La théorie selon laquelle l’élection présidentielle ne serait qu’une machination et non un processus démocratique n’est pas nouvelle, elle résonne en France en 2022, y compris à travers les propos de candidats à ce scrutin.

Nous sommes à quelques jours du premier tour, et dans cet épisode « Complorama » explore le complotisme électoral, c’est-à-dire la théorie du complot selon laquelle l’élection serait truquée, jouée d’avance, au profit du pouvoir en place, ou encore de puissants agissant en secret et tirant les manettes.

Un argumentaire qui n’est pas relayé que par des habitués de la complosphère, mais aussi par certains candidats à cette présidentielle 2022, comme Nicolas Dupont-Aignan.

Nicolas Dupont-Aignan, pour qui « l’élection est truquée de A à Z », est appuyé par son soutien Florian Philippot, pour qui « Nicolas Dupont Aignan a totalement raison ! Macron fait tout pour truquer l’élection depuis des mois ! S’il était réélu, il ne serait pas légitime. »

Un air d’élection présidentielle américaine

À ne pas confondre avec l’usage du complotisme dans le cadre d’une élection, le complotisme électoral jette la suspicion sur tout le processus électoral démocratique. Il est également promu par des groupes comme QAnon France, ou par des mouvances antivax. Une dynamique qui rappelle forcément l’élection de Joe Biden aux États-Unis et le mouvement « Stop the Steal » (« Arrêtez le vol »), qui a conduit à l’invasion du Capitole.

Le complotisme électoral, c’est le 26e épisode de Complorama, avec Rudy Reichstadt, directeur de Conspiracy Watch, et Tristan Mendès France, maître de conférence et membre de l’observatoire du conspirationnisme, spécialiste des cultures numériques. Un podcast à retrouver sur le site de franceinfo, l’application Radio France et plusieurs autres plateformes comme Apple podcasts, Podcast Addict, Spotify, ou Deezer.