L’homme d’affaires et philanthrope américain George Soros serait derrière l’épidémie de coronavirus. C’est la petite musique complotiste que l’on entend sur Internet depuis le mois de février.

George Soros (captures d’écran).

La croyance selon laquelle le SARS-CoV-2 (l’agent pathogène du Covid-19) aurait été fabriqué par génie génétique avant d’être propagé accidentellement, voire intentionnellement, depuis un laboratoire situé dans la métropole chinoise de Wuhan, est fausse en tous points. Depuis plusieurs semaines, des scientifiques du monde entier alertent sur le danger de ce genre de théories du complot. Le seul élément factuel sur lequel repose la thèse de l’origine artificielle du virus apparu à Wuhan est que… c’est bien à Wuhan qu’il est apparu ! Mais il est apparu sur un marché aux animaux et le débat scientifique actuel ne porte pas sur la question de savoir s’il est d’origine naturelle ou s’il est le résultat d’une manipulation génétique, mais sur l’hôte intermédiaire qui a fait passer le virus de la chauve-souris à l’être humain – des chercheurs pensent qu’il pourrait s’agir du pangolin.

>>> Lire, sur Conspiracy Watch : Pourquoi le coronavirus n’est probablement pas une « arme biologique » (16/03/2020)

Il n’en demeure pas moins que la coïncidence géographique entre le lieu d’apparition du virus et la présence à Wuhan d’un Institut de virologie abritant un laboratoire de haute sécurité biologique (dit « P4 »), distants d’une trentaine de kilomètres, constitue le socle argumentatif d’innombrables publications qui, toutes, ont pour point commun d’escamoter les faits qui peuvent contrarier la théorie du complot et d’inventer, dans le même mouvement, des éléments permettant de la conforter. La thèse selon laquelle le milliardaire américain George Soros serait derrière l’épidémie au motif qu’il contrôlerait un laboratoire chinois, distinct du laboratoire P4 de l’Institut de virologie mais également situé à Wuhan, fait partie de ces publications.

Capture d’écran de la vidéo mise en ligne par Kla.tv le 24 février 2020.

Le 24 février 2020, le site conspirationniste suisse en langue allemande Kla.tv, qui assure par ailleurs la promotion de contenus à caractère antisémite, publiait sur YouTube une vidéo vue plus d’un demi-million de fois affirmant que le coronavirus était une arme biologique créée dans un laboratoire chinois, WuXi PharmaTech Inc., qui serait « financé par le milliardaire américain George Soros ». La vidéo a été postée dans sa version française le 5 mars 2020.

Quelques jours plus tard, le 12 mars, le site Elishean.fr publiait un article largement partagé sur les réseaux sociaux (voir ici et ) où l’on peut lire que « Wuxi Pharmaceuticals est idéalement situé dans l’épicentre de l’épidémie près de l’Institut de virologie de Wuhan qui a été impliqué en tant que fabricant d’armes biologiques de ce coronavirus ! ».

L’article est intitulé « Pourquoi Soros a investi discrètement dans un laboratoire de biotechnologie à Wuhan AU 666 Gaoxin Road ? ». La présence de l’adresse de ce laboratoire, le « 666 Gaoxin Road », dans le titre même de l’article ne doit rien au hasard. Le « 666 » renvoyant, dans la Bible, au « chiffre de la Bête », il s’agit d’instiller l’idée d’un complot proprement satanique. D’autres publications du même acabit font également figurer l’adresse – au demeurant tout à fait authentique – du laboratoire WuXi de Wuhan dans leurs titres. L’une d’elles a ainsi été partagée sur son compte VKontakte par le conférencier d’extrême droite Lucien Cerise (postfacier, en 2018, du brûlot anti-Soros de Pierre-Antoine Plaquevent) :

Quels sont les faits ? Comme le rappelle Le Monde, il existe bien un laboratoire à Wuhan appartenant à WuXi AppTec (le nouveau nom de WuXi PharmaTech Inc.). Ce laboratoire est l’une des quatorze filiales de ce groupe pharmaceutique chinois. Il est dédié spécifiquement à la « recherche sur des médicaments à petites molécules ». Mais il n’est, ni de près ni de loin, un laboratoire de haute sécurité biologique et n’est par conséquent pas habilité à manipuler des virus de type SRAS. Quant au groupe WuXi, il partage ses activités entre différents métiers : services de laboratoire à 65,7% (découverte de petites molécules, bio-analyse, sécurité des dispositifs médicaux, tests de thérapies cellulaires et géniques, etc.) ; pharmacie à 28,1% (ingrédients actifs, nouveaux médicaments, etc.) ; recherche clinique à 6,1%.

