Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des derniers jours en matière de conspirationnisme et de négationnisme (semaine du 01/04/2019 au 07/04/2019).

PROCÈS ABDELKADER MERAH. La quatrième journée du procès en appel d’Abdelkader Merah a été consacrée au témoignage de Christian Balle-Andui, ancien directeur des services des renseignements intérieur à Toulouse. Un récit rare sur la filière d’Artigat, Mohamed Merah et les attentats de Toulouse et Montauban. Au sujet de la filière djihadiste basée au lieu-dit Les Lanes à Artigat (Ariège), l’ex-directeur des renseignements raconte : « Le jeune adepte y est imprégné d’une vision diabolique de son environnement qui ne servirait qu’à détruire et humilier les musulmans. Les principaux responsables sont dans l’ordre : les juifs, les Américains, la société française, dans tout ce qu’elle a de haïssable. » Verbatim (source : francetvinfo, 29 mars 2019).

RAPTS D’ENFANTS. Dans le contexte de la rumeur des enlèvements d’enfants en Seine-Saint-Denis par une camionnette blanche, l’Institut national de l’audiovisuel (INA) a mis en ligne un document sur la célèbre rumeur d’Orléans (1969), qui constitua un terrain d’enquête pour le sociologue Edgar Morin et son équipe de chercheurs (source : INA).

« Echo des Lumières », un blog animé par des doctorants en histoire moderne, destiné à explorer les relations entre l’actualité et le XVIIIe siècle, propose un éclairage historique sur les rumeurs d’enlèvements d’enfants qui enflammaient déjà la population au siècle des Lumières. Expliquées par des raisons magiques, des crimes sordides, ou des projets politiques fantaisistes, elles faisaient éclater une violence capable de dégénérer en émeute. Certaines rumeurs mettaient directement en cause la responsabilité du roi dans ces enlèvements. Ainsi Louis XV était-il accusé de prendre « des bains dans le sang des jeunes victimes pour se soigner de la lèpre »… (source : echosdeslumieres, 2 avril 2019).

« Il y a eu plusieurs tentatives d’enlèvements d’enfants sur Paris ces derniers jours, dont quelques-uns qui ont réussi d’ailleurs » : ce sont les mots prononcés par Maxime Nicolle dans une vidéo postée sur Facebook le 24 mars. Ainsi, rien ne semble tempérer l’une des principales figures du mouvement des Gilets jaunes dans son penchant pour le complotisme le plus débridé (source : nouvelobs.com, 1er avril 2019).

« LETTRE DES GÉNÉRAUX ». Le 13 décembre 2018, le site Infowars de l’animateur complotiste Alex Jones diffuse un « scoop » : alors que la France, comme 151 autres pays dans le monde, vient de ratifier le « pacte de Marrakech » sur l’immigration, il publie une lettre ouverte, signée par une dizaine de généraux, qui accusent le président de la République de « trahison ». L’article agite la menace d’un coup d’Etat ou d’une guerre civile, expliquant que « les Français ont une raison de plus de se révolter », alors que le pays est secoué depuis plusieurs semaines par les mobilisations du mouvement des Gilets jaunes. Itinéraire d’une intox ordinaire (source : lemonde.fr, 2 avril 2019).

YOUTUBE. Ces dernières années, des dizaines de personnes au sein de YouTube et de Google, la maison-mère, ont fait part de leurs préoccupations concernant la masse de fake news, de contenus sulfureux et sordides, que le plus grand site de vidéos au monde a contribué à diffuser. Un employé a voulu signaler les vidéos troublantes, qui ne respectaient pas les règles relatives aux discours de haine, et faire en sorte qu’elles ne soient plus recommander aux téléspectateurs. Un autre a souhaité pister ces vidéos afin de déterminer leur popularité. Un troisième, inquiet de la propagation des vidéos des blogueurs de l’« alt-right », a montré à quel point elles étaient populaires. À chaque fois, la réponse en interne a été la même : pas de vague. Une enquête auprès de vingt salariés à retrouver sur le site de Bloomberg (source : bloomberg.com, 2 avril 2019).

