Logo de la FDDLP.

Créée en mai 2020, dans le contexte de la pandémie de Covid-19, la Fondation pour la Défense des Droits et Libertés du Peuple (FDDLP) est une organisation québécoise anti-confinement présidée par le conspirationniste canadien Stéphane Blais.

Sur son site web (fddlp.org), l’association indique avoir pour mission « de maintenir les libertés acquises ainsi que de protéger les droits fondamentaux du peuple ». En janvier 2021, elle revendiquait « 35 000 abonnés et/ou donateurs ».

La Fondation promet à ses membres de mettre à leur disposition des avocats pour les aider en cas de verbalisation pour non-respect des mesures sanitaires prises par le Canada pour lutter contre la Covid-19. Parmi eux, Jean Dury qui s’oppose au port du masque et considère qu’une « discussion » s’impose  sur ce sujet. Dans le cadre d’une émission d’information juridique québécoise, il explique qu’il « y a beaucoup de littératures scientifiques qui parlent contre le masque, et qui disent que c’est dangereux pour la santé » et considère que c’est trop « facile de dire, tout simplement parce qu’on est en opposition avec la position officielle des gouvernements ou de l’OMS, qu’automatiquement on est complotiste ».

En juin 2020, la FDDLP se fait connaître en déposant une plainte contre le gouvernement du Québec pour dénoncer les mesures de confinement. En janvier 2021, elle se fend d’une lettre au Premier ministre québécois pour dénoncer la campagne de vaccination contre le Covid-19, qu’elle qualifie de « thérapie génique », reprenant notamment les argumentaires de covido-sceptiques comme Alexandra Henrion-Caude ou Christian Perronne. Le même mois, elle appuie une nouvelle requête déposée devant la justice québécoise, cette fois pour déclarer « inconstitutionnel » le couvre-feu mis en place dans la province, que ses partisans assimilent à « une forme de détention ». Déboutée, la Fédération dépose de nouveau une plainte similaire en mars 2021.

À l’été et l’automne 2020, la Fondation est à l’origine de plusieurs rassemblements contre les mesures sanitaires, qui se tiennent sans respect des gestes barrières ou port du masque. En septembre 2020 par exemple, une « Marche pour la libération du peuple » réunit des milliers de personnes à Montréal, dont des figures de la complosphère comme Alexis Cossette-Trudel ou Jean-Jacques Crèvecoeur. Un mois plus tard, la Fondation participe à l’organisation d’un « méga-convoi québecois pour la défense des droits et libertés du peuple », une manifestation rassemblant plus de 2 000 véhicules. La FDDLP annonce finalement en novembre 2020 renoncer à organiser ce type d’actions.

La Fondation est soutenue par plusieurs figures de la complosphère covido-sceptique telles que Pierre Barnérias (le réalisateur du film « Hold-up »), Alexis Cossette-Trudel, Alexandra Henrion-Caude, Carlo Alberto Brusa, Astrid Stuckelberger, Laurent Toubiana, Louis Fouché, Jean-Marie Bigard ou encore Josée Turmel, ancienne présentatrice vedette de la télévision québécoise.

Le 18 avril 2021, la FDDLP apporte son soutien au regroupement d’avocats internationaux initié par l’avocat allemand Reiner Fuellmich.

 

(Dernière mise à jour le 07/07/2021)