Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss











Dernières notes



La Bibliothèque
L'Obsession du complot, de Frédéric Charpier
Les Nouveaux imposteurs, d'Antoine Vitkine
La Société parano, de Véronique Campion-Vincent
Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots... de Pierre-Henri Tavoillot & Laurent Bazin
Le style paranoïaque. Théories du complot et droite radicale en Amérique, de Richard Hofstadter
L'effroyable mensonge, de Guillaume Dasquié et Jean Guisnel
Le Complot : L'histoire secrète des Protocoles des Sages de Sion, de Will Eisner
La Causalité diabolique, de Léon Poliakov
Histoire d'un mythe. La "conspiration" juive et les protocoles des sages de Sion, de Norman Cohn
Mythes et mythologies politiques, de Raoul Girardet









Le monde selon K., de Pierre Péan
Troublant. C’est le mot qui vient à l’esprit lorsqu’on lit un passage du dernier livre de Pierre Péan, Le Monde selon K. (Fayard, 2009), consacré au fameux Groupe Bilderberg, objet de tous les fantasmes complotistes. Le paragraphe en question se trouve aux pages 233 et 234 :

« En juin 2008, la session baptisée “Chantilly, Virginia, USA” du Comité Bilderberg, se réunit comme chaque année depuis 1954, dans un hôtel de luxe. Bilderberg, c’est la confrérie plus ou moins occulte des plus grosses fortunes mondiales et de leurs serviteurs au sein des gouvernements qui comptent, actionnant les ficelles des Etats qu’ils ont mis en place en finançant en partie leurs campagnes électorales. Ces multimilliardaires aux identités tenues secrètes se concertent régulièrement pour décider d’une stratégie commune, autrement dit déterminer à quelle sauce les peuples de la planète seront mangés pour que le système financier existant continue de les enrichir. Les journalistes n’ont évidemment pas accès à ces réunions. Seule est connue la liste des invités “extérieurs”, lesquels ne sont conviés qu’à l’apéritif. La promotion française 2008 réunit notamment : Bertrand Collomb, du groupe Lafarge ; le ministre Jean Pierre Jouyet ; Christophe de Margerie, patron de Total ; Thierry de Montbrial, président de l’institut français de relations internationales (IFRI) ; Manuel Valls, élu PS ; et Christine Ockrent. »


S’en suit un passage sur Christine Ockrent que Péan transforme en simple perroquet de son compagnon, Bernard Kouchner, contre qui est dirigé le pamphlet. Evidemment, Péan se garde bien de préciser que le Groupe Bilderberg (1) compte également parmi ses « invités extérieurs » l'ancien ministre Hubert Védrine (2), qui partage en particulier sa « vision » du génocide rwandais (3).

Mais il y a plus troublant encore...

Plus de sept mois avant la publication du livre de Péan, plusieurs sites conspirationnistes dévoilaient la liste des participants à la réunion 2008 du Groupe Bilderberg. Sans surprise, on retrouve, en gras, les noms cités par Péan (à l'exception notable de celui de Védrine, soigneusement biffé). Or, dans l’un de ces posts conspirationnistes (4), une phrase attire notre attention :

« Bien entendu, il ne s’agit là que des “invités” du cercle extérieur, seulement conviés à l’apéritif, d’autres organisateurs et participants réguliers sont également présents dans une discrétion supérieure encore… »

Une phrase qui résonne étrangement lorsqu’on la compare au passage de Péan :

« Les journalistes n’ont évidemment pas accès à ces réunions. Seule est connue la liste des invités “extérieurs”, lesquels ne sont conviés qu’à l’apéritif. »

Nous ne sommes pourtant pas au bout de nos surprises.

