire comprendre cela à tous. (…) Ramener les jeunes générations à une gestion responsable de leur propre avenir est un chantier exaltant. La stérilité galopante dans les pays développés nous fait prendre conscience d’un réel danger d’extinction de notre espèce, non seulement au plan zoologique, mais par stérilité mentale, par incapacité à assumer entièrement notre condition humaine et ses glorieuses servitudes ».

Source : « Sortir du guêpier de la GPA, lettre ouverte à M. et Mme Macron », plumenclume.org, 3 juin 2017.

 

Voir aussi :

Conférence sur l’Hollywoodisme : quand conspirationnistes et négationnistes convolent à Téhéran

 

(Dernière mise à jour le 14/01/2020)