Qu'est devenue Jane Burgermeister ?

Qui se souvient encore de Jane Burgermeister ? En avril 2009, en pleine pandémie de grippe A(H1N1), cette « journaliste d’investigation » d’origine autrichienne avait créé un buzz mondial sur internet en portant plainte pour « génocide » contre l’OMS et l’ONU. On trouve sur internet des dizaines de vidéos dans lesquelles elle expliquait que le vaccin contre la grippe porcine était en réalité un poison destiné à tuer de manière imminente des millions de personnes afin de réduire la population mondiale, le tout avec la complicité de l’industrie pharmaceutique.

Burgermeister dénonçait un complot visant à « concevoir, financer et participer à la phase finale de la mise en œuvre d’un programme international secret de fabrication d’armes biologiques ». Les tireurs de ficelles ? Le président américain Barack Obama, la directrice générale de l’OMS Margaret Chan sans oublier les milliardaires George Soros, David de Rothschild et David Rockefeller, tous membres de « l’empire du Nouvel Ordre Mondial »

Comme on pouvait s’y attendre, les faits ont apporté un violent démenti aux prophéties apocalyptiques de Jane Burgermeister. Un an plus tard, force est de constater que le vaccin antigrippal n’a pas eu les conséquences funestes contre lesquelles les opposants à la vaccination nous avaient mis en garde.

A l’époque, Jane Burgermeister avait été suivie dans son délire par tout le web conspirationniste : le Réseau Voltaire, de Thierry Meyssan ; Oulala.net, de René Balme ; Bellaciao.org, de Roberto Ferrario ; La Voix des Opprimés, de Smaïn Bedrouni ; Alterinfo.net, de Zeynel Cekici ; le site suisse Horizons et Débats ; Mecanopolis.org, de Frédéric Courvoisier ; les sites d’Alex Jones ; ou encore Mondialisation.ca, de Michel Chossudovsky, et sa version anglophone, GlobalResearch.ca. Ce site a publié en juillet 2009 un article de Jane Burgermeister dont la page a aujourd’hui été tout bonnement supprimée.

Paranoïa

Conformément à la thèse développée par Leon Festinger dans sa célèbre étude, L’Echec d’une prophétie (1956), Jane Burgermeister nous promet une avalanche de décès liés à la vaccination pour les années à venir. Début 2010, elle a publié sur internet un document intitulé « Fausse pandémie. Une tentative échouée de dépeuplement et de Gouvernement Mondial Unique ». Entre deux considérations sur le caractère létal des adjuvants contenus dans les vaccins, elle y explique que « les réseaux secrets, tels que les francs-maçons, qui servent les intérêts de [l’élite mondiale] – de nombreux membres de la hiérarchie des échelons inférieurs pourraient ne pas connaître les plans des francs-maçons du 33e degré – doivent être étudiés, et leur doctrines, fondées sur une vision déformée de l’histoire, doivent être dénoncées pour ce qu’elles sont, un tissu de mensonges ».

Fin juillet 2010, Jane Burgermeister a mis en ligne un texte dans lequel elle suggère que la famille Rothschild aurait joué un « rôle actif » dans la mort de son père à l’hôpital de Hietzing, en octobre 2009. Elle se dit menacée d’emprisonnement par les autorités de son pays, qui chercheraient à la réduire au silence en raison de ses prises de position : « Je refuse d’être faite prisonnière ou réduite en esclavage par les sbires du Bilderberg (…). Il est nettement préférable de se suicider que d’être assassinée ou victime de violences à la suite d’un placement sous tutelle ou d’une arrestation. Je n’ai pas peur de la mort. Ma conscience est claire ». Quelques jours plus tard, elle apparaît sur une vidéo de la branche autrichienne de « We Are Change », un mouvement « anti-nouvel ordre mondial » qui se présente comme « opposé aux projets mondialistes et sionistes » :

Obsédée par la théorie du complot (elle croit fermement à l’existence d’une conspiration « Illuminati » et publie sur son site une interview de David Icke, l’inventeur du mythe du complot extraterrestre « reptilien »), Jane Burgermeister s’est récemment démarquée de son ancien site officiel, The Flu Case. Ce site est administré par un dénommé Johan Niklasson, l’un de ses anciens partisans qu’elle accuse désormais d’être, lui aussi, un agent du « Nouvel Ordre Mondial ». Le 1er septembre dernier, ce militant anti-vaccination, qui continue de lutter contre le spectre du « dépeuplement », écrivait :

« Pour autant que nous admirons tous le courage de Jane Burgermeister pour avoir braqué les projecteurs sur les vaccins empoisonnés, plusieurs d’entre nous sont tristes de la manière dont elle s’est comportée à l’égard de centaines de ses partisans, connus et
inconnus. Beaucoup de gens qui veulent la soutenir ou travailler avec elle nous ont rapporté qu’ils s’étaient heurtés à une incroyable hostilité et à des injures. Elle ne fait preuve d’aucun respect pour ceux qui ont passé des décennies à faire des recherches sur ces questions. A la place, elle proclame qu’ils sont “satanistes, pédophiles, membres d’une sombre cabale, que ce sont des gens avec des cerveaux de moineaux, qu’ils sont financés par la famille Warburg”, et une longue série d’autres accusations absurdes que je préfère ne pas écrire ici. Naturellement, ces accusations ne sont ni vraies, ni prouvées, ou de quelque manière que ce soit corroborées par la moindre preuve, à part l’imagination obscure et foisonnantes de Jane Burgermeister »
.

Voir aussi :
* Grippe A(H1N1) : quelques réponses aux rumeurs qui inondent la Toile
* Dossier Grippe A(H1N1)