Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
Capture d'écran du site complotiste Monde Souverain.

NESARA/GESARA renvoie à la croyance conspirationniste selon laquelle il existerait secrètement un projet de « réinitialisation » du système financier mondial dont la mise en oeuvre aurait pour effet direct d'abolir toutes les dettes, publiques et privées,  de mettre à bas le pouvoir des banques et de permettre à chacun de vivre dans l'opulence. Pour les partisans de cette théorie du complot, ce projet de réinitialisation serait en réalité bloqué par l'élite mondialiste, l'État profond et les banques afin de maintenir la population dans la servitude.

NESARA signifie « National Economic Security & Reformation Act » et désigne un ensemble de réformes économiques proposées par un dénommé Harvey Francis Barnard (1941-2005), un Américain diplômé de l'université de Louisiane et consultant en ingénierie.

Au début des années 1990, Barnard imprima à compte d'auteur un millier de copies d'un ouvrage intitulé Draining the Swamp: Monetary and Fiscal Policy Reform et l'adressa à des membres du Congrès américain. En 1996, il mit son texte en ligne sur Internet puis en publia une seconde édition en 2005 sous le titre Draining the Swamp: The NESARA Story - Monetary and Fiscal Policy Reform. Barnard y prônait une refonte totale du système fiscal et monétaire, convaincu que le retour à une monnaie bimétallique garantirait un taux d'inflation nul. Il recommandait surtout l'effacement pur et simple de la dette publique, estimant qu'elle constituait « le principal frein à la croissance économique américaine ».

Les propositions d'Harvey Francis Barnard ne furent jamais présentées ou discutées au Congrès. Toutefois, de nombreux sites complotistes affirment le contraire. Ainsi, Shaini Candace Goodwin (1947-2010), alias « Dove of Oneness » (« Colombe de l'Harmonie »), une ex-adepte de la secte millénariste américaine Ramtha, prétendait qu'un National Economic Security & Reformation Act, autrement dit une loi « NESARA », avait été adoptée secrètement par le président Bill Clinton en mars 2000 et aurait dû entrer en vigueur le matin du 11 septembre 2001. Les attentats commis ce jour-là sur le sol américain, orchestrés selon elle par George W. Bush, auraient eu pour but véritable d'empêcher in extremis l'annulation de la dette. De la même manière, le déclenchement de la guerre en Irak en 2003 aurait eu pour but de différer l'annonce de NESARA.

Les acronymes NESARA et GESARA (pour « Global Economic Security & Reformation Act ») hantent depuis lors la complosphère et constituent l'une des croyances les plus fortes de groupes à caractère sectaire. Certains manifestants « Gilets jaunes » et des partisans de QAnon y font ainsi référence.

Au Québec et en France, le mouvement des Citoyens souverains ou celui des Êtres souverains, invoquent le NESARA/GESARA pour justifier par exemple leur refus de payer des impôts. La vidéaste Emelie de Sartiges, qui totalise plus de 26 000 abonnés sur sa chaîne YouTube, en fait régulièrement mention dans ses vidéos, de même que des sites complotistes tels que Stop Mensonges [archive] (devenu Lumière sur Gaïa [archive]) ou QActus [archive].

Certains lient enfin le thème NESARA/GESARA à celui du Great Reset ou encore au mythe de l'énergie libre.

 

(Dernière mise à jour le 22/07/2021)

Depuis quinze ans, Conspiracy Watch contribue à sensibiliser aux dangers du complotisme en assurant un travail d’information et de veille critique sans équivalent. Pour pérenniser nos activités, le soutien de nos lecteurs est indispensable.  

Faire un don !
Partager :
Conspiracy Watch | l'Observatoire du conspirationnisme
© 2007-2022 Conspiracy Watch | Une réalisation de l'Observatoire du conspirationnisme (association loi de 1901) avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.
cross