Le coup de force annoncé n’a finalement pas eu lieu. Selon les sources, ils ont été entre 100 et 300 personnes, arborant un masque de Guy Fawkes pour certains, à avoir manifesté un peu avant midi aux abords de l’Assemblée nationale pour renverser la République. Lancé en mars 2015 par le naturopathe Eric Fiorile, le Mouvement du 14 juillet, à l’initiative du rassemblement, n’est pas parvenu à rallier l’armée pour marcher sur l’Élysée comme cela était prévu.

Lire les comptes-rendus du JDD, de MétroNews et de BFM TV.

Les appels aux coups d’Etat se sont multipliés au cours des dernières années sur la complosphère. Dans une vidéo datée du 20 août 2013, Dieudonné rêvait à voix haute « d’un coup d’Etat au secours du peuple, comme en Egypte ».

Quelques jours plus tard, le site d’extrême droite La Dissidence française, de Vincent Vauclin, appelait ouvertement à un putsch militaire avec ce mot d’ordre : « L’Histoire, ça se brusque ».

Non moins complotiste bien qu’appartenant à une mouvance distincte, le site anti-islam Riposte laïque publiait en mai 2015 un texte anonyme souhaitant que « nos généraux (…) prennent le contrôle du pays, pour 5 ou 6 ans, histoire de remettre tout d’aplomb et de nettoyer tout ça ».