63 % des électeurs inscrits aux États-Unis – près des 2/3 des Américains ! – adhèrent à au moins une théorie du complot "politique", selon les résultats d’un récent sondage commandé par l’Université Fairleigh Dickinson, dans le New Jersey.

Il a été demandé aux personnes interrogées (un échantillon de 814 électeurs) d’évaluer la crédibilité de quatre théories du complot différentes. 75 % des électeurs républicains et 56 % des démocrates considèrent qu’au moins une d’entre elles est « probablement vraie » :

• 36 % pensent que le président Obama cache des informations importantes sur son passé et son enfance (64 % chez les républicains) ;
• 25 % pensent que le président George W. Bush a eu connaissance à l’avance des attentats du 11 septembre 2001 (36 % chez les démocrates, 12 % chez les républicains et 59 % chez les Afro-Américains) ;
• 23 % pensent que lors des élections présidentielles de 2004, les partisans du président Bush ont commis des fraudes électorales significatives dans l’Ohio (37 % chez les démocrates) ;
• 20 % pensent que lors des dernières élections présidentielles, en 2012, les partisans de Barack Obama ont commis des fraudes électorales significatives (36 % chez les républicains).

Les résultats de l’enquête d’opinion montrent que, globalement, plus les personnes interrogées sont informées, moins elles sont susceptibles de croire en une théorie du complot. Tendance qui s’inverse chez les républicains, où le degré de connaissance dans le domaine politique est corrélé à une adhésion plus grande aux théories du complot !

Pour Dan Cassino, professeur de sciences politiques à l’Université Fairleigh Dickinson, il y a plusieurs explications possibles à ce phénomène. Les plus "conspirationnistes" des électeurs républicains auraient tendance à se renseigner davantage et donc à accroître leur niveau général d’information. De plus, les médias sur lesquels s’informent de manière privilégiée les républicains auraient tendance à alimenter et à accentuer leur adhésion à des théories du complot. En novembre 2011, un précédent sondage de l’Université Fairleigh Dickinson avait ainsi montré que les téléspectateurs de la très conservatrice chaîne de télévision Fox News étaient moins susceptibles de savoir ce qu’il se passe dans le monde que ceux qui ne regardent aucune information. Une autre étude de l’Université du Maryland avait mis en évidence que les téléspectateurs de Fox News étaient plus susceptibles de croire une fausse information politique.

Comment expliquer que la thèse des "birthers", selon laquelle Barack Obama ment sur son certificat de naissance, arrive en tête du sondage avec 36 % des sondés (en 2010, une enquête de CNN révélait que 25% des Américains avaient des doutes sur la véritable nationalité du président Obama) ? Selon Dan Cassino, cette théorie du complot « est beaucoup plus largement admise surtout parce qu’il en a été question plus souvent. Les gens ont tendance à croire qu’il n’y a pas de fumée sans feu et, plus il y a de fumée, plus ils sont susceptibles de croire qu’il y a quelque chose ».

De la même manière, Cassino interprète le chiffre de 59 % d’électeurs Afro-Américains adhérant à la théorie du complot sur les attentats du 11-Septembre comme la marque d’une défiance à l’égard du système politique : « Les groupes qui se sentent les plus éloignés du système politique sont les plus susceptibles de croire que des forces malveillantes sont à l’œuvre. Ces chiffres nous en disent davantage sur le manque de confiance dans le système que sur l’adhésion à des théories du complot particulières ».

Voir aussi :
* 11-Septembre : non, 58% des Français ne croient pas à la théorie du complot
* 11-Septembre : 1 jeune Français sur 5 croit à la théorie du complot (sondage de 2008)