Ginette Skandrani (capture d’écran YouTube/Cercle des Volontaires, 8 mai 2015).

Ginette Skandrani (1938 -) fait partie des co-fondateurs du parti écologiste Les Verts, dont elle a finalement été exclue à l’été 2005 en raison de ses accointances avec la mouvance négationniste.

Devenue dans les années 2000 une figure incontournable de la mouvance conspirationniste gravitant autour de Dieudonné M’Bala M’Bala, elle est la fondatrice et la présidente d’une association antisioniste radicale, La Pierre et l’Olivier, co-éditrice en 2002 d’un faux antisémite intitulé Le Manifeste judéo-nazi d’Ariel Sharon.

Candidate sur la liste du Parti antisioniste en juin 2009, Ginette Skandrani anime également, avec Maria Poumier, le site « Entre la plume et l’enclume » (plumenclume.org) dont la boutique en ligne propose plusieurs ouvrages négationnistes. Elle figure aussi sur l’organigramme du Mouvement des damnés de l’impérialisme (MDI), créé en 2008 par l’activiste « ethno-différentialiste » Kemi Seba, où elle est en charge de « l’écologie révolutionnaire ». Elle anime aussi les blogs « La Voix de la Libye » et « La Voix de la Syrie », ce dernier se présentant comme étant composé de « militants anti-colonialistes » diffusant des informations qui viennent des « Syriens du pays ou d’ici non conditionnés par la presse occidentale et qui ne peuvent pas s’exprimer dans notre presse à la solde des USA et autres impérialistes ».

Très proche de plusieurs négationnistes dont Roger Garaudy, Robert Faurisson ou Serge Thion (le fondateur de l’AAARGH), elle appelle à lutter contre la loi Gayssot pénalisant la contestation de l’existence du génocide des Juifs par les nazis. Elle a apporté ouvertement son soutien aussi bien au Colonel Kadhafi qu’au président syrien Bachar el-Assad ou au terroriste Carlos.

 

ELLE A DIT :

« J’étais pour la destruction d’Israël […] c’est pour ça que j’ai eu tous mes ennuis en France. […] La Syrie, je me suis engagée parce que j’ai vu […] les conneries qu’on nous racontait sur Kadhafi […]. Quand on a commencé à me dire que Kadhafi était un dictateur, qu’il assassinait son peuple, que c’était des pauvres qui se manifestaient, je me suis demandé si je devenais folle. […] Et puis, quand c’est arrivé en Syrie, je me suis dit : “Ben c’est la même chose qu’en Libye” […] donc je me suis engagée à défendre Bachar el-Assad et les Syriens. Et puis surtout ce fameux Printemps arabe, cette saloperie […]. Il a été concocté à Washington. Le président du congrès général en Lybie me l’a bien dit. […] Ils ont fait un plan de construction de 27 petits états arabes […] pour (les) faire dominer par Israël. J’ai compris que ce fameux printemps arabe, c’était une nouvelle façon de coloniser le monde arabe. En fait, de lui piller son pétrole […] et aussi de donner de l’importance à Israël […] alors que la majorité des pays du monde arabe étaient déjà “sionisée”. […] La France est déjà “sionisée”. Ne parlons pas des États-Unis ».

Source : « Ginette Skandrani se présente », plumenclume.org, 25 novembre 2016.

 

(Dernière mise à jour le 22/03/2020)