Je suis nommément pris à partie par le webmaster du site Les-Crises.fr. Cette attaque a pour origine l’alerte que j’ai lancée samedi après-midi sur les réseaux sociaux, après que je me suis aperçu qu’Olivier Berruyer était invité à participer à une table-ronde lors des Journées d’été d’« A Gauche pour gagner », le courant du Parti socialiste où se réunissent ceux qu’on appelle communément les « frondeurs ». Voici ma réponse :

Je constate d’abord que vous ne contestez aucun des éléments factuels que j’ai rapporté samedi dernier au sujet de votre blog dans un post de quelques lignes sur Facebook. Cela ne vous empêche pas de parler de «dénonciation calomnieuse», de «campagne de dénigrement» et de déplorer le «climat de plus en plus années 30 qui s’empare de notre pays». C’est pourtant vous qui me consacrez aujourd’hui deux longs billets sur votre site.

Compte tenu du décalage évident qu’il y a entre les valeurs portées par les organisateurs de ces Journées d’été et le contenu de votre site, il me semblait normal de lancer l’alerte, d’autant que je ne suis pas le seul à avoir été étonné de cette invitation. L’annulation de votre participation à cet événement (c’est l’information que, de mon côté, j’ai pu recueillir), me conforte dans cette analyse et explique sans doute la véhémence que vous mettez à m’accuser de vos propres turpitudes, dans une inversion des faits finalement assez classique.

« Bientôt les appels à brûler mon blog ? » écrivez-vous, essayant de placer le débat sur le terrain de la liberté d’expression. Je n’ai jamais appelé à interdire votre blog ou à vous empêcher de vous exprimer en public. Simplement, je crois que chacun est responsable de ses paroles et de ses actes. Inutile donc de crier à la censure et de vous enferrer dans cette posture victimaire qui n’aura de chance de faire illusion qu’auprès de vos fans inconditionnels ou de ceux qui ne connaissent pas votre site.

Votre site justement : pour quiconque s’intéresse à la complosphère, comme c’est mon cas, Les-Crises.fr est un lieu incontournable depuis le mouvement Maidan (début 2014) où il est devenu le carrefour de tous ceux qui contestaient la couverture occidentale, réputée « russophobe », de la crise russo-ukrainienne. C’est à ce moment-là que votre site a fait son apparition dans mon champ d’observation. Les-Crises.fr occupe une place toute particulière dans la complosphère car il fait fonction de trait d’union entre des sites ouvertement complotistes et le web non-complotiste. Si Les-Crises.fr était un bateau, ce serait un chalutier qui pêche dans les eaux troubles de la complosphère pour faire remonter à la surface des pseudo-analyses à caractère conspirationniste en les mélangeant à toutes sortes d’autres contenus, de manière à donner le change.

Votre méthode peut être résumée comme suit : d’un côté, vous veillez à relayer des contenus provenant de sites d’information généralistes, « mainstream », mais en les accompagnant de commentaires toujours très orientés (et, s’agissant des sujets concernant la Russie, dans un sens clairement pro-poutinien, comme si la Russie se limitait à Vladimir Poutine) ; parallèlement, vous distillez avec une constance remarquable des contenus d’auteurs notoirement complotistes (j’ai cité Paul Craig Roberts et Annie Lacroix-Riz, je pourrais rajouter François Asselineau, Nafeez Ahmed, Maxime Chaix, etc., comme s’il n’y avait pas, sur les sujets traités, d’autres analyses plus dignes d’intérêt) en arguant, lorsqu’on vous le fait remarquer, que vous n’avez « pas de fiches de police » sur chacun des auteurs que vous relayez et que vous n’êtes pas forcément d’accord avec tout ce qu’ils disent. On appelle cela botter en touche. Et à ce petit jeu vous excellez.

