Au lendemain de l’annonce de son retrait du scrutin européen, Renaud Camus affirme dans un tweet :

« Ce n’est pas que “nous ne sommes pas nazis”, c’est que nous sommes les seuls antinazis cohérents. L’univers concentrationnnaire aujourd’hui, c’est celui du remplacisme global, celui des naufrageurs, celui du bidonville universel et des boîtes à hommes ».

Tête de liste de la « Ligne claire », le théoricien du « Grand Remplacement » a désavoué mercredi 22 mai après-midi sa propre liste après qu’a été exhumée une photographie de sa co-listière, la Gilet jaune Fiorina Lignier, en prière devant une croix gammée tracée dans le sable. Un cliché pris en 2017 et considéré par la jeune fille, âgée de 20 ans et actuellement étudiante en philosophie à Amiens, comme une « connerie d’étudiante de 18 ans de mauvais goût ».

Coutumier des retournements orwelliens de la réalité, Renaud Camus considère que « la négation du Grand Remplacement est le négationnisme moderne ». Le 1er février 2018, il écrivait sur Twitter : « Que les gens de Conspiracy Watch mettent dans le même sac, ignominieusement, négationnisme et affirmation du Grand Remplacement prouve abondamment qu’ils sont eux-mêmes un négationnisme (du changement de peuple) et une conspiration (pour le changement de peuple). »

 

Voir aussi :

Le « Grand Remplacement » est-il un concept complotiste ?