Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot

Recherche

Facebook
Twitter
Rss











Dernières notes



La Bibliothèque
Histoire d'un mythe. La "conspiration" juive et les protocoles des sages de Sion, de Norman Cohn
Mythes et mythologies politiques, de Raoul Girardet
L'Obsession du complot, de Frédéric Charpier
Court traité de complotologie, de Pierre-André Taguieff
La synarchie. Le mythe du complot permanent, d'Olivier Dard
Le Complot : L'histoire secrète des Protocoles des Sages de Sion, de Will Eisner
Le style paranoïaque. Théories du complot et droite radicale en Amérique, de Richard Hofstadter
L'imaginaire du complot mondial, de Pierre-André Taguieff
Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots... de Pierre-Henri Tavoillot & Laurent Bazin
La Foire aux illuminés, de Pierre-André Taguieff









Fukushima : retour sur une théorie du complot
L’accident de la centrale nucléaire japonaise, survenu le 11 mars 2011, ne serait pas ce que l’on nous en a dit. Plusieurs sites conspirationnistes prétendent que c'est en fait l’Etat d’Israël qui a saboté le réacteur de Fukushima en représailles au soutien du Japon à la création d’un Etat palestinien indépendant...

Apparue sur le site du journal d’extrême droite American Free Press avant d'être reprise sur celui de l’Islamic Republic of Iran Broadcasting (IRIB), la rumeur a été relayée en français dans toute une partie de la "complosphère" antisioniste. Medialibre.eu (le site de Marc George, un ancien frontiste proche de Dieudonné et Alain Soral) en a assuré l'adaptation en français sous le titre : « Fukujima : un journaliste japonais de premier plan accuse Israël ».

Le journaliste japonais en question s'appelle Yoichi Clark Shimatsu. Contributeur régulier de la chaîne de télévision officielle de la République populaire de Chine, CCTV News, Shimatsu, s'il n'a rien d'un « journaliste de premier plan », est bien Japonais. C'est surtout un théoricien du complot à l'imagination débordante.

Yoichi Shimatsu
Comme le rappelle Slate.fr, Shimatsu «laissait déjà entendre en 1999 que le grave accident de criticité de Tôkai-mura était en fait un attentat terroriste orchestré par la secte Aum. Obsédé par cette secte, il exprime à la même époque ses doutes sur la culpabilité des membres de la secte dans l’attentat au gaz sarin de 1995 et évoque un possible complot international. Moins drôle, mais tout aussi fantaisiste, en 2003 il exprime ses doutes sur l’accident de la navette spatiale Columbia. Un des membres de l’équipage, Ilan Ramon, est Israélien, et il n’en faut pas plus pour mettre la puce à l’oreille de ce vaillant investigateur. Dans un long et encombrant article, il explique que ce pilote avait en fait pour mission d’observer le sol irakien à la recherche d’armes de destruction massive, à l’aide d’une caméra multi-spectrale fonctionnant à l’énergie nucléaire. C’est cette caméra qui aurait explosé et provoqué l’accident selon lui. En 2010, filmé par un étudiant américain, il explique que le Dalaï-lama est un criminel nazi et qu’il devrait être exécuté ».

Ajoutons que, la même année, Shimatsu a accusé les Etats-Unis d'avoir envoyé par le fond la corvette sud-coréenne Cheonan, torpillage pourtant attribué à la marine de la Corée du Nord par une commission d’enquête internationale.

Slate.fr poursuit : « Les articles de Shimatsu sont relayés via le site de Jeff Rense, un conspirationiste niant le génocide des Juifs par les nazis. Un site qui mélange théorie du complot sur le 11-Septembre, Protocoles des sages de Sion, dossier sur le nucléaire ou les ovnis. Un journaliste que Yoichi Shimatsu connaît bien puisque depuis le 11 mars 2011, il lui a accordé plusieurs interviews ».

Là où le bât blesse, c'est lorsqu'un ingénieur d’études au CNRS relaye dans un livre la thèse développée par Yoichi Shimatsu selon laquelle le réacteur numéro 4 de Fukushima, officiellement en arrêt au moment du séisme du 11 mars, serait en fait en fonctionnement pour fabriquer... une bombe nucléaire !

Qu’en est-il en réalité ? L’accident de la centrale nucléaire de Fukushima a fait l'objet d'une enquête d'un comité d'experts indépendants nommé par le gouvernement nippon. Les premières conclusions du comité ont été rendues publiques le 26 décembre 2011. Conséquence directe du tsunami provoqué par un séisme de magnitude 9 sur l’échelle de Richter, l’accident nucléaire serait dû notamment à des défaillances de l'Agence japonaise de sûreté nucléaire et de Tokyo Electric Power Company (TEPCO), l'entreprise qui exploite la centrale.


Voir aussi :
* Attentat en Norvège : la théorie du complot atlantico-sionisto-maçonnique
* Le régime d'Hugo Chávez accuse les Etats-Unis d'avoir causé le séisme à Haïti