La Fédération Galactique (ou Confédération Intergalactique) est le nom donné, dans la mythologie complotiste contemporaine, à une prétendue organisation regroupant plusieurs civilisations extraterrestres qui seraient, selon la version la plus commune, en contact avec les gouvernements des États-Unis et d’Israël depuis plusieurs décennies dans le cadre d’une coopération scientifique et militaire secrète.

Les adeptes de cette théorie du complot, s’ils évoluaient auparavant dans l’univers de l’ufologie, se rapprochent désormais des communautés QAnon.

Depuis les années 1950, une littérature foisonnante est consacrée au thème des rencontres avec des civilisations extraterrestres. Les ouvrages de l’auteur complotiste britannique David Icke en fournissent un des exemples les plus frappants.

Dans la fiction

Avant d’entrer dans le domaine des croyances complotistes, le thème d’une fédération galactique entrée en contact avec la Terre nourrit la littérature de science-fiction.

En 1953 déjà, une nouvelle de William Ten parue dans le magazine Futur Science Fiction, La Libération de la Terre (The Liberation on Earth en version originale), mentionne le terme de « Fédération Galactique ». Dans cet ouvrage, un vaisseau extraterrestre arrive sur Terre en pleine guerre froide pour proposer aux humains de rejoindre une fédération galactique afin de les protéger de la menace d’une autre espèce, les Troxxt, en guerre avec la Fédération.

L’écrivain de science-fiction et fondateur de l’Église de scientologie, L. Ron Hubbard, parle lui aussi de « Confédération Galactique » dans plusieurs de ses livres et, de façon plus détaillée, dans le script du film jamais réalisé Révolte dans les Étoiles (Revolt in the Stars). L’histoire raconte qu’il y a 75 millions d’années, le dictateur Xenu, à la tête de cette Confédération Galactique, est tenu responsable d’avoir éliminé 13 500 milliards d’extraterrestres sur Terre afin de régler les problèmes de surpopulation au sein des 76 planètes de son territoire. Les âmes de ces citoyens assassinés (les Thetans) seraient toujours piégées sur Terre.

Cette thèse, dite « de Xenu », a par la suite été recyclée par L. Ron Hubbard dans les préceptes de la scientologie. Elle serait révélée à ses adeptes au niveau Operating Thetan III (un des grades les plus élevés) et suggère aux adeptes de ce rang de se débarrasser des Thetans qui cohabitent en eux pour accéder à un niveau de libération supérieur.

On retrouve enfin l’idée d’une organisation galactique dans les œuvres majeures de la science-fiction comme dans les séries Star Trek, Babylon 5 ou dans les films Men in Black et Star Wars.

Dans la mythologie complotiste

Les ufologues américains Corey Goode et David Wilcock passent pour les représentants actuels les plus influents de cette théorie. Les deux hommes se retrouvent régulièrement à des événements d’ufologie pour soutenir des conférences. Au cours de l’une d’elles, Corey Goode déclare qu’une élite négative gouverne le monde et se livre à une traite d’enfants [archive]. 

Cette idée d’une « élite négative » est un concept commun à certains ufologues (et à plusieurs théoriciens du complot) pour qui une « Cabale » tire les ficelles du monde en secret. On y retrouve les fantasmes conspirationnistes entourant les Illuminati, les francs-maçons, les sionistes et le « Nouvel Ordre Mondial ». Quant à la Cabale, elle priverait l’humanité de la technologie à laquelle elle a accès grâce à ses alliances galactiques [archive].

Paul Hellyer, ministre canadien de la Défense de 1963 à 1967, soutient que les extraterrestres sont en contact avec la Terre depuis plusieurs millénaires et que leurs visites sur notre planète se sont multipliées à partir de 1945 et du premier essai de bombe nucléaire. Hellyer est également l’auteur du livre Soyons conscients des manipulations de l’élite mondiale dans lequel il reprend le terme de « Cabale » pour qualifier les méthodes utilisées par l’élite pour manipuler et garder le contrôle sur les individus.

En décembre 2020, le général Haim Eshed, ancien responsable du programme spatial israélien et âgé de 87 ans, déclare en pleine promotion de son livre (The Universe Beyond the Horizon) que les États-Unis et Israël sont en contact avec des civilisations extraterrestres depuis plusieurs années et même qu’une alliance aurait été scellée avec une fédération galactique. Il ajoute lors d’une interview au Yediot Aharonot que « cette coopération se traduit par l’existence d’une base secrète sur Mars où des Américains et des représentants extraterrestres travaillent de concert. » Le président américain Donald Trump aurait même été dissuadé par la Fédération de révéler au monde son existence.

L’intérêt pour le thème de la Fédération Galactique est aussi partagé par la complotiste canadienne Romana Didulo et l’activiste antivax suisse Astrid Stuckelberger [archive].

 

(Dernière mise à jour le 05/05/2022)