Des gros titres aux petites infos passées inaperçues : ce qu’il fallait retenir de l’actualité des derniers jours en matière de conspirationnisme et de négationnisme.

SIDA. Interviewée par France Culture, Martine Peeters, virologue de l’Institut français pour la Recherche et le Développement (IRD), bat en brèche le mythe selon lequel le virus du SIDA aurait été créé en laboratoire. La chercheuse rappelle qu’il a été scientifiquement établi que le virus du SIDA avait été transmis du chimpanzé à l’Homme, dans le sud du Cameroun : « Les singes sont chassés pour être consommés, le passage se fait avant la préparation de la viande. Quand on touche la rate, quand on vide les animaux, la rate est infectée par des millions de virus. Si on a des plaies ouvertes sur la main, le virus peut, de cette façon passer dans le corps humain. » (source : France culture, 21 juillet 2018).

HAINE EN LIGNE. Réagissant aux propos polémiques de Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, au sujet de son refus de procéder au retrait de contenus négationnistes, Yair Rosenberg, du magazine en ligne américain Tablet, livre dans The Atlantic, ses réflexions sur les moyens de lutter contre la prolifération de tels contenus sur les réseaux sociaux. Le journaliste préconise la mise en place d’un avertissement automatique afin de contourner la solution de la censure qui cible les effets sans toucher les causes de la haine sur Internet (source : Conspiracy Watch, 24 juillet 2018). Des parents d’une victime de 7 ans de la tuerie de Sandy Hook (Connecticut, Etats-Unis) ont saisi la direction de Facebook pour que les contenus négationnistes concernant l’événement ainsi que les menaces dont ils ont été la cible soient retirés de la plateforme. Le réseau social a mis en place un canal privilégié pour que les familles de victimes puissent communiquer avec les employés de Facebook. La présence du site Infowars, principal pourvoyeur de théories conspirationnistes sur la tuerie, n’a toutefois pas été remise en cause (source : 20Minutes.fr, 26 juillet 2018).

ALEX JONES. Évoquant le procureur spécial en charge de l’enquête sur l’ingérence russe, Robert Mueller, le directeur d’Infowars Alex Jones a déclaré : « C’est le démon, je vais le descendre ou je mourrai en essayant ». Puis, mimant un revolver avec sa main : « Essaie de faire le premier mouvement, voici ce qu’il va se passer ». Postée sur la chaîne YouTube de l’animateur conspirationniste, la vidéo a suscité de nombreuses plaintes mais aucunement son retrait ni de commentaires de la part de la direction de la plateforme (source : Slate, 25 juillet 2018).

TERRE PLATE. Inspiré par un partisan de la théorie de la Terre plate, Jeff, un ingénieur de 36 ans, s’est livré à une intéressante expérience. À l’aide d’un ballon de basket, d’une lampe de bureau et d’un appareil photo doté d’un objectif macro, il a tenté de montrer pourquoi les minuscules créatures que nous sommes à la surface de la Terre voyons l’horizon désespérément plat. Réponse : parce que notre petitesse nous empêche de voir à l’œil nu la courbure de la Terre. Les résultats ont été publiés en juin dernier sur le site d’hébergement d’images en ligne Imgur : une image recadrée d’environ 2,75 mm de large qui, toutes choses égales par ailleurs, équivaut à celle que l’on aurait de l’horizon terrestre en embrassant du regard une ligne de 147 km. Une expérience qui pourrait faire réfléchir le basketteur Kyrie Irving, qui a affirmé à plusieurs reprises que la Terre était plate.

NORDPRESSE. Le dimanche 22 juillet 2018, l’administrateur du site parodique belge Nordpresse.be a tiré l’alarme : la censure de Facebook se serait abattu sur son site, sur les contenus humoristiques autour de l’affaire Benalla. L’accusation de censure politique a rapidement été diffusée alors que Facebook invoquait des problèmes techniques et agissait pour y remédier. Une occasion pour les Décodeurs du journal Le Monde de se pencher sur les pratiques douteuses d’un site habitué à brouiller la ligne entre la satire et la tromperie, jusqu’à utiliser des adresses ressemblant à celles de vrais sites d’informations pour relayer ses « fake news trash » (source : Les Décodeurs, 23 juillet 2018). Le site de vérification des informations de Libération s’est également penché sur le sujet, démontant les accusations infondées de Nordpresse (source : Checknews.fr, 24 juillet 2018). Ces deux mises au point ont eu l’art de crisper Vincent Flibustier, directeur du site belge, qui a choisi de se réfugier dans les explications complotistes les plus décomplexées. Une dérive efficacement analysée par le blogueur Marcel Sel (source : Un blog de sel, 26 juillet 2018).

HITLER. L’Histoire des 3 Adolf vient de ressortir aux éditions Delcourt-Tonkam. Il s’agit d’un thriller brillant, de près de 1200 pages, écrit et dessiné par le « Dieu des mangas », Osamu Tezuka. Admirablement documentée, l’œuvre souffre toutefois d’un travers remarquable : elle repose sur le mythe des origines juives d’Hitler, inventé par le gouverneur nazi de Pologne Hans Frank et démonté cinquante ans plus tard par l’historien Ian Kershaw. Didier Pasamonik, qui cosigne avec Kosï Ono l’introduction critique de cette réédition, revient sur cette fable tenace (source : Conspiracy Watch, 24 juillet 2018).

IKER CASILLAS. Le joueur de foot espagnol Iker Casillas ne croit pas que l’homme a marché sur la Lune en 1969. Sur Twitter, l’ancien gardien de but du Real Madrid a consulté ses followers au sujet la véracité de l’événement, terminant son tweet par les mots suivants : « Y croyez-vous ? Moi, non ! » (source : sports.fr (Europe 1), 26 juillet 2018). Il a ainsi exprimé des doutes qui sont ceux de 16% des Français, comme l’avait révélé l’enquête de l’IFOP pour Conspiracy Watch et la Fondation Jean-Jaurès en janvier 2018.

MH17. Quatre ans après le crash du MH17 abattu au-dessus de l’Ukraine le 17 juillet 2014 et ayant causé la mort de 298 personnes, le Moscow Times a interrogé sept personnes choisies au hasard devant l’ambassade des Pays-Bas à Moscou. Leurs avis sur les responsabilités dans cette affaire sont la meilleure illustration de la toxicité de la désinformation complotiste et de sa capacité à semer la confusion entre fiction et réalité. Les médias russes ont, en effet, multiplié depuis quatre ans les versions les plus douteuses de l’attentat, contribuant à rendre inaudibles les conclusions des enquêtes les plus sérieuses (source : Conspiracy Watch, 27 juillet 2018).

AFFAIRE BENALLA. L’avocat d’Alexandre Benalla, Me Laurent-Franck Liénard, a défendu l’idée d’un scandale d’État et d’une affaire d’État montés de toutes pièces pour « casser un effet Coupe du monde » (source : Conspiracy Watch, 25 juillet 2018). Dans une première synthèse sur les théories du complot suscitées par cette affaire, Conspiracy Watch avait déjà pointé la version selon laquelle les images de Benalla, filmées le 1er mai dernier, auraient été diffusées au moment opportun pour priver le Président de la République d’un état de grâce post-Coupe du monde. Emmanuel Macron a lui même repris à son compte l’hypothèse d’un « coup monté » depuis deux mois et demi contre l’Élysée, version contredite par les explications d’Ariane Chemin, grand reporter au Monde, par qui l’affaire a été déclenchée (source : Conspiracy Watch, 27 juillet 2018).