Sur son blog {Sciences²}, Sylvestre Huet propose une fort intéressante interview de Jocelyn Raude, sociologue à l’Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) sur l’exception française en matière de vaccination. Extrait :

« Les thèses hétérodoxes sur la vaccination qui sont à l’origine de la vague de "vaccino-scepticisme" comparable au climato-scepticisme existent en effet depuis les années 1970. Mais elles restaient confinées à des revues confidentielles, spécialisées dans les modes de vie alternatifs dits "naturels" et à de petits réseaux. Avec l’émergence et la généralisation d’Internet et des réseaux sociaux numériques, ces thèses radicales ont été soudain relayées avec une efficacité inédite dans la blogosphère ou les réseaux sociaux. Aujourd’hui, les sites qui soutiennent des thèses radicales sont beaucoup plus nombreux que ceux défendant la vaccination ou une approche critique fondée sur les preuves. Le nouvel espace public virtuel du numérique est littéralement saturé par ces messages qui vont jusqu’à la théorie du complot et c’est de mon point de vue un facteur structurel de démobilisation tout à fait inédit. Il est remarquablement plus intense en France que dans de nombreux autres pays comparables. »

Lire l’intégralité de l’interview sur LeMonde.fr.