Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss
YouTube Channel











Dernières notes



La Bibliothèque
L'effroyable mensonge, de Guillaume Dasquié et Jean Guisnel
Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots... de Pierre-Henri Tavoillot & Laurent Bazin
L'Obsession du complot, de Frédéric Charpier
La Causalité diabolique, de Léon Poliakov
Court traité de complotologie, de Pierre-André Taguieff
La Foire aux illuminés, de Pierre-André Taguieff
Les Protocoles des Sages de Sion : Faux et usages d'un faux, de Pierre-André Taguieff
Les Nouveaux imposteurs, d'Antoine Vitkine
Le style paranoïaque. Théories du complot et droite radicale en Amérique, de Richard Hofstadter
La Société parano, de Véronique Campion-Vincent





Pour Tariq Ramadan, c'est l’Etat qui "entretient" l’insécurité
Dans une vidéo de 5 minutes postée sur son compte Facebook le 13 mars dernier au sujet de la Marche pour la Justice et la Dignité organisée demain à Paris, l’islamologue Tariq Ramadan explique que les bavures policières illustrées par les affaires Adama Traoré et, plus récemment, Théo L., sont le résultat d’une politique d’insécurité « entretenue » de longue date par les pouvoirs publics :

« La tentation serait grande de stigmatiser la police en disant : "de toutes façons c’est la police qui est au premier rang, c’est elle et ces policiers eux-mêmes dans leurs insultes qui sont responsables ". Le problème est beaucoup plus profond que ça. (…) Le vrai problème, c’est une politique d’Etat, et cela gauche ou droite confondues n’ont pas répondu aux exigences ou entretiennent un même climat ».

En d’autres termes, le pouvoir entretiendrait sciemment un climat d’insécurité dans le pays. Dans quel but ? Pour dissimuler leurs échecs sur le terrain économique et social, soupçonne Tariq Ramadan, mais aussi pour que «certains» (le secteur privé proposant des prestations de sécurité) puissent «faire de l’argent» ! L'islamologue ne soutient pas que les politiques de sécurité mises en oeuvre successivement au cours des dernières années sont critiquables ou même contre-productives - jugement qui ne relève en rien d'une approche complotiste. Il envisage sérieusement que les responsables politiques et des intérêts privés organisent l'entretien de cette situation. Une contribution originale à la question très polémique des causes de l’insécurité qui n’avait jusqu’alors été risquée par aucun criminologue ou chercheur en sciences sociales spécialisé dans les phénomènes de délinquance ou de violences urbaines.

Et pour être sûrs que chacun comprenne bien que l’insécurité n’est pas autre chose qu’un phénomène entretenu intentionnellement, Tariq Ramadan va le répéter... cinq fois. Verbatim :

« Il y a trois axes importants dans cette affaire. Le premier axe est un axe politique : quand on parle de la cité, quand on parle de la banlieue, on s’aperçoit qu’il n’y a pas de politique sociale, pas de politique éducative, pas de politique sociale d’encadrement, pas de lutte contre le chômage (…). Et donc cette absence de politique sociale va mettre la police comme étant le rempart au manque de sécurité. C’est la police qui va répondre à cela et même parfois les militaires comme ça se passe à Marseille. (…) C’est la politique d’Etat, gauche et droite encore une fois.

Deuxième des choses, c’est que comme on n’a pas réussi – ou on entretient d’ailleurs, parce que la politique de sécurité donne parfois l’impression d’être une politique "entretenue" d’insécurité –, on va déplacer le problème sur un problème culturel et idéologique : "En fait, le problème, c’est parce qu’ils sont Noirs, c’est parce qu’ils sont Arabes, c’est parce qu’ils sont musulmans"… Et donc on ethnicise, on "islamise" la question parce que on n’a pas véritablement travaillé sur ce qui devait être une véritable politique sociale. Et donc on va instrumentaliser ceci jusqu’à la laïcité (…). Le vrai problème n’est pas là. Mais on en fait une question devenue idéologique de confrontations de valeurs parce qu’il n’y a pas de politique sociale. Et on va faire un clivage dans la société entre "eux" et "nous", une certaine citoyenneté et un autre type de citoyenneté.

Et puis le troisième volet c’est que l’insécurité est le fait de la police, est le fait de l’entretien de toute cette politique-là, elle est le fait de l’argent ! C’est-à-dire que l’insécurité, ça produit de l’argent. Sur la question de la police, sur la question des prisons et même de la privatisation des prisons. (…) Malheureusement, il faut se rendre compte qu’il y a un volet économique à cet entretien de l’insécurité où certains font de l’argent sur le dos de la paix sociale. (…) Comment on répond à ça ? (…) En se posant la question que l’Etat arrête d’envoyer des jeunes qui ne sont pas formés soit dans les écoles, soit dans la police et qu’il les expose à des situations qui deviennent proprement inhumaines. Et donc, il n’y a pas à "excuser" le mauvais comportement de certains policiers, mais on ne peut pas prendre ceux-ci et les condamner eux sans se poser la question de savoir quel est l’Etat qui les envoie dans cette situation-là et pourquoi ceci est entretenu depuis si longtemps. Voilà des questions qui sont essentielles, sur lesquelles nous devons nous mobiliser. »


Voir aussi :
* Conspirationnisme : Tariq Ramadan assume
* Tariq Ramadan, les Coptes et le complot médiatique contre les Frères musulmans


Commentaires

1.Posté par Lamblin Anne-Marie le 18/03/2017 20:25 (depuis mobile)
De quoi se mêle t'il ?