Dans un post intitulé « Le Comité Bilderberg (les Maîtres du monde) » (5), daté de la même période, un blogueur écrit :

« Le comité Bilderberg va se réunir, comme chaque année depuis 1954, dans un hôtel de luxe. Bilderberg, c'est la confrérie cachée des plus grandes fortunes du monde (plus leurs serviteurs gouvernementaux de tous les pays) qui actionnent les ficelles des gouvernements qu'ils ont mis en place en finançant en grande partie leur campagne électorale. »

... quand Pierre Péan, de son côté, écrit :

« En juin 2008, la session baptisée “Chantilly, Virginia, USA” du Comité Bilderberg, se réunit comme chaque année depuis 1954, dans un hôtel de luxe. Bilderberg, c’est la confrérie plus ou moins occulte des plus grosses fortunes mondiales et de leurs serviteurs au sein des gouvernements qui comptent, actionnant les ficelles des Etats qu’ils ont mis en place en finançant en partie leurs campagnes électorales. »

Le post conspirationniste continue ainsi :

« Les maîtres, multimilliardaires internationaux aux identités tenues secrètes, vont se concerter dans un hôtel de luxe pour décider, comme chaque année, d'une stratégie commune et à quelle sauce nous, les peuples du monde entier, serons mangés pour que le système financier actuel continue d'enrichir ces maîtres du monde. Les journalistes n'ont pas le droit d'assister à ces réunions, même si l'un d'eux avait eu recours à une ruse pour y entrer, il y a quelques années, en ressortant avec des informations effrayantes qui se confirmèrent ensuite. »

Et Pierre Péan d’écrire :

« Ces multimilliardaires aux identités tenues secrètes se concertent régulièrement pour décider d’une stratégie commune, autrement dit déterminer à quelle sauce les peuples de la planète seront mangés pour que le système financier existant continue de les enrichir. Les journalistes n’ont évidemment pas accès à ces réunions. »

Il ne fait désormais aucun doute que Pierre Péan s'est directement inspiré de plusieurs sites conspirationnistes pour écrire le paragraphe qu’il a consacré au groupe Bilderberg dans son pamphlet sur Kouchner (cf. le tableau synoptique téléchargeable à la fin de ce post).


Notes :
(1) Christian Losson, Jean Quatremer & Pascal Riché, « Messes basses entre maîtres du monde », Libération, 5 août 2003. Où l’on apprend comment fonctionne le groupe Bilderberg ; que, si les happy few qui y participent sont tous acquis à l’économie de marché, ils sont loin d’être d’accord sur tout (comme sur la guerre américaine en Irak par exemple) ; que des journalistes sont conviés chaque année aux réunions ; que rien ne permet d’affirmer qu’il s’y décide une quelconque « stratégie commune » ; bref, que le groupe Bilderberg est davantage un objet de fantasmes que le lieu où les élites complotent contre le bon peuple en vue d’instaurer la domination mondiale d’une poignée de milliardaires.
(2) « Official 2008 Bilderberg Participant List », PrisonPlanet.com, 6 juin 2008. PrisonPlanet.com a été fondé par le célèbre conspirationniste américain Alex Jones.
(3) Lors de la sortie du livre de Pierre Péan sur le génocide rwandais (Noires fureurs, Blanc menteurs, Fayard, 2005), Hubert Védrine avait déclaré dans un journal belge : « Il fallait quelqu’un comme Péan, qui est farouchement indépendant, qui n’a peur de personne (...), pour établir faits et vérité. Péan ne défend pas tellement une "thèse". Il apporte une montagne de faits. Il sera intéressant de voir si les faits en question sont réfutés ou pas » (source : Le Journal du Mardi daté du 6 décembre 2005).
(4) « Pour France 5, la “chaine du Savoir” et ses “experts internationaux” qui ne savaient pas : voici la liste des participants au Bilderberg 2008 », Observatoire du Nouvel Ordre Mondial, 6 juin 2008. Cet obscur Observatoire francophone du 11 Septembre et du Nouvel Ordre Mondial fait notamment la part belle aux « analyses » de Thierry Meyssan.
(5) Blog de Bernard Gensane, 7 juin 2008. Le post en question (voir la capture d'écran ci-dessous) renvoie à une page d’un autre site conspirationniste d’extrême gauche, Bellaciao qui, lui-même, renvoie au post de l’Observatoire du Nouvel Ordre Mondial cité ci-dessus.
Capture du blog de Bernard Gensane - 7 juin 2008



Voir aussi :
Pierre Péan est-il un adepte de la théorie du « complot tutsi » ?

Mise à jour : 13 avril 2009 à 19h15.

Télécharger le tableau synoptique ci-dessous en format pdf :

bilderberg_pean_tab_synopt.pdf Bilderberg-Péan-tab_synopt.pdf  (8.74 Ko)