Cela n’enlève rien au tropisme conspirationniste de votre site. Encore une fois, il suffit de s’y rendre et d’y passer un peu de temps pour y trouver, certes, toutes sortes de choses intéressantes et en rien problématiques mais aussi des analyses totalement contestables, en particulier s’agissant de votre couverture de Maidan : évidemment qu’il y a, en Ukraine, des mouvements d’extrême droite, à la fois antirusses et néo-nazis. Oui, ces mouvements ont fait pression pour destituer Ianoukovitch. Mais non, le mouvement Maidan ne se résumait pas à cela et être parvenu à instiller cette idée dans de larges fractions de l’opinion française en occultant totalement le rôle d’organisations non moins fascisantes côté russe (pensons à Unité Continentale par exemple) est une victoire de la propagande poutinienne (je renvoie ceux que cela intéresse aux livres de Cécile Vaissié, « Les Réseaux du Kremlin en France« , ou à celui de Nicolas Hénin, « La France russe « ).

Vous prétendez lutter contre le racisme, l’antisémitisme, l’homophobie, le complotisme et pour les droits de l’homme. Je m’en réjouirais sincèrement si je n’y voyais de simples pétitions de principe. Il vous arrive en effet de « donner des gages », c’est-à-dire de relayer de-ci de-là des rapports d’Amnesty International, un article sur l’homophobie, un autre sur les hausses d’actes antisémites, ou même, effectivement, un texte issu de mon site, Conspiracy Watch (qui n’est pas si horrible que cela, vous voyez bien). Ces initiatives isolées ont pour fonction d’atténuer la ligne générale de votre site sans pour autant témoigner d’aucune forme de remise en question. D’une certaine manière, vous faites du HumanRightsWashing comme certaines entreprises polluantes font du GreenWashing. Mais, là encore, aucun de ceux qui suivent votre site ne peut être dupe de la manœuvre. Et oui, vos posts ont été repris à plus de 20 reprises sur Egalité & Réconciliation entre 2014 et 2015, c’est un fait. Présence qui témoigne d’une adhésion de la part de la rédaction du site soralien. Dans ces conditions, objecter comme vous le faites que Bernard-Henri Lévy est aussi très présent sur Egalité & Réconciliation (plus de 300 occurrences)
est un argument qui trahit votre mauvaise foi. Là aussi, il suffit d’aller y voir de plus près pour se rendre compte que BHL n’est présent sur Egalité & Réconciliation que pour être livré en pâture aux obsessions des fans d’Alain Soral. Vos posts à vous sont présents sur Egalité & Réconciliation pour des raisons diamétralement opposées (E&R ayant supprimé toute trace de votre présence sur son site depuis quelques heures, les lecteurs curieux pourront aller y jeter un coup d’œil en passant par le cache de Google).

Je vous concède volontiers que relayer des articles de Russia Today n’est « pas un crime ». Personne ne le prétend, je vous rassure. Ici encore, inutile de dramatiser. Mais laisser entendre que Russia Today est comme n’importe quel autre média alors qu’il est directement inféodé au Kremlin et qu’il diffuse toute une propagande complotiste à longueur d’années, bref, mettre en équivalence Russia Today et ce que vous appelez « nos médias à nous » en noyant le tout dans le chaudron de la « propagande » relève d’un relativisme qui en dit long effectivement sur la ligne de votre site.

Comprenez-moi bien : je ne vous conteste nullement le droit de publier ce que vous voulez tant que cela ne tombe pas sous le coup de la loi – et je vous devine très vigilant sur ce point. Accordez-moi en retour le droit de critiquer ce que vous publiez et de m’interroger sur l’adéquation entre l’orientation générale de votre site et celle d’un courant du Parti socialiste.

Voir aussi :
* Pourquoi Peter Dale Scott est un auteur conspirationniste. Une réponse à Arno Mansouri, Aymeric Chauprade et les autres
* Caroline Fourest, les obsédés du complot et l’inquiétante obsession de Pascal Boniface
* Conspiracy Watch énerve Oumma.com