2.Posté par commentaire le 20/03/2017 15:07
Je vous cite : "Il envisage sérieusement que les responsables politiques et des intérêts privés organisent l'entretien de cette situation. Une contribution originale à la question très polémique des causes de l’insécurité qui n’avait jusqu’alors été risquée par aucun criminologue ou chercheur en sciences sociales spécialisé dans les phénomènes de délinquance ou de violences urbaines. "

Vous ne savez pas du tout de quoi vous parlez, n'est-ce pas ? Il aurait été bon de vous renseigner sur le sujet avant de dire n'importe quoi. Je vous donne un exemple (parmi des milliers) de chercheur en sciences sociale spécialisé dans la question pénale (prof à Berkeley...) : "l'inflation carcérale n'est [pas] une fatalité naturelle ou une calamité ordonnée par quelque divinité lointaine et intouchable : elle relève directement de préférences culturelles et de décisions politiques."
http://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1998_num_124_1_3260

Si vous pensez qu'aucun chercheur en sciences sociales ne tient de discours de ce type c'est que vous vivez vraiment dans votre bulle et que la "vérité" ne vous intéresse pas, vous êtes juste un obsédé de T.Ramadan. Intéressez vous, dans des publications scientifiques (utilisez google scholar à défaut d'autre chose), à des mots clés tels que propagande et discours sécuritaire, entrepreneurs de l'insécurité, ambivalence de l'état social-sécuritaire, offre et demande de sécurité ... Je n'ai franchement pas envie de défendre T. Ramadan que je connais mal mais votre argumentaire est totalement INEPTE. Pourquoi prétendez vous être dans la camp de "la science" quand vous n'y connaissez RIEN du tout ?

Allez, un dernier exemple que j'espère que vous saurez comprendre : "il serait illusoire de croire que la demande de sécurité n’est qu’une traduction fidèle du sentiment d’insécurité vécu par les individus car son importance dépend également de celle de l’offre en sécurité." (Bruno Sabatier, Espaces et sociétés 2005/4 (no 123)

3.Posté par Rudy Reichstadt le 20/03/2017 17:59
@ commentaire (#2) : Votre argument est spécieux cher commentateur anonyme. Vous faites dire aux deux chercheurs que vous citez, en l'occurrence Loïc Wacquant et Bruno Sabatier, ce qu'ils ne disent pas. Car pour autant que je puisse en juger, ce qu'ils disent ne peut pas être purement et simplement rabattu sur les propos de T. Ramadan. Ce-dernier suppose une véritable collusion entre responsables politiques et secteur privé de la sécurité. L'insécurité n'est pas ici considérée comme un effet pervers, une conséquence indésirable de choix politiques discutables, mais comme un phénomène délibérément entretenu où, au final, chacun trouve son compte : des entrepreneurs politiques à qui la stigmatisation des habitants des quartiers populaires permet d'éluder les questions économiques et sociales, et des sociétés de sécurité qui ont besoin d'entretenir le problème pour en tirer des profits. Je suis désolé mais c'est un cadre interprétatif qui va beaucoup plus loin qu'une analyse en termes de dialectique de l'offre et de la demande (Sabatier) ou qu'une reconnaissance d'une responsabilité politique collective sur le terrain de l'insécurité (Wacquant).

PS : J'essaie de maintenir ici des échanges courtois. Par conséquent, merci de descendre d'un ton, de respecter vos contradicteurs et de ne pas leur prêter d'obscures obsessions (moi aussi je peux écrire des mots en MAJUSCULE).

4.Posté par commentaire le 20/03/2017 18:29
Vous avez raison sur le fond comme sur la forme concernant mon intervention, et je m'excuse d'ailleurs du ton que j'ai employé.
Sur le fond en revanche l'erreur est volontaire. J'intervenais en ayant bien conscience d'une inéquivalence entre le discours des auteurs que je mobilisais et celui de T.Ramadan, que vous me semblez avoir exposée avec pertinence (même si vous semblez tenir T.Ramadan pour plus conspirationniste qu'il ne le laisse entendre). L'idée était plutôt de rappeler que l'insécurité (un sentiment) et ses origines étaient fortement débattus en sciences sociales, et que l'on pouvait trouver des gens sérieux tenir des discours relativement proches des postures de Ramadan.
En outre, je fais partie des gens qui pensent que le sentiment d'insécurité (individuel, qui fait partie de la vie quotidienne) devient souvent un enjeu politique et partisan. Et qui peut aussi reposer sur des essentialisations ("ethnicisation" de l'insécurité, je ne sais pas si c'est vrai mais la question me semble mériter d'être posée).

Nouveau commentaire :