Quant au lien avec George Soros, il est des plus ténus. L’examen de la structure capitalistique et managériale de WuXi AppTec, société cotée à la bourse de New York, montre que le Soros Fund Management – le fonds d’investissement de l’homme d’affaires américain – n’est présent ni dans son pacte d’actionnaires ni, et pour cause, à aucun poste de direction. De la même manière, WuXi est réciproquement absent dans le portefeuille boursier du Soros Fund Management. Porté à la connaissance du public dans sa dernière déclaration trimestrielle obligatoire à la SEC (l’organisme américain de contrôle des marchés financiers) en date du 31 décembre 2019, ce portefeuille ne mentionne nulle part la société WuXi AppTec – ni d’ailleurs sous son ancien nom, WuXi PharmaTech Inc. Il est donc mensonger d’affirmer ou de seulement suggérer que Soros « détient » ou « contrôle » WuXi AppTec.

Le seul élément factuel sur lequel s’appuie cette théorie du complot est que le Soros Fund Management a été actionnaire de WuXi en 2011. Son bilan trimestriel à la SEC, daté du 16 mai 2011, le montre en toute transparence. À cette époque, le fonds d’investissement de Soros détenait 250 000 actions de WuXi pour une valeur de 3,86 millions de dollars… soit un investissement représentant seulement 0,046 % de l’ensemble du portefeuille du Soros Fund Management, qui s’élevait alors à 8,4 milliards de dollars. Le Soros Fund Management avait d’ailleurs investi, cette même année 2011, dans 785 autres groupes « avant de s’en désengager et récupérer une plus-value, ce qui n’a rien que de très classique pour un fonds d’investissement » note Le Monde.

L’investissement du Soros Fund Management dans WuXi est donc non seulement chose ancienne, mais il apparaît aussi négligeable à un second titre quand on sait que WuXi, groupe qui emploie pas moins de 21 750 salariés, affiche une capitalisation boursière avoisinant les 22 milliards de dollars. De fait, la cote boursière de WuXi AppTec n’a pas connu d’inflexion majeure au cours des cinq dernières années.

Du reste, si George Soros demeure le principal actionnaire de son fonds d’investissement, il s’est retiré de ses fonctions directoriales en 2017, pour les confier à Dawn Fitzpatrick, nommée directrice des investissements.

Ainsi, de quelque côté que l’on étudie les faits, il apparaît clairement que George Soros ne contrôle en rien la société WuXi AppTec. Il n’existe pas non plus le moindre élément de preuve permettant de faire un lien entre les activités de WuXi AppTec et l’apparition du Covid-19.

En définitive, a été appliquée ici la vieille recette de la désinformation conspirationniste. Un mélange d’ignorance crasse de ce qu’ils évoquent, de préjugés douteux, de suspicion exacerbée, d’inconscience de leurs propres biais cognitifs, d’excès de confiance en eux et souvent, aussi, d’absence de scrupules intellectuels, a conduit de simples internautes à interpréter de travers des documents parfois authentiques glanés sur Internet mais qu’ils sont incapables de comprendre correctement.

Ce que prouve cette énième rumeur accusant George Soros, c’est que le financier américain tient dans l’imaginaire conspirationniste contemporain un rôle analogue à celui des Rothschild. Elle vient aussi vérifier ce vieux proverbe chinois : « Il est difficile d’attraper un chat noir dans une pièce sombre. Surtout lorsqu’il n’y a pas de chat. »

 

Voir aussi :

Soros : ce que « Valeurs actuelles » ne vous dit pas

« Pandémie » et « gouvernement mondial » : ces faux propos que la complosphère attribue à Jacques Attali