BIG PHARMA. Nommé aux Grammy Awards pour le meilleur album de l’année, le rapeur Nipsey Hussle – de son vrai nom Ermias Asghedom – a été abattu dimanche 31 mars de six balles devant son magasin de vêtements de Los Angeles, dans le quartier de Hyde Park (Londres). Même si un différend est à l’origine du meurtre et que le meurtrier a été arrêté, une tout autre version a circulé sur les réseaux sociaux, relayée des centaines de milliers, voire des millions de fois : le musicien, âgé de 33 ans, aurait été éliminé parce qu’il travaillait sur un film documentaire à propos d’Alfredo Bowman, alias le « Dr. Sebi », un célèbre guérisseur d’origine hondurienne mort en 2016, et qui prétendait avoir trouvé, entre autres, un remède contre le sida. Quand plane l’ombre de Big Pharma… (source : Conspiracy Watch, 4 avril 2019).

“Déchéance de rationalité”, de Gérald Bronner (Grasset, 2019)

LECTURES. Est paru en mars 2019 le dernier ouvrage de Gérald Bronner, Déchéance de rationalité (Grasset). Dans une interview au Parisien, le sociologue rappelle les mécanismes des rumeurs, phénomène ancestral dont la portée est toutefois aujourd’hui démultipliée par la puissance des réseaux sociaux. « La crédulité a toujours un coup d’avance sur la rationalité », explique le chercheur qui estime que des réponses existent à la désinformation, parmi lesquelles celle qui consiste à « nouer des liens sociaux entre les groupes qui croient ces histoires et ceux qui sont accusés » : « Si ces groupes se connaissaient, les craintes tendraient à se dissoudre » (source : Le Parisien, 5 avril 2019). À découvrir également, le dernier numéro du magazine L’Histoire consacré à « L’antisémitisme en France ». Le numéro parcourt les différents âges de la judéophobie, de l’antiquité jusqu’à la période la plus récente. État des lieux (source : L’Histoire, avril-juin 2019).

TURQUIE. Face à une série de revers possibles aux élections municipales en Turquie, l’AKP, le parti au pouvoir qui contrôle pourtant tous les niveaux de l’appareil politique, a évoqué dès le 1er avril un possible complot contre le régime de Recep Tayyip Erdogan. Depuis la tentative de putsch de juillet 2016 règne une « atmosphère de soupçon permanent », comme l’explique l’historien Dogan Gürpinar qui décrit ainsi la théorie récupérée par des éditorialistes influents de la presse à grand tirage : « En Turquie, il y a cette croyance selon laquelle le monde s’est ligué contre notre paysMais l’idée qui alimente essentiellement les théories du complot, et qui est commune à tous les milieux politiques, c’est qu’il existe des ennemis intérieurs qui agissent avec la complicité d’ennemis extérieurs. » (source : La Croix, 5 avril 2019). À lire ou relire à ce sujet, l’interview du journaliste Guillaume Perrier, qui répondait aux questions de Conspiracy Watch en décembre dernier (source : Conspiracy Watch, 6 décembre 2018).

ANGELA MERKEL. Une infox d’envergure planétaire circule sur les réseaux sociaux, dans plusieurs langues : Angela Merkel, Theresa May et Gina Haspel, directrice de la CIA, figureraient toutes les trois sur une photographie datée de 1972. Ainsi, faut-il comprendre, les trois dirigeants agiraient-elles de connivence… Sauf que, comme le souligne « Fake off », le service de fact checking du journal 20 minutes, seule Merkel apparaît réellement sur la photo, aux côtés de deux jeunes filles. « Le hasard n’existe que pour les naïfs », a écrit l’internaute qui a partagé la photo sur Facebook. À ce prix-là, la naïveté apparaît comme un champ infini pour inspirer les mensonges les plus cyniques (source : 20 minutes, 5 avril 2019).

« LA FABRIQUE DU MENSONGE ». Le quatrième épisode de « La Fabrique du mensonge » a été diffusé sur France 5 le vendredi 5 avril. Après le Brexit, la campagne présidentielle française de 2017 et les vaccins, les auteurs de cette série documentaire reviennent sur l’affaire du Pizzagate, une théorie du complot qui s’est développée durant la campagne présidentielle américaine de 2016 au sujet d’un prétendu réseau pédophile impliquant Hillary Clinton. A voir ou à revoir en replay (source : francetv.info, 7 avril 2019).