Pepe Escobar au micro du média russe Sputnik le 11 décembre 2017 (capture d’écran YouTube).

Le journaliste brésilien Pepe Escobar (1954 – ) intervient depuis le début des années 2000 sur plusieurs sites conspirationnistes ou « alternatifs » comme Mondialisation.ca ou CounterPunch, ainsi que sur des médias tels que Press TV et Al-Jazeera. S’exprimant couramment en anglais et en français, il est en outre chroniqueur pour les médias russes Russia Today (RT) et Sputnik et collabore régulièrement au webzine asiatimes.com.

En 2014, Pepe Escobar participe en Iran à une conférence internationale regroupant plusieurs figures de la complosphère ou de la mouvance négationniste mondiale comme Dieudonné M’Bala M’Bala, Maria Poumier, Kevin Barrett, Claudio Moffa, Art Olivier, Wayne Madsen, Gareth Porter, Alison Weir, Ken O’Keefe ou encore le fondateur du site conspirationniste Le Cercle des Volontaires, Raphaël Berland.

Le 27 mars 2020, dans un texte intitulé « Pourquoi la France cache un remède contre le virus testé et peu coûteux » publié sur Mondialisation.ca, Escobar accuse le gouvernement français de complicité avec Sanofi pour dissimuler au grand public l’efficacité du traitement à l’hydroxychloroquine promu par le Pr Didier Raoult contre le Covid-19 : « La chloroquine coûte un euro pour dix pilules. Et c’est là que le bât blesse : Big Pharma – qui finance crucialement l’INSERM, et dont fait partie le “champion national” Sanofi – préférerait une solution beaucoup plus rentable ». Reprenant presque mot pour mot les éléments développés dans un post Facebook très partagé dans la semaine du 23 mars 2020, Escobar affirme que « Raoult a été dénigré et diabolisé sans pitié par les médias corporatifs français qui sont contrôlés par quelques oligarques étroitement liés au Macronisme ». Il laisse aussi entendre – à tort – que la décision de classer la chloroquine parmi les substances vénéneuses en janvier 2020 est l’une des étapes de ce complot. Il prétend en outre – fallacieusement – que le journal « Le Monde et l’agence française de la santé publique [ont qualifié] les recherches de Raoult de fausses nouvelles, avant de se rétracter. »

 

(Dernière mise à jour le 07/04